« L’ETA a procédé à un nettoyage ethnique au Pays basque. Elle a commis des crimes contre l’humanité »

Le magistrat qui a émis le premier acte d’accusation pour ce crime contre les chefs de l’ETA explique son enquête lors d’une table ronde à EL MUNDO organisée par la Fondation Luis Portero et Dignidad y Justicia

De gauche.  à droite, Miguel
De gauche. à droite, Miguel ngel Rodrguez, Francisco Rosell, Fernando Lzaro, Juan Pablo Gonzlez et Daniel Portero.JAVIER BARBANCHO
  • Meurtres non résolus Les victimes poursuivent 11 dirigeants de l’ETA pour le meurtre d’un juge de la Cour suprême en 2000
  • Terrorisme Contre l’humanité, un front encore vivant des victimes contre l’ETA

En toute clarté, l’actuel président de la Tribunal provincial de Madrid et ancien juge d’instruction de la Cour nationale, Juan Pablo González, a assuré que l’ETA a commis des crimes contre l’humanité depuis sa naissance. « J’ai effectué un nettoyage ethnique sur le Pays Basque « . « Il y a eu plusieurs milliers, peut-être même des centaines de milliers de Basques qui ont dû quitter le Pays basque, modifiant considérablement la liste électorale elle-même et l’évolution politique et sociale d’une communauté autonome. »

Gonzlez est l’auteur du premier et jusqu’à présent seul acte d’accusation contre les dirigeants de l’ETA pour crimes contre l’humanité. Et il a participé à une table ronde qui s’est tenue jeudi à LE MONDE et organisé par le Fondation Luis Portero et la Association Dignité et Justice sur les crimes contre l’humanité.

La journée a commencé par quelques mots du directeur d’EL MUNDO, Francisco Rosell, qui a souligné que depuis le journal « nous avons toujours voulu que la voix des victimes ne soit pas oubliée ». Il s’est souvenu de la figure de Luis Portero, procureur général andalou assassiné, dans la lutte pour les droits de l’homme. « Ils n’ont pas tué Luis pour être un individu mais pour ce qu’il défendait : les valeurs démocratiques et la loi. » Et il a alerté les médias : « On ne peut en aucun cas tomber dans un crime d’injure et d’oubli, qui est déjà en train d’avoir lieu ». « L’ETA remporte une victoire finale grâce à ses accords politiques, elle tient ses engagements aux dépens de ceux qui sont morts. « LE MONDE est toujours la maison des victimes », a-t-il conclu.

Le magistrat Juan Pablo Gonzlez a expliqué pourquoi il considère qu’il y a encore de l’impunité dans les actions de l’ETA : « Il y a plus de 350 crimes qui n’ont pas été élucidés, ils sont dans l’impunité la plus absolue. Mais il y a aussi une autre impunité : morale, politique et social. »

Il a expliqué avoir réactivé en 2015 une ancienne plainte déposée par la Fondation Luis Portero contre l’ETA pour génocide et crimes contre l’humanité. Il a réussi à mener à bien un acte d’accusation pour crimes contre l’humanité contre des dirigeants de l’ETA qui sont paralysés devant le tribunal correctionnel depuis près de six ans dans l’attente de leur procès.

« C’était la première fois que les crimes de l’ETA étaient qualifiés de crimes contre l’humanité. Il s’agissait d’une véritable violence de persécution, d’attaques généralisées et systématiques contre une partie de la population. Les victimes étaient choisies sur la base de leur appartenance aux groupes soumis. à la persécution pour la politique et l’idéologie. « Ce sont des crimes non seulement contre la vie mais contre la communauté internationale. »

Il a dénoncé que son instruction a subi de nombreux obstacles et qu’il n’y a eu aucune collaboration de la part des autorités judiciaires françaises, qui n’ont pas assisté aux commissions rogatoires, y compris la dernière, le Veau Josu. « Après près de six ans, le procès tant attendu des dirigeants de l’ETA pour crimes contre l’humanité n’a pas eu lieu.

