Rifirrafe entre Villarejo et le président du tribunal qui le juge : « Cllese, dans cet endroit tu ne peux pas dire ce que tu veux »

Le commissaire à la retraite a tenté d’intervenir avant les interrogatoires en tant que son propre défenseur, compte tenu de son statut d’avocat

Jos
Jos Manuel Villarejo, au Tribunal National.BASSIN
  • Tribunaux Le procureur de l’affaire « Stampa » accuse le bras droit de Dolores Delgado d' »ingérence imprésentable »
  • « Affaire Villarejo » Toutes les informations sur le commissaire à la retraite

L’ancien commissaire Jos Manuel Villarejo a tenté ce vendredi de prendre la parole dans le procès à son encontre tenu par le Tribunal national. Le principal défendeur dans le Cas tandem Il est avocat, il a donc le pouvoir de siéger sur le banc et non sur le banc et d’exercer sa propre défense. C’est ce qu’un autre prévenu a déjà fait dans le macro-procès et Villarejo a tenté de le faire, encore une fois sans succès.

« Cllese », lui a dit le président du tribunal, le magistrat ngela murillo, quand, après plusieurs heures passées à soulever des questions antérieures et de nouvelles preuves à examiner au procès, l’avocat de Villarejo, Antonio Jos Garca Cabrera, a informé le tribunal que le défendeur-avocat lui-même continuerait à proposer des preuves supplémentaires pour le procès.

« Plus de preuves ? », a lancé le président. « Nous n’avons pas d’autre choix que de proposer toute cette vaste activité de preuves », a répondu Garca Cabrera. « Nous avons besoin de savoir la vérité et si cet homme est corrompu, qu’il soit condamné, et sinon, qu’il soit acquitté avec tous les jugements favorables. […] C’est un cas très complexe, madame. Tout ce qui a été dit jusqu’à présent a été proposé par cette défense et maintenant, M. Villarejo va proposer pour sa propre défense.

Comme elle l’avait fait les jours précédents, la présidente a souligné qu’elle ne voulait qu’une voix dans la défense. « La défense est exercée par vous, Monsieur l’Avocat », a-t-il déclaré, lorsque Villarejo est intervenu : « Avec votre permission, Madame, je suis co-défenseur. »

-Je ne vous parle pas.

-Je suis un partenaire…

– Cllese, s’il te plaît.

-J’ai aussi le droit, avec tout le respect que je vous dois, de…

– Défendeur, tais-toi !

« Défendeur et avocat, madame. »

– Voulez-vous vous taire, s’il vous plaît ? Ici, dans ce quartier général, vous ne pouvez pas dire ce que vous voulez. Ça y est, c’est fini, faisons une pause.

Le résultat de l’incident est que Villarejo devra attendre son tour d’être interrogé en tant qu’accusé s’il veut être entendu lors du procès, en supposant que la Chambre n’examinera aucune des allégations de l’accusé afin de ne pas aller avant l’audience orale. Pour le moment, la vue reprendra avec la réponse du Poursuivre à toutes les questions que les défenses ont demandé de résoudre avant de commencer les interrogatoires.

Demandez à Snchez, Marlaska et Delgado de témoigner

Parmi les preuves que la défense de Villarejo a demandé de pratiquer dans le procès figurent les déclarations du Premier ministre Pedro Snchez, du ministre de l’Intérieur Fernando Grande-Marlaska et du procureur général de l’État, Dolores Delgado. Tous ont organisé des « manifestations incriminantes » contre le commissaire à la retraite ces dernières années.

Du côté du PP, la liste a été étendue à l’ancien Premier ministre Mariano Rajoy, l’ancienne secrétaire générale Mara Dolores de Cospedal et l’ancien ministre de l’Intérieur Jorge Fernndez Daz.
« Pourquoi M. Villarejo avait-il le téléphone portable de M. Rajoy ? Est-ce normal qu’un commissaire se rapporte à un Premier ministre ? », a déclaré l’avocat de la police. La possibilité que Rajoy et Villarejo aient maintenu le contact a été étudiée dans l’article sur le Fonctionnement de la cuisine, une autre branche de la Affaire Villarejo. Le juge de l’affaire, contre le critère de Anti-corruption, a récemment fermé cette voie de recherche.

★★★★★