La Cour nationale ordonne à la police d’enquêter sur les paiements du Venezuela aux fondateurs de Podemos

Le juge ordonne à l’Udef d’accréditer le versement de 142 000 dollars à Carolina Bescansa, Jorge Lago et Ariel Jerez via la société Viu

Carolina Bescansa, co-fondatrice de Podemos, en 2019.
Carolina Bescansa, co-fondatrice de Podemos, en 2019.EFE

Nouvelle impulsion à la cause ouverte au Tribunal National pour le prétendu financement irrégulier de Podemos. Le magistrat du Tribunal central d’instruction numéro 6 a ordonné d’enquêter sur l’Unité de délinquance économique et fiscale de la police (Udef) sur les transferts de fonds d’une valeur de 142 000 dollars (125 507 euros au taux de change actuel) que les fondateurs de Podemos ont reçus du Venezuela Caroline Bescansa, Jorge Lago et Xérès Ariel, à travers la société Viu Comunicaciones.

Selon des sources de l’enquête à EL MUNDO, le juge des renforts Joaqun Gadea a émis une voiture datée de ce mercredi dans laquelle il accepte une batterie de poursuites après l’ancien chef du renseignement vénézuélien Hugo Carvajal, connu sous le pseudonyme de Le poulet, a fait une déclaration à l’audience du 27 octobre et a raconté en détail le prétendu financement irrégulier de la formation violette.

En plus de suivre les mouvements bancaires des fondateurs de United We Can, l’instructeur ordonne à la police judiciaire d’analyser les entreprises Communication Viu et Viu Europe, ainsi que son implication présumée dans ces événements. Il se trouve que dans sa récente déclaration Hugo Carvajal a fait valoir que les deux sociétés étaient utilisées comme sociétés écrans pour financer la formation logement dans notre pays.

Ce conglomérat d’entreprises a déjà émergé il y a quelques années, ayant reçu 69 000 euros du fondateur de Podemos Juan Carlos Monedero pour de prétendus services de conseil pour la création d’une monnaie unique pour plusieurs pays d’Amérique latine.

Le rôle de la bourse

Dans le même temps, le juge ordonne également à l’Udef de mener des procédures visant à constater la présence de Monedero au Venezuela, ainsi que l’accréditation de ses collections.

Le leader historique de la formation logement Il a été accusé devant le tribunal par l’ancien chef des renseignements vénézuéliens d’avoir recouvré auprès du gouvernement de Nicols Maduro des emplois de conseil fictifs acheminés par l’intermédiaire de la compagnie pétrolière d’État PDVSA.

Dans le même ordre d’idées, Carvajal a remis un rapport au tribunal le 5 octobre dans lequel il affirmait que le gouvernement Maduro menait des activités visant à financer Podemos. Pour étayer ses affirmations, il a envoyé au tribunal un document destiné à envoyer au président du Venezuela l’approbation de fonds pour la participation de PDVSA au XXIe Congrès mondial du pétrole à Moscou.

Dans ce document, daté du 16 octobre 2016, la société Viu Comunicaciones a été embauchée, qui selon l’ancien chef des renseignements vénézuéliens aurait été instrumentalisée pour le financement irrégulier du parti Podemos.

Argent et affaires

Selon la documentation transmise à la Cour nationale, la location a été effectuée pour un montant de 532 520 dollars (470 618 euros au taux de change actuel) pour tout ce qui concerne la participation de la compagnie pétrolière d’État PDVSA au congrès susmentionné, dont 110 000 dollars. (97 213 euros). ) pour la gestion directe de Viu Comunicaciones. La société Prodiseo a été sous-traitée pour 280.520 dollars (184.288 euros) et 142.000 dollars ont été alloués aux sociologues Ariel Jerez, Carolina Bescansa et Jorge Lago, fondateurs de la formation. logement.

Concrètement, le juge Gadea ordonne désormais à l’Udef d’analyser la réalité du transfert d’argent reflété dans la documentation fournie par Le poulet en ce qui concerne les comptes bancaires de Viu Comunicaciones, Viu Europa, Prodiseo et ceux de Bescansa, Jerez et Lago.

Des sources proches de ces sociétés assurent à ce journal que la seule relation qu’ils ont eue avec les dirigeants de Podemos se limitait au paiement qu’ils ont reçu de Monedero, et ils soulignent qu’ils ont effectué les services pour lesquels ils ont facturé. Ils rejettent également avoir contribué au financement illégal du parti ou avoir entretenu des relations avec un quelconque dirigeant de Podemos.

Hugo Carvajal, qui a commencé à collaborer avec la justice espagnole pour éviter d’être extradé pour trafic de drogue vers les États-Unis, a déclaré qu’il savait que le gouvernement vénézuélien avait organisé l’expédition ou la livraison d’actifs financiers provenant d’activités illégales présumées à différents pays pour financer des mouvements politiques dans le cadre de « la politique étrangère ». Avec cette activité, le gouvernement de Nicols Maduro aura tenté d’exercer une influence au niveau international.

La déclaration de ‘El Pollo’

Selon l’ancien chef du renseignement du Chavismo, les envois d’argent du gouvernement vénézuélien auraient été destinés, entre autres pays, à l’Argentine, au Brésil, Paraguay, Pérou, Colombie, Italie et Espagne. Dans le cas espagnol, le témoin a souligné que les livraisons de fonds visaient à financer, par différents moyens, la formation animée par Pablo Iglesias.

Toujours selon la déclaration judiciaire fournie par Carvajal, ces livraisons de fonds en espèces auraient été effectuées en Espagne via une valise diplomatique vénézuélienne ou via différentes sociétés. Pour sa part, Le poulet Il a également affirmé que Podemos était financé par des livraisons d’espèces au Venezuela depuis l’ambassade de Cuba.

Dans cette procédure ouverte pour le financement illégal de Podemos, les délits de blanchiment d’argent, de fraude fiscale et de falsification de documents font l’objet d’enquêtes. La cause reste secrète.

★★★★★