Les syndicats pénitentiaires s’enferment au siège des établissements pénitentiaires pour protester contre l’intérieur

Ils profitent d’une rencontre avec le secrétaire général et défigurent le ministère dirigé par Grande-Marlaska par leur manque de négociation

Manifestation
Manifestation de l’association des policiers de Jusapol devant le Congrès, en 2020.JAVI MARTNEZ
  • À l’intérieur Les organisations de police et de gardes civils s’unissent pour éliminer 100 000 agents contre le gouvernement pour la réforme de la loi bâillon
  • Questions et réponses La nouvelle loi du bâillon : le début de la fin pour les balles en caoutchouc

Les représentants syndicaux de ACAIP-UGT et Prisons du CSIF ont donné de la visibilité à leur incompréhension avec les ministre de l’Intérieur de la manière la plus graphique possible : en s’enfermant au siège de la Secrétaire général des établissements pénitentiaires.

Jos Ramn Lopez et Jorge Vilas Ils ont profité de la convocation du plus haut représentant des prisons pour exprimer leur intention de ne pas quitter le bâtiment tant qu’ils n’auront pas abordé, disent-ils, des « solutions concrètes » sur les problèmes qui affectent l’établissement. Les syndicats et le ministère dirigé par Fernando Grande-Marlaska sont en négociations depuis des mois. Avant de commencer la réunion, ils ont exprimé leur intention de creuser, avec quoi la rencontre, enfin, n’a pas été célébrée.

Jos
Jos Ramn Lpez et Jorge Vilas, pendant leur confinement.EM

L’ACAIP-UGT et le CSIF ont voulu « montrer leur lassitude » avec une Administration qui, selon eux, s’est révélée « totalement incompétente et inopérante pour résoudre les problèmes de l’institution et améliorer les conditions de travail de ses salariés ».

Les deux syndicats comprennent que cela suppose un « retour au point de départ » des négociations après qu’ils ont déclaré le 20 septembre dernier le conflit collectif, demandant l’intermédiation du ministre Fernando Grande-Marlaska.

Les organisations ont demandé la démission du secrétaire général de l’institution, Ange Luis Ortiz. L’ACAIP-UGT et le CSIF exigent une rémunération adéquate et le reclassement des centres, ainsi que la déclaration des mandataires de l’autorité. Il y a quelques jours, précisément, ils appréciaient positivement qu’un amendement du PSOE et de United We Can soit enregistré à la loi sur la sécurité citoyenne pour reconnaître cette dernière, tout en rappelant que ce qu’ils attendent, c’est l’approbation de la nouvelle loi sur les corps.

L’intention des dirigeants syndicaux est de rester dans le bâtiment toute la journée d’aujourd’hui comme mesure de pression contre l’absence de réponses à leurs demandes du ministère.

★★★★★