La Catalogne perd 64 juges en un an et le TSJC demande un complément de salaire pour les empêcher de partir

  • