Le gouvernement andalou exécute sa loi foncière grâce à Vox et le PSOE 24 heures après avoir opposé leur veto aux budgets

L’approbation de la Liste au Parlement à une large majorité permet désormais au président Moreno de convoquer des élections quand il le souhaite désormais.

La présidente du conseil d'administration, Juanma Moreno, félicite le ministre du Développement, Marifr
Le Président du Conseil, Juanma Moreno, félicite le Ministre du Développement, Marifrn Carazo, après l’approbation de la Liste.CONSEIL ANDALOUSE

L’approbation, ce jeudi au Parlement, de la loi pour promouvoir la durabilité du territoire d’Andalousie, plus connue sous le nom de Liste, pourrait représenter un ballon à oxygène pour le gouvernement de coalition du PP et des Citoyens, 24 heures seulement après le retour de la même chambre. leur projet de loi de finances pour 2022. Mais l’abstention du PSOE, et surtout le soutien de Vox, à la loi foncière de l’exécutif présidé par Juanma Moreno pourrait aussi être le exception confirmant le pince que certains entrevoient déjà après la rupture de la négociation budgétaire de la part de ces deux parties.

Avec une large majorité, le gouvernement andalou a réalisé l’une de ses initiatives législatives vedettes, une nouvelle loi urbaine qui était réclamée, avant tout, par des municipalités, de toutes couleurs politiques, et dont l’approbation était l’un des principaux objectifs que l’exécutif s’était fixé dans cette législature, au point que toute hypothétique avancée électorale a été toujours conditionné à aller de l’avant.

A tel point que l’approbation par le Parlement de la nouvelle loi urbaine met entre les mains de l’exécutif, et notamment du président, la clé du législatif et lui laisse le mains libres de convoquer les élections lorsqu’il le jugera approprié.

En fait, l’une des exigences essentielles que Moreno s’était imposée dans cette législature était l’approbation de la Liste, à partir de laquelle il se sentirait libre de pouvoir dissoudre la chambre sur la base d’autres questions, y compris le soutien électoral qui prédit les scrutins ou que le veto de Vox est plus ou moins total.

Vox et le PSOE négociaient le texte juridique avec des partenaires gouvernementaux depuis des mois et les deux formations l’ont toujours retiré du bagarre politiqueEn prenant comme exemple, justement, qu’il n’y a pas de blocus généralisé du gouvernement. Bien que l’échec des budgets, le premier que le gouvernement du PP-C n’ait pas approuvé ces dernières années, ait marqué pour beaucoup le début de la fin de la législature et la convocation d’élections qui n’attendront pas la fin de l’année prochaine .

Moins de paperasse et plus simple

La nouvelle loi, qui entrera en vigueur avant la fin de l’année, offre, selon le Conseil, plus de sécurité juridique et évite les problèmes causés par l’annulation des plans d’urbanisme par les tribunaux, en plus de démêler l’écheveau des procédures administratives, en les simplifiant. De même, les délais sont réduits et le recours à la déclaration responsable est étendu, tout en donnant une nouvelle valeur au silence administratif, qui ne paralysera plus le traitement de ces plans.

L’une des nouveautés les plus importantes soulignées par le ministre du Développement, chargé de sa préparation, est la réglementation de la sol rustique en permettant la construction de maisons unifamiliales isolées « mais toujours dans le respect de l’environnement et en privilégiant la lutte contre le dépeuplement ».

De même, la Liste ouvre la possibilité aux communes de rédiger plans spéciaux pour corriger l’impact environnemental généré par des ensembles de bâtiments irréguliers et leur fournir des infrastructures de base en assainissement, eau et électricité, garantissant ainsi les conditions minimales de sécurité et de santé.

De l’importance que le gouvernement andalou accorde à sa loi foncière, la traitement législatif, ce qui s’est fait par voie rapide, trois mois seulement et après le mois de mai dernier, Vox a boycotté l’initiative après avoir annoncé sa neuvième rupture avec l’exécutif de Moreno en raison de l’accueil en Andalousie de treize étrangers non accompagnés (minerais) de moins de Ceuta. Avec la Liste, l’autre victime était la loi sur la santé publique, qui a été, au moins pour le moment, parquée.

★★★★★