« Un nettoyage ethnique a été effectué au Pays basque. Plusieurs milliers, voire des centaines de milliers de Basques ont dû quitter le Pays basque, modifiant considérablement la liste électorale elle-même et l’évolution politique et sociale d’une communauté autonome. » a-t-il ajouté. « Et tout cela en toute impunité politique et sociale. »

Hégémonie du nationalisme

Le magistrat a dénoncé que cette situation a fait que « l’hégémonie du nationalisme au Pays basque a été acceptée comme inévitable et ceux qui ont fait le plus pour mettre fin à la terreur ont été condamnés à l’insignifiance ».

« Le slogan que l’ETA a été battu est un mensonge politique organisé qui ne correspond pas à la réalité. Il continue d’exister sous un autre nom, avec d’autres méthodes. Mais il continue d’agir. Il est essentiel qu’une histoire soit configurée sur les crimes contre l’humanité commise par l’ETA. En Espagne, un procès à Nuremberg sur les crimes contre l’humanité de l’ETA aurait été nécessaire, condamnant son idéologie totalitaire.

L’avocat était-il Miguel Angel Rodriguez qui mettait une dose d’optimisme avant les prochaines actions judiciaires contre l’ETA. Rodrguez est l’avocat de Dignité et Justice qui a mené ces actions pour crimes contre l’humanité et qui dirige également la plainte contre les dirigeants de l’ETA pour le meurtre du magistrat. Querol Lombardero.

« ETA a réussi à expulser entre 60.000 et 200.000 êtres humains du Pays Basque. C’est une violence démesurée. Dans le concept de la législation internationale, il ne fait aucun doute que l’ETA se conforme à être considéré comme l’auteur de crimes contre l’humanité, parce que ces crimes pas Ils sont commis par un seul État, comme le Traité de Rome. Le Comité des droits de l’homme des Nations Unies reconnaît ces situations. »

Avancer « décisivement »

Dans une intervention très technique, Rodríguez a expliqué pourquoi le fait des expulsions qu’il a effectuées jusqu’à 200 000 Basques est un crime contre l’humanité. Il a assuré que cette situation n’a de comparaison avec aucun État membre de la Union européenne. « Le message que l’ETA envoyait à ces citoyens était très clair pour qu’ils partent » : soit avec eux, soit dehors, soit morts.

« ETA a le départ des perdus contre l’humanité, même s’il semble que non. Dans toutes les scènes internationales contre ce type de crimes, au départ, avec les lumières en somme, il semble qu’ils ne vont pas avancer. Mais ça finit le temps passe et la logique internationale reste impunie. Milosevic« Il a fait remarquer avec optimisme. Si on pouvait mettre de côté les positions politiques, les idéologies, on y verrait tous plus clair et on avancerait avec plus de détermination », s’est-il défendu.

L’avocat a rappelé à titre d’exemple les déclarations de l’ETA dans lesquelles il a précisé après avoir commis des attentats que toute personne qui n’était pas avec eux « doit quitter le territoire basque ».

« Il ne leur reste qu’une solution : partir. Sinon, petit à petit, ils sont éliminés un à un ou en groupe », a déclaré l’ETA dans un de ses écrits publics.

j’ai enfin pris la parole Daniel Gardien de but, président de Dignidad y Justicia, instigateur infatigable de toutes les actions contre l’ETA devant les tribunaux. « Maintenant, l’ETA est une organisation terroriste cachée, mais maintenant avec un masque plus politique comme Bildu, qui a commis les crimes les plus graves, ceux contre l’humanité. » Il a assuré que l’ETA ne pouvait pas assumer une condamnation pour crimes contre l’humanité « car elle serait discréditée au niveau international. Et c’est sur cela que nous travaillons. Il y a déjà un réquisitoire devant la Cour depuis près de six ans, paralysée, malgré le fait que personne n’ait fait appel, ni le procureur ni les chefs de l’ETA n’ont indiqué ». Portero a exprimé ses doutes quant à la date à laquelle on peut considérer que les actions de l’ETA peuvent être poursuivies pour crimes contre l’humanité. L’audience a statué que depuis 2004, depuis que ce crime a été incorporé dans le Code pénal.

« La différence, c’est de juger cinq dirigeants de l’ETA ou 50. Depuis la naissance de l’ETA ou depuis 2004 que l’Espagne a incorporé le crime contre l’humanité ? Et il a prévenu que son association mènera également des actions contre l’ETA dans d’autres pays.

★★★★★