Pedro Snchez laisse Bildu tomber dans les budgets s’il demande l’abrogation de la réforme du travail

Le Gouvernement assume l’approbation des comptes de l’Etat pour 2022 avec l’appui indispensable du PNV et de l’ERC. C’est avec ces groupes que la ministre des Finances, Mara Jess Montero, et le porte-parole parlementaire, Hector gmez, principalement, « ils vont suer la chemise » pour inclure une bonne partie de leurs exigences dans le nouvel exercice.

Avec le soutien de ces deux formations, Pedro Snchez a ajouté 174 voix, avec seulement deux sièges restants pour atteindre la majorité absolue pour garantir non seulement la viabilité des budgets généraux de l’État, mais aussi leur continuité à La Moncloa.

Bildu pourrait être exclu de cette équation si, comme son porte-parole l’avait prévu lors du débat sur le budget, Oskar Matute, maintient comme ligne rouge l’obligation de procéder à une « abrogation » complète, « sans rabais » imposée par la CEOE, de la réforme du travail.

C’est une demande de maximums difficile à satisfaire : la deuxième vice-présidente, Yolanda Daz, principale défenseure au sein du gouvernement pour renverser la législation du travail approuvée par le PP, admet que l’abrogation complète n’est pas techniquement possible et devra se concentrer sur la correction des aspects les plus dommageables de la réforme et compte également dans ce travail avec l’accord du patronat comme le réclame Bruxelles.

Le paco avec Bildu « pese »

En tout cas, avec ou sans la demande d’abrogation de la réforme du travail dans son intégralité, au PSOE, nombreux sont ceux qui se sentiraient plus à l’aise avec un budget approuvé sans avoir fait de concessions à gauche. nationaliste.

Le pacte avec Bildu « pèse trop », admettent des sources du banc socialiste, surtout après qu’Arnaldo Otegi a laissé entendre que le prix de ses voix serait l’engagement du gouvernement à procéder à moyen terme à la libération des prisonniers de l’ETA.

La porte-parole nationaliste au Congrès, Mertxe Aizpura, nie que cela soit une condition pour négocier et soutenir les comptes de l’Etat et assure que dans ses contacts avec l’Exécutif il n’a jamais été mis sur la table. Cependant, sa parole n’a pas suffi à apaiser l’onde de choc d’Otegi.

Le gouvernement, en effet, exclut catégoriquement l’échange de comptes pour les prisonniers, mais il ne pourra empêcher l’opposition, s’il y a enfin un accord avec Bildu, de signaler une question aussi sensible aux yeux du citoyen pour attaquer Pedro Sanchez sans pitié.

Le rejet du pacte avec le abertzales Il unit comme un ciment les trois principaux partis d’opposition – PP, Vox et Ciudadanos – et provoque également un profond dégoût chez les principaux barons socialistes.

Forces minoritaires

Les cinq vœux abertzales au Congrès des députés, ils fourniraient à Sanchez une majorité plus que suffisante pour approuver les budgets, mais ils seraient facilement substitués par le soutien « beaucoup moins pesant politiquement et économiquement », selon des sources du PSOE, de n’importe quelle minorité les forces.

Ainsi, aux 174 voix du PSOE, Podemos, PNV et ERC, les avenants par exemple de Nueva Canarias, Teruel Existe et PRC (une voix pour chaque formation) et, avec un peu plus, celle du PDeCAT (quatre) , Mme Pas (deux) ou Comproms (un).

Teruel Existe, par exemple, appelle à des investissements pour les autoroutes A-68 et A-40 et pour le corridor ferroviaire Cantbrico-Mediterrneo, des aides au transport dans les provinces les plus peu peuplées -Teruel, Soria et Cuenca- et davantage de ressources pour promouvoir le développement de l’Espagne dite vidée.

Nueva Canarias, pour sa part, met l’accent sur l’aide à La Palma et les investissements dans les routes. Et la PRC, déjà satisfaite du projet présenté par le Gouvernement, demande que l’enfouissement des lignes AVE à Torrelavega soit envisagé et que la rente attribuée aux travaux des tronçons de l’AVE Palencia-Santander soit augmentée.

Mme Pas, une formation qui assurerait au Gouvernement les deux voix nécessaires pour boucler l’équation avec le PNV et l’ERC, présente des amendements pour un total de 127 millions d’euros : 94, pour la mise en place d’un réseau de trains de nuit à grande vitesse qui unissent la péninsule avec les principales capitales européennes ; 20, pour un plan de prévention en santé mentale de l’enfant-jeune; huit, pour des postes de psychologues en santé publique; et cinq, pour créer une Agence d’Audit pour les Algorithmes.

ERC est un must

Les 13 sièges d’ERC, contrairement à ceux de Bildu, sont indispensables, car pour les dédommager il ne suffirait pas avec l’appui du PNV plus tous les petits partis qui n’ont pas prétendu rendre les comptes au Gouvernement et qui, ensemble, au total 11 députés. Avec la formule PNV, Nueva Canarias, PRC, Teruel Existe, Mme Pas, Comproms, PDeCAT et BNG, les Budgets disposeront de 172 voix, dont quatre restants pour la majorité absolue.

L’approbation des comptes publics requiert, en principe, une majorité simple, c’est-à-dire plus qu’autrement, mais puisqu’il s’agit de la loi la plus importante de l’année car elle traduit en chiffres la politique du gouvernement et assure également la stabilité du législateur. les groupes de la Chambre basse votent sans demi-mesures, debout dans le oui dans le non, ce qui nécessite en pratique d’atteindre la majorité absolue pour avancer.

Un objectif que, à cette occasion, le gouvernement tient pour acquis malgré les avertissements d’Esquerra. Pedro Snchez joue avec l’assurance que pour les Républicains, être sur la photo à côté de droite n’est pas une option.

★★★★★