La Cour suprême annule la condamnation de Teresa Rodríguez pour atteinte à l’honneur de l’ancienne ministre Utrera Molina dans un tweet

La porte-parole d’Adelante Andaluca a déclaré qu’elle était l’une des responsables, avec Manuel Fraga, de l’ignoble meurtre au garrot de Salvador Puig Antich.

Teresa Rodr
Teresa Rodrguez, dans une image de 2019.GOGO LOBATO
  • Tribunaux Teresa Rodrguez est reconnue coupable d’avoir qualifié Utrera Molina de meurtrière dans un tweet

La Chambre civile de la Cour suprême (TS) a révoqué la condamnation pour violation du droit à l’honneur imposée à la porte-parole d’Adelante Andaluca et parlementaire non-inscrite, Teresa Rodrguez, pour avoir publié un « tweet » dans lequel elle déclarait que l’ancienne ministre Jos Utrera Molina était responsable du « meurtre » de Salvador Puig Antich en 1974.

Le tribunal fait droit au recours formé par le député contre le jugement du tribunal provincial de Madrid qui, comme un tribunal de première instance, a déclaré l’existence d’une ingérence illégitime dans le droit à l’honneur de l’ancien ministre, pour laquelle elle a été condamnée à verser une indemnité de 5 000 euros à ses enfants.

Les 2 mars 2018, Teresa Rodríguez a publié un tweet sur son compte Twitter avec ce texte : « Aujourd’hui, il y a 44 ans, Salvador Puig Antich a été exécuté par un vil bâton. Parmi les responsables de son assassinat, Fraga a fondé le PP et Utrera Molina a été enterrée l’année dernière. au son du visage au soleil par les membres d’un même parti. Ils continuent, nous aussi ».

La Chambre met en balance les droits en conflit, celui de la liberté d’expression et celui de l’honneur, et conclut qu’en l’espèce l’expression « responsable du meurtre » de Puig Antich utilisée par le député « ne saurait être interprétée comme l’accusation au défunt de l’auteur du crime actuellement défini à l’article 139 du Code pénal ».

« Exprimer le Avis du plaignant sur la responsabilité politique du défunt, en tant que haut responsable politique et membre du Conseil des ministres qui a donné les « informés » à la peine de mort de M. Puig Antich, dans l’exécution des condamnés à mort », précise la Chambre.

Il ajoute que l’émission de cet avis par un leader politique, un parlementaire autonome, sur des événements d’importance politique et historique, et ses critiques se référant à une personnalité politique et liées à de tels événements, « satisfont aux fonction de contribuer au débat et à la formation de l’opinion publique dans une société démocratique et est protégé par la liberté d’expression, puisqu’aucune expression injurieuse ou dégradante n’a été utilisée qui soit déconnectée de la sphère touchée par les manifestations menées. »

Et il ajoute que pour cette raison, « l’exercice par le défendeur de la liberté d’expression conformément aux paramètres constitutionnels doit prévaloir sur la mémoire de feu M. Utrera Molina ».

FAITS D’INTÉRÊT GÉNÉRAL

La Chambre considère que le tweet faisait référence à des événements d’intérêt général survenus récemment sous la dictature du général Francisco Franco et que la personne concernée avait été un dirigeant politique important pendant ledit régime, raison pour laquelle comprend que les limites de la critique sont plus larges qu’à l’égard d’autres personnes sans pertinence politique ou en ce qui concerne des faits sans importance publique.

Il affirme que de tels faits ont également intérêt historique, comme le soulignent les intimés, et cela ne les prive pas d’un intérêt pour la formation de l’opinion publique, « puisque les événements historiques, d’autant plus s’ils renvoient à l’histoire récente, présentent cet intérêt général dans une société démocratique ».

En outre, il rappelle que sans préjudice de l’importance des manifestations qui se déroulent au Parlement, cette protection accrue s’étend également aux manifestations publiques faites par des parlementaires en dehors du parlement.

« Le fait que les protestations en question aient été faites sur le compte de ladite politique sur le réseau social Twitter n’enlève rien à cette circonstance, puisque, selon les pratiques sociales actuelles, ce réseau social est un canal d’expression par lequel les dirigeants politiques ont l’habitude de s’adresser à l’opinion publique », lit-on dans la phrase de 20 pages recueillie par Europa Press.

LE JUGEMENT D’UN CONSEIL DE GUERRE

Le tribunal affirme que le fait qu' »un parlementaire qualifie l’exécution d’une peine de mort de ‘meurtre’ est protégé par la liberté d’expression, puisqu’il exprime, en des termes très critiques, son opinion, et celle des citoyens qu’il représente. , sur la peine de mort, au moins celle prononcée dans un certain cas ».

Ainsi, il soutient qu’il s’agit d’un « pertinence évidente « que ladite peine de mort avait été prononcée dans une sentence prononcée par une cour martiale détenus pendant une dictature, « sans les garanties d’une procédure pénale tenue dans un régime démocratique ».

D’autre part, la résolution, une présentation de Rafael Saraz, explique qu’il est un fait admis que M. Utrera Molina avait occupé des postes politiques importants pendant la dictature du général Franco et que, lorsque les événements se sont produits, Il a été Ministre Secrétaire Général du Mouvement en Conseil des Ministres auquel les trois condamnations à mort ont été communiquées dicté dans les conseils de guerre tenus à ces dates.

Il précise que, à l’égard de l’un d’eux, il est indiqué que dans le décret 560/1974, du 1er mars, le général Franco a exercé la prérogative de grâce et commué la peine de mort prononcée par une cour martiale selon une procédure très extrême. plus bas en degré.

Et que dans le cas des deux autres condamnations à mort, dont l’une prononcée contre Puig Antich, ladite prérogative de grâce n’a pas été exercée et le Conseil des ministres a publié le « en connaissance de cause », condition nécessaire à l’exécution de la peine de mort.

★★★★★