La Justice européenne refuse à nouveau de rendre l’immunité à Puigdemont et ses anciens conseillers

Il considère que l’Euroorden et la procédure pénale sont suspendus dans toute l’UE, malgré l’arrestation de l’ancien président en Italie en septembre, et dit à Llarena qu’une décision spécifique de la Cour suprême n’est pas nécessaire à cet égard.

Carles Puigdemont et Clara Ponsat
Carles Puigdemont et Clara Ponsat, en Sardaigne en octobre dernier.Gianni BiddauAFP

Le Tribunal général de justice de l’UE a rejeté ce vendredi, une nouvelle fois, la demande de Carles Puigdemont, Toni Comn et Clara Ponsat de suspendre la levée de leur immunité. En mars de cette année, le Parlement européen a répondu à la demande des autorités judiciaires espagnoles et, après un processus très long et compliqué, a levé l’immunité parlementaire afin que le processus en cours, avec Eurordenes entre les deux sur tout le continent, puisse se poursuivre. Les personnes concernées ont déposé une plainte auprès du Tribunal de grande instance de Luxembourg de deux manières. D’une part, s’attaquer aux plus âgés, au fait lui-même. Et de l’autre, demandant des mesures provisoires pendant que les magistrats se prononcent sur leur cas, affirmant que leur arrestation et leur remise éventuelle aux autorités espagnoles causeraient « un préjudice grave et irréparable et les empêcheraient d’exercer leurs fonctions de députés européens ».

Par ordonnance, le 30 juillet, le vice-président du Tribunal a rejeté le recours, estimant qu’il n’avait pas démontré que la condition relative à l’urgence était remplie. Son interprétation est qu’il n’y avait aucun danger de ce préjudice irréparable, puisque la Cour suprême espagnole ayant elle-même saisi la CJUE d’une décision préjudicielle sur son affaire (le seul moyen d’essayer de savoir si les décisions de la justice belge, qu’elles ont rejeté pendant quatre ans toutes les tentatives de remise de l’Espagne étaient conformes à la loi), ils considéraient que la question « entraînait la suspension de l’exécution des ordres, comme l’avaient indiqué en substance les autorités espagnoles ».

Au Luxembourg, ils considéraient donc qu’il n’y aurait pas d’arrestations ou d’arrestations. Jusqu’en septembre, date à laquelle Puigdemont a été arrêté à l’aéroport d’Alghero (Italie), en application du mandat d’arrêt européen dirigé contre lui. Quelques jours plus tard, et dans le cadre de leur stratégie de défense, les trois députés européens (qui continuent d’occuper leurs sièges en toute normalité) ont présenté une deuxième demande de mesures provisoires, mais aujourd’hui, par un nouvel acte, le vice-président du Tribunal a de nouveau l’a rejeté. .

Les avocats des leaders indépendantistes ont fait valoir que tant l’arrestation que le fait que la Cour suprême a indiqué au tribunal italien que ni la procédure pénale ni les mandats d’arrêt européens n’avaient été suspendus démontreraient l’existence d’un risque de préjudice. Mais le vice-président du Tribunal, dans son mémoire, considère qu’aucun des éléments fournis désormais « ne permet de remettre en cause les considérations qui figurent dans le premier ordre des mesures conservatoires en relation avec les effets juridiques dérivés de la présentation de la demande de décision préjudicielle. Le vice-président, en conflit direct avec le juge espagnol, « confirme que la procédure pénale en cause est suspendue jusqu’à ce que la Cour de justice statue sur la demande de décision préjudicielle et précise que cette suspension découle directement de l’approche de ladite requête. et n’a pas besoin d’une décision spécifique de la Cour suprême à cet égard. »

La décision est une défaite pour Puigdemont, mais c’est surtout un coup dur pour la thèse du juge Llarena. Le vice-président du Tribunal met par écrit que les autorités judiciaires espagnoles étaient parfaitement conscientes de cet « effet suspensif » et confirme que « étant donné que ladite requête porte sur l’exécution des mandats d’arrêt européens émis dans le cadre de la procédure pénale qui Dans ce cas, la suspension de ce processus entraîne nécessairement la suspension de l’exécution desdites ordonnances, y compris judiciaires, sans qu’il soit besoin d’une décision spécifique de leur part ».

La défense des députés européens comprend le raisonnement, mais a fait valoir que malgré tout, il semble clair, compte tenu de ce qui s’est passé, que le risque d’arrestation est réel, et ils aimeraient avoir des mesures conservatoires de protection. Mais le magistrat communautaire rappelle que « même si certaines circonstances évoquées par les députés appuient la possibilité que certaines autorités nationales n’aient pas tiré toutes les conséquences qu’entraîne la présentation de la demande de décision préjudicielle, notamment celles relatives à la suspension de la procédure pénale procédure , les éléments fournis à l’ appui de la seconde demande de mesures conservatoires ne permettent pas de remettre en cause les appréciations portées dans le premier ordre de mesures conservatoires « . Autrement dit, tout était clair en juillet.

Son interprétation est qu’en dernière instance, la détention des députés ne constituerait pas en soi « un préjudice grave et irréparable ». L’exemple de l’Italie sera valable, puisqu’ils ont été arrêtés, ils devaient comparaître en audience, mais pour que le préjudice soit irréparable « il doit porter atteinte au droit des députés d’exercer librement leur mandat parlementaire et au bon fonctionnement du Parlement » , mais les députés ont en tout état de cause, maintenant leur immunité pour se rendre au lieu de réunion du Parlement, la demande n’a pas été prouvée. Ce qui s’est passé, soutiennent-ils au Luxembourg, étaye leur thèse. Malgré ce que disent Llarena et la Cour suprême espagnole, les « autorités judiciaires d’exécution n’ont pas l’intention d’exécuter les mandats d’arrêt européens dirigés contre les députés avant que la Cour de justice ne statue sur cette requête et que, par conséquent, ces députés ne courent pas le risque d’être remis aux autorités espagnoles à ce stade.

La décision d’aujourd’hui se termine en fait par un avis à Madrid. « En vertu du principe de coopération loyale, les autorités nationales doivent tenir compte de la suspension des poursuites pénales et de l’exécution des mandats d’arrêt européens dirigés contre des députés. La prémisse que certaines autorités nationales compétentes peuvent ne pas en tirer toutes les conséquences. car une décision préjudicielle ne peut être qu’hypothétique, et ne peut servir de base à la constatation de l’existence d’un préjudice grave et irréparable », précise le tribunal.

★★★★★