Les Etats-Unis défendent que l’Espagne est « un allié fiable, un partenaire et un ami » malgré le départ des « marines » de la base de Morn

Le lieutenant-colonel du United States Marine Corps prévient que la décision obéit à des critères techniques et non politiques

Un destroyer anti-missile, à Rota (C
Un destroyer anti-missile, à Rota (Cdiz).EFE
  • Bibliothèque de journaux Morn sera une base américaine permanente pour les opérations en Afrique
  • Bibliothèque de journaux Rota, une base d’utilisation conjointe entre l’Espagne et les États-Unis, l’une des plus importantes au monde

Les États-Unis ont informé le ministère de la Défense en 2020 de leur décision de transférer l’ensemble de la réponse à la crise en Afrique à leur base militaire de Vicence, dans le nord de l’Italie. Étant donné que les quelque 850 Marines et huit avions de transport de ce pays déployés à la base de Le matin de la Frontera (Séville) font partie de cette opération, le transfert de ces troupes faisait partie du plan.

Maintenant, les soldats retourneront aux États-Unis et les avions iront à Vicence, « achevant » ainsi la réorganisation, comme il l’a expliqué à EL MUNDO Tony semelroth, lieutenant-colonel du Corps des Marines des États-Unis. Semelroth souligne que la décision obéit à des critères purement techniques et non, comme cela a été spéculé en Espagne, à des questions politiques.

La raison de cette décision « est basée sur des priorités stratégiques » et la nécessité de « maximiser » les ressources, de « faire avancer les intérêts de sécurité mutuelle et de faire face aux menaces transnationales ». Le porte-parole du Corps des Marines -les connaissances marines– souligne que « l’Espagne continue d’être un allié fiable, un partenaire et un ami ».

Le mouvement n’affecte pas les autres unités américaines de Morn, qui composent l’Air Force Squadron 496 et qui, selon L’économiste il approvisionne les chasseurs-bombardiers français dans leurs attaques contre les extrémistes islamistes au Tchad, en Mauritanie, au Niger, au Mali et au Burkina Faso.

Étendre la présence à Rota

Washington étend également sa présence dans la base de Cadix de Cassé. Le ministère de la Défense a obtenu que le Congrès approuve dans les budgets 2021 une partie de la dotation pour agrandir l’un de ses brise-lames. Le reste est inclus dans le projet Budgets 2022 de Joe Biden.

Les déplacements des États-Unis en Espagne semblent ainsi faire partie de la stratégie de ce pays, quel que soit le parti au pouvoir. La décision de supprimer le marines et les avions ont été décidés et communiqués au gouvernement de Pedro Sánchez pendant la présidence de Donald Trump, et sont en cours d’exécution pendant celle de Biden. Dans le même temps, l’expansion de Rota a commencé avec le dernier budget de Trump et se terminera avec le premier de Biden.

Cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas de questions en suspens. La plus évidente est le renouvellement de l’accord de défense signé entre les États-Unis et l’Espagne en 2015, qui autorise un maximum de 3 000 soldats et 40 avions à Morn, qui expire en mars. Depuis, il a été renouvelé « sur une base annuelle », selon Semelroth, ce qui semble indiquer qu’il va continuer ainsi indéfiniment.

Plus épineuse est la situation à Rota, où quatre destroyers de la classe Arleigh Burke, qui font partie du bouclier antimissile. Les États-Unis veulent que Rota accueille deux autres Arleigh Burke, mais, pour autant que l’on sache, l’Espagne ne voit pas cette décision d’un bon œil. Semelroth n’a pas répondu à la question d’EL MUNDO sur cette mesure.

★★★★★