Les trois modèles de réforme du financement autonome : celui de l’Espagne vide, la « valenciana » et le système madrilène

Voici les clés pour comprendre les différents modèles de financement défendus par les communautés autonomes

Feij
Feijo dans un forum autonome, ce mardi.PRESSE EUROPE
  • Politique Les huit régions les plus dépeuplées crient contre les « privilèges économiques et sociaux » des nationalistes
  • Économie La Communauté Valencienne de Ximo Puig est la région avec le plus de déficit et presque le triple du taux de référence

Huit collectivités se sont réunies ce mardi à Saint-Jacques-de-Compostelle pour se mettre d’accord sur une position commune sur la réforme du financement autonome. Ils ne sont pas unis par la même formation, mais par la volonté d’appliquer les mêmes critères.

Quelque chose de similaire – voire de plus frappant – se produit avec la Communauté de Madrid et les régions avec lesquelles elle a déjà eu des contacts : la Catalogne qui gouverne l’ERC et les îles Baléares, dirigées par le Francisca Armengol. Et aussi la Communauté Valencienne et la Région de Murcie ont tenu leur propre réunion bilatérale tandis que Fedea a certifié qu’à la fin de cette année, le déficit des deux régions dépassera largement le taux de référence.

Qu’est-ce que le financement autonome et pourquoi devrait-il être renouvelé ?
C’est le système par lequel les besoins de chaque communauté sont reconnus, et par lequel il est décrété quelles sont les ressources financières qui doivent être transférées pour répondre à ses obligations et services. C’est-à-dire la manière dont on estime combien d’argent l’Etat devrait donner à chaque région, avec tout ce que cela implique en termes politiques. Le système actuel a été approuvé en 2009 et aurait dû être renouvelé en 2014, mais ni le gouvernement de Rajoy d’abord ni celui de Sanchez ensuite n’ont pu -ou voulu-.
Pourquoi est-ce si complexe ?
Parce qu’elle est opaque, qu’elle a été rafistolée pour satisfaire certaines communautés, la politique de proximité du pouvoir central entre en jeu avec celle des différentes communautés et, en même temps, elle tisse les alliances les plus insoupçonnées qui défendent des critères totalement différents.
Que veulent les huit régions qui se sont réunies en Galice ?
Que les critères de dispersion de la population, de vieillissement et d’orographie sont des conditions indéniables dans le nouveau système. En d’autres termes, prenez en compte les caractéristiques de l’Espagne vide représentée par la Galice, les Asturies, la Cantabrie, la Castille et Len, Castille-La Manche, Estrémadure, La Rioja et Aragn. Cinq communautés du PSOE, deux du PP et une de plus de la RPC qui forment le groupe le plus important des différentes alliances.
Et Madrid, la Catalogne et les Baléares ?
Appliquer un critère qui tienne davantage compte de la population réelle, et que les ajustements de population soient effectués en tenant compte de plus de facteurs que ceux mentionnés précédemment, comme l’a expliqué le ministre des Finances de la Communauté de Madrid, Javier Fernndez-Lasquetty, qui Il a également estime que l’ajustement de la population inclus dans le calcul du système actuel soustrait 600 millions de la communauté. La région de Madrid est celle qui s’est le plus clairement exprimée au sein de ce groupe, celle qui reconnaît les contacts avec la Catalogne et les îles Baléares pour former un front commun sans précédent, et l’une de celles qui promettent le plus de bataille dans le domaine fiscal et financier. Conseil politique.
Quelle est la position de la Communauté de Valence et de la Région de Murcie ?
Un point intermédiaire, expliquent des sources du gouvernement valencien. Qu’il soit basé sur le critère de population totale mais que le critère de population ajusté puisse être pris en compte. En effet, ils font remarquer que s’ils n’étaient pas à Saint-Jacques-de-Compostelle hier, c’est parce qu’ils n’ont pas été invités et non parce qu’ils font partie d’un autre camp auquel l’Andalousie et même les îles Baléares pourraient également se joindre, qui malgré avoir reçu le appel de Madrid pourrait également être intéressé par ce modèle. Mais, en tout cas, dans ce que la Communauté de Valence et Murcie sont totalement inflexibles, c’est que le modèle actuel doit être renouvelé immédiatement car il est insuffisant, complexe et peu transparent, et que les deux territoires présentent un plus grand sous-financement de tout le pays .
Celles?
Oui, selon les estimations d’Ángel de la Fuente, l’un des plus grands experts du financement régional et dont les calculs montrent que la Communauté de Valence et Murcie sont sous-financées. Mais aussi l’Andalousie, la Castille-La Manche ou même très légèrement la Catalogne. Et malgré cela, toutes ces régions présentent de meilleures prévisions de déficit.
Quelles communautés auront le plus grand déficit cette année?
La Communauté Valencienne et la Région de Murcie. Selon Fedea, la communauté gouvernée par Ximo Puig ira jusqu’à 1,5% du PIB, ce qui signifie presque tripler les 0,6% dans lesquels se trouve le taux de référence. Et celui réalisé par Lpez Miras atteindra un 1% également notable.
Que disent les autres communautés ?
Tout. Ou, du moins, ils ne le font pas très haut puisque les trois autres savent qu’ils en ont bénéficié d’une manière ou d’une autre. le Pays Basque et la Navarre, auxquels leur foralité confère des ressources nettement supérieures ; et les îles Canaries, qui, bien que sous le régime commun, présentent des aides et des avantages fiscaux en raison de son insularité et de son statut de territoire ultrapériphérique qui la distingue des autres.

★★★★★