Les familles signaleront à la Generalitat de Catalua si elles ne respectent pas la peine de 25% d’espagnol et changent le modèle de langue

Le gouvernement dit qu’il n’a pas encore reçu l’ordonnance de la Cour suprême et évite de dire s’il doit demander l’exécution

Le ministre de l'Éducation
La ministre de l’Éducation, Pilar Alegra.EFE
  • Éducation La Cour suprême consacre 25% des cours d’espagnol et la Generalitat refuse de s’y conformer
  • Éducation Le TSJC exige 25% des cours d’espagnol dans toutes les écoles de Catalogne en raison de son utilisation « résiduelle »

Consécration par le Cour suprême du 25% classes d’espagnol dans toutes les écoles catalanes est confronté au grand obstacle que la Generalitat ne veut pas se conformer à la décision, et il ne semble pas que le gouvernement central va faire pression sur elle pour modifier tout son modèle linguistique et enterrer l’immersion qui a imposée depuis des années systématiquement dans les centres éducatifs. Ce seront les familles affectées qui, une fois de plus, devront exiger l’exécution de la décision de justice. Ana Losada, président de l’association Assemblée pour une Ecole Bilinge (AEB), avertit que, si le ministre de l’Éducation, Josep Gonzlez-Cambray, n’est pas conforme, ils le signaleront.

La Generalitat doit se conformer à ce que la Cour suprême a dit, mais si elle ne se conforme pas, nous la dénoncerons dès l’expiration des délais. Il y a le précédent de Quim Torra, qui a été disqualifié pour ne pas avoir voulu retirer la banderole en défense des prisonniers des Palaos, dit Losada. Pépé Domingue, porte-parole de Impulsion citoyenne, explique que le gouvernement est celui qui doit exiger l’exécution de la peine, mais tout parent concerné peut également le faire. Espérons que les autorités éducatives n’encourent pas de désobéissance à l’autorité judiciaire, indique-t-il.

Quels sont les plans du gouvernement ? Sources de Ministère de l’Éducation Ils disent qu’ils n’ont pas encore reçu la providence et que lorsqu’elle viendra, ils en parleront. Jusqu’à présent, le gouvernement n’a rien fait. Elle n’a même pas demandé l’exécution de l’arrêt du TSJC, bien qu’étant partie à cette procédure, qui résultait d’un Procureur de l’État présenté en 2015 au nom du ministère. Le gouvernement soutient que l’État ne peut s’ingérer dans une matière qui, à son avis, relève de la compétence de la Catalogne et garantit que ce sont les tribunaux qui doivent exécuter les peines.

Ce qui se passe, c’est que si le gouvernement continue de s’inhiber, comme il l’a fait ces années-là, la stigmatisation est à nouveau mise sur les familles, qui sont pointées du doigt si elles dénoncent, car le nationalisme interprète la demande de 25 % – juste un sujet central de plus dans L’espagnol, en plus de la langue – comme une attaque contre toute l’école catalane.

La Generalitat, en effet, vient de lancer un plan qui va à l’inverse de ce que dit la Justice, puisqu’il introduit davantage le catalan et contrôle l’usage de l’espagnol dans les écoles, comme cela se fait en parallèle à l’université.

Votre stratégie maintenant sera d’essayer de vous accrocher au Cela loi dire que la décision du TSJC a été dépassée, car lorsque le recours du procureur de la République a été déposé, la loi Wert était en vigueur, mais elle oublie délibérément qu’il existe une doctrine juridique antérieure qui dit la même chose depuis une décennie . En 2015, par exemple, la Cour suprême considérait déjà 25 % comme raisonnables et proportionnés.

La différence est que la Haute Cour ne répond plus à la demande d’une famille en particulier, mais établit que le changement doit être effectué dans toutes les écoles. Un autre point important est que la Justice précise pour la première fois l’utilisation résiduelle de l’espagnol dans les salles de classe catalanes avec des données fournies par la Generalitat elle-même, le TSJC dit qu’il n’est que de 18% en primaire et 19% en ESO.

★★★★★