Le professeur qui donne toujours un 10 à ses élèves : « Je ne comprends pas que le titre puisse être donné avec des échecs et je suis sanctionné »

Yvn Pozuelo, professeur de français à Gijn, a été poursuivi pour avoir qualifié tous ses élèves avec la même note

professeur de Franc
Le professeur de français Yvn Pozuelo, à Gijn.JORGE PETEIRO
  • Éducation Un institut de Séville approuve subitement les huit échecs d’un étudiant qui n’est même pas allé en classe
  • Éducation Le gouvernement supprime les examens de rattrapage à l’ESO et il sera possible de passer le cours directement

Le professeur de Gijn Yvn Pozuelo il a l’habitude de donner un 10 à tous ses élèves français. Il dit que cela leur donne confiance, qu’ils peuvent apprendre sans anxiété, que le stress n’encourage pas les progrès des élèves et que la note est un frein à l’apprentissage. Il n’utilise pas de manuels, travaille par projets et évalue de manière holistique. L’examen consiste en ce que leurs étudiants adolescents préparent une vidéo et s’enregistrent en train de débattre, couvrant le premier chapitre de Le petit Prince ou lire le poème Cher frère blanc des Sénégalais Lopold Sdar Senghor, et il vérifie s’ils ont atteint l’objectif. Nous corrigeons ce qui a échoué et l’élève obtient sa propre note, explique-t-il. S’il a raison, je lui en donne 10 autres parce que j’apprécie également les compétences d’auto-évaluation.

Le ministre de l’Éducation de la Principauté des Asturies a sanctionné cet enseignant de huit mois de suspension de son emploi et de son salaire pour violation du droit des élèves à une évaluation objective dans le institut public Université du travail de Gijn. Il maintient qu’il note de la même manière depuis plus d’une décennie sans que personne n’ait attiré son attention auparavant. La Loé et la Lomloé ils me soutiennent, parce qu’ils parlent d’apprentissages différents et de rythmes différents ; jusqu’à ce que le Lomé dit que tous les élèves sont talentueux. Je ne comprends pas que le titre puisse être donné avec des suspensions et j’ai été accéléré pour mettre des dizaines. Les échecs n’ont pas de sens dans l’apprentissage d’une compétence : un élève peut avoir un 4,5 à un examen traditionnel mais un 10 aux concours, soutient Pozuelo.

Ce fils d’émigrants asturiens élevé en Paris, qui a étudié avec une bourse en La Sorbonne et il est médecin pour le Université d’Oviedo, représente le côté le plus extrême d’une tendance éducative qui favorise que les échecs ne sont pas le seul indicateur pour réussir le cours, qui défend que le même titre de la CETTE aux étudiants ayant des niveaux de connaissances différents et qui prône la suppression des examens de rattrapage. L’approbation du Lomloe a encouragé ces professeurs, qui rejettent une école traditionnelle où, selon eux, les élèves ne mémorisent que pour l’examen et oublient ensuite. Nous sommes dans un moment éducatif historique. Il y a de plus en plus d’enseignants et de parents qui pensent comme moi, dit Pozuelo, qui, en plus d’être enseignant au secondaire, est évaluateur de Erasmus +, fait partie des tribunaux de thèse de doctorat et appartient au Conseil d’administration de la Centre d’études historiques de la franc-maçonnerie espagnole.

« Tout le monde voulait un 10 »

Il avoue qu’au début de sa carrière, il était lui-même un enseignant traditionnel. Mais petit à petit, il a commencé à se rendre compte que le système ne fonctionnait pas. Il y a des années, lors d’un exercice de 1 d’ESO, une élève qui n’avait pas seulement obtenu de bonnes notes a répondu parfaitement et je lui ai donné un 10. Elle était excitée. Sa camarade de classe, qui était une dizaine traditionnelle, est devenue encore plus excitée jusqu’à ce qu’elle serre son amie dans ses bras. Ensuite, tout le monde a voulu que je vérifie s’ils avaient fait aussi bien et leur a donné 10. Ils m’ont demandé de les laisser réessayer, et ainsi de suite jusqu’à ce qu’ils aient bien fait et j’ai marqué leur 10. Et donc je les ai vus essayer plus fort. Ce jour-là a été un choc pour moi, je m’en souviens avec mon cœur battant, ça évoque. C’est alors qu’il commence à ruminer sur la rébellion du 10, qui est aussi le sous-titre de son livre Nègres ou professeurs ?

Je vois mes élèves motivés et progresser, assure-t-il. Ils savent, par exemple, qui ils sont Molière et Jacques Brel, connaître les dates clés du Révolution française et ils manipulent les expressions principales. Ma méthode est peut-être plus lente, mais tout ce qu’ils doivent savoir, ils finissent par apprendre, même si c’est un mois plus tard. Ils le font à leur rythme.

Pozuelo continue de s’entraîner malgré le record. Je le ferai jusqu’à ce que votre recours soit définitivement résolu devant le Ministre de l’Éducation. Maintenant, il enseigne la PF au École de tourisme et d’hôtellerie de Gijn, où il continue de donner des notes de 10 à la grande majorité de ses élèves. Je ne ferai rien d’autre, prévient-il. Du moins, jusqu’à ce que la loi sur l’éducation change pour déclarer expressément que l’apprentissage est un concours.

« Peu importe vos efforts et vos performances »

En 2019, l’Inspection a ouvert une information réservée à Yvn Pozuelo, qui était à l’IES Universidad Laboral de Gijn depuis 14 ans, où il était chef du département français. Selon l’exposé des charges, il est accusé d’avoir qualifié et qualifié tous ses élèves avec la même note, 10, quels que soient leur dévouement, leurs efforts et leurs performances, violant le droit des élèves à une évaluation objective. Il lui est attribué de refuser de faire l’évaluation formative, de ne pas conserver des enregistrements véridiques et efficaces des performances de ses élèves, de manquer de tests objectifs et de mélanger des critères de qualification, réduits à une distribution de valeurs pondérées. Une autre accusation a été d’omettre des éléments essentiels du programme officiel, comme la réduction des 30 critères d’évaluation établis à huit normes d’apprentissage. Fin septembre, ils l’ont informé de la disqualification, dont il a fait appel. Cette peine n’est même pas prononcée contre les enseignants qui ont commis des délits, se plaint-il, et dit d’aller vers la voie contentieuse-administrative. Le conseiller assure que la procédure a été absolument garante.

★★★★★