La Cour suprême rejette la demande d’Alberto Rodríguez de suspendre la peine qui l’a expulsé du Congrès

Il n’accepte pas non plus la demande de l’ancien « numéro trois » de Podemos de s’adresser au Congrès pour éviter la perte de l’acte de député

Le président du Congrès, Meritxell Batet.
Le président du Congrès, Meritxell Batet.JAVIER BARBANCHO
  • Justice Alberto Rodrguez accuse la Cour suprême de « manque d’impartialité » et demande l’annulation de sa peine ou la reprise du procès
  • La stratégie Alberto Rodrguez a rompu avec Podemos pour pouvoir défendre Meritxell Batet devant la Cour constitutionnelle

La Cour suprême a rejeté la demande de l’ancien Numéro Trois de Podemos Alberto Rodríguez de suspendre provisoirement la peine qui a causé la perte de son siège. Le tribunal n’accepte pas non plus de s’adresser au président du Congrès, Meritxell Batet, pour discuter de l’exécution de la peine et tenter d’empêcher le retrait de l’acte.

Concernant cette demande de suspension, la Chambre rappelle que la loi prévoit qu’une fois qu’une peine a été déclarée ferme, elle doit être exécutée. « Malgré l’argumentation de la représentation du condamné, les conséquences extra-pénales n’ont pas leur cause dans l’exécution de la peine, mais dans le prononcé de la peine. »

C’est-à-dire que sa perte de l’acte de député n’est pas due à la manière dont le Congrès a interprété la décision, mais parce que cette décision établit expressément son incapacité à exercer une fonction publique – en plus d’un mois et demi de prison – pour avoir donné un coup de pied à un homme de la police lors d’une manifestation.

La Cour suprême recueille dans sa réponse à Rodrguez la jurisprudence de la Cour constitutionnelle qui rejette la thèse de l’ancien député et, en même temps, parle du « chef d’accusation infâme » d’avoir été condamné. Il s’agit d’une décision de 1993 dans laquelle le TC indique que, bien qu’une peine de prison ne soit pas exécutée -comme dans le cas de Rodríguez, puisqu’elle a été remplacée par une amende-, cela ne signifie pas que la disqualification qui l’accompagnait disparaisse.

« Charge infâme »

Selon cette peine du TC, l’inhabilité qui frappe les condamnés d’une peine définitive à une peine d’emprisonnement « n’est pas fonction de l’exécution effective de la peine, qui survient aussi formellement lorsqu’elle est suspendue, mais par ce prononcé dont l’infâme charge, comme le maximum de reproche social, c’est la raison déterminante pour laquelle la personne désignée est exclue du processus électoral. »

L’ordonnance de la Cour suprême est signée par les sept magistrats qui ont formé le tribunal qui a jugé Rodrguez, dont les deux qui ont voté pour son acquittement.

La résolution rappelle qu’elle a imposé un mois et 15 jours de prison pour un crime d’atteinte à un peuple de l’autorité, avec l’accessoire de déchéance spéciale pour le droit au suffrage passif [ser candidato] pendant le temps de la peine. Quant aux conséquences « strictement pénales », la peine de prison a été remplacée par une peine déjà payée, donc cet aspect de la peine doit être considéré comme exécuté. Pour sa part, la peine de disqualification est toujours en attente du règlement correspondant de la peine. « Par conséquent, la suspension demandée n’est pas applicable », précise la Chambre.

Concernant la demande de Rodríguez que la Cour suprême s’adresse au président du Congrès, l’ordonnance indique que « les conséquences extra-pénales de la condamnation ont été précisées par quiconque est compétent dans l’exercice de ses propres pouvoirs dans la sphère parlementaire ».

Les magistrats rappellent que les résolutions de la Présidence du Congrès « ne sont pas susceptibles de recours devant cette Chambre, qui n’a pas le pouvoir de procéder à leur révision ».

En outre, il souligne qu’il n’appartient pas à la Chambre « d’exhorter ou d’avertir d’autres institutions ou organes de l’État – comme expressément demandé dans le mémoire écrit – sur la manière dont ils doivent appliquer les lois dans leurs domaines de compétence respectifs. . »

Règlements électoraux

La Cour suprême insiste sur le fait que ce que Batet a fait n’a pas été d’interpréter – contrairement aux intérêts de Rodriguez – comment exécuter la décision de la Cour suprême, mais simplement d’appliquer le Loi organique de régime général des élections.

Cette norme établit qu’ils sont « inéligibles » aux fonctions publiques, entre autres, « ceux condamnés par sentence définitive, à l’emprisonnement, dans la durée de la peine ». Plus tard, il ajoute que ce motif et les autres motifs de non-éligibilité sont également des causes d' »incompatibilité ». Ce dernier signifie qu’en étant disqualifié, non seulement vous ne pouvez pas être candidat pendant le temps de votre peine, mais aussi que vous ne pouvez pas continuer dans le poste électif dans lequel vous étiez déjà. Dans le cas de Rodrguez, en tant que député.

★★★★★