Les juges corrigent Éducation : c’est au gouvernement de demander que la peine de 25 % d’espagnol en Catalogne soit exécutée

Le tribunal catalan soutient que ce n’est pas sa mission de surveiller la Generalitat et le ministère dit que c’est le tribunal qui doit agir d’office

Membres de la Plataforma per la Llengua, en 2020.
Membres de la Plataforma per la Llengua, en 2020.LE MONDE

Le Gouvernement délègue la justice et la justice au Gouvernement. Avec les politiciens catalans sur le sentier de la guerre, personne ne veut faire le premier pas pour garantir 25% d’espagnol dans les écoles catalanes. Le ministère de l’Éducation a démissionné ce mercredi pour exiger l’exécution de la peine et a laissé cette tâche entre les mains des juges. Mais la Cour supérieure de justice de Catalogne (TSJC) dit qu’elle n’agit pas d’office et que ce doit être l’exécutif central qui exécute la décision judiciaire, car c’est la seule personne qui comparaît par l’intermédiaire du procureur de la République.

Si quelque chose est devenu clair, un jour après que la Cour suprême a rejeté l’appel de la Generalitat de Catalua contre le jugement du TSJC qui oblige à changer tout son modèle d’immersion linguistique, c’est qu’il ne sera pas facile pour le gouvernement de se conformer avec ça. . Au cours des deux prochains mois, toutes les orientations et les mouvements faits par le gouvernement seront cruciaux.

S’il ne demande pas l’exécution de la peine, les nationalistes interpréteront qu’il soutient leur modèle, qu’il s’engage à ne pas fixer de pourcentages fixes mais à laisser chaque école faire ce qu’elle juge bon. Si vous le pressez, la Generalitat l’interprétera comme une déclaration de guerre.

Tout indique donc que la ministre de l’Éducation, Pilar Alegra, ne va pas entrer en conflit et que ce seront les familles, encore une fois, qui assumeront une responsabilité qui leur cause une usure énorme.

La réponse du ministère

« Ce n’est pas au ministère d’exécuter les peines, c’est au TSJC qui doit le faire », ont indiqué mercredi des sources de l’équipe Alegra, qui ont fait appel à l’article 103.1 de la loi réglementant la juridiction contentieuse-administrative, qui dit que « le pouvoir d’exécuter les jugements et autres décisions judiciaires appartient exclusivement aux tribunaux ».

Mais des sources du TSJC ont annoncé, pour leur part, qu’elles n’allaient pas contrôler le respect de la peine car elles considèrent qu’elles l’ont déjà fait. Ils disent qu’ils n’agissent pas d’office : ceux qui doivent révéler l’échec de la Generalitat sont les parties en personne. Dans ce cas, la seule partie est le gouvernement, puisque le procureur de la République a déposé un recours en 2015, lorsque le PP gouvernait, au nom du ministère.

Et les familles ne peuvent rien faire ? Les parents qui se sentent concernés pourront faire une demande, répondre aux sources judiciaires, mais ils devront se justifier et argumenter qu’ils voient leurs droits bafoués et le TSJC devra l’admettre. La balle est donc dans le camp du gouvernement.

Les sources éducatives et le TSJC conviennent que la procédure est que la Cour suprême avise le TSJC de l’irrecevabilité de l’appel et retourne le dossier complet. Une fois reçue, le TSJC devra rédiger une ordonnance pour devenir définitive, dans laquelle il est précisé que la peine est devenue exécutoire.

Le protocole à suivre

Ensuite, il dispose de 10 jours pour informer la Generalitat que la sentence est définitive, « afin que, une fois la réception de la communication reconnue dans le même délai à compter de sa réception, elle la produise de manière pure et régulière et exerce ce qu’exige son exécution. . les déclarations contenues dans l’arrêté et dans le même délai indiquent l’organisme chargé de son exécution ».

A partir de ce moment, la Generalitat peut demander des éclaircissements supplémentaires au TSJC. Si le tribunal considère que l’Administration autonome retarde trop le processus ou procède à trop de consultations pour gagner du temps, il peut rappeler le Gouvernement à l’ordre.

L’article 104 de la loi réglementant la juridiction contentieuse-administrative précise également que, après un délai de deux mois à compter de la communication de la condamnation, « toute partie et personne concernée peut demander leur exécution forcée ». C’est là que le gouvernement interviendra, selon le TSJC.

Mais au ministère, ils assurent que les juges peuvent agir d’office et enquêter pénalement pour un crime présumé de désobéissance au ministre de l’Éducation, Josep Gonzlez-Cambray. C’est pourquoi ils croient que le conseiller finissent par se conformer. « Le gouvernement ne doute pas que les administrations de l’Etat se conforment toujours aux décisions de justice », soulignent-ils.

L’appel au ministre

Cambray lui-même a appelé Alegra mardi soir pour montrer sa « préoccupation » pour la providence de la Cour suprême qui entérine la décision prise il y a un an par le TSJC. Le ministre « a précisé qu’il n’appartient pas au ministère d’exécuter les peines ».

Ce mercredi, Cambray a révélé le contenu de cette conversation et présumé avoir des « garanties » que le gouvernement n’interférera pas dans le processus et « demandera instamment de se conformer au Lomloe, qui ne parle pas de pourcentages », indiquant la stratégie que l’exécutif mettra en place. ont prévu de suivre pour permettre au gouvernement de continuer à imposer l’immersion, informe Victor Mondelo.

Les nationalistes ont lancé toute une offensive. Le président catalan, Pere Aragons, a exigé du gouvernement une « défense claire » de l’immersion. Le PDeCAT, pour sa part, présentera un projet de loi visant à supprimer de la Lomloe la première section de la disposition supplémentaire 38 dans laquelle il est indiqué que « les administrations éducatives garantiront le droit des étudiants à recevoir un enseignement en espagnol et dans d’autres langues co-officielles ​​sur leurs territoires respectifs, conformément à la Constitution, aux statuts et aux règlements applicables  » et qui, à leur avis, ne sert pas à garantir la protection de l’immersion, comme l’a rapporté Marisa cruz.

La revendication est « de revenir sur la scène de la LOE socialiste », explique le député Sergi Miquel, pour qui l’engagement d’Alegra de ne pas exiger de changements dans la réalité éducative catalane n’est une garantie de rien. Le PDeCAT espère que son initiative sera soutenue par JxCat, ERC, CUP et même les députés du PSC.

★★★★★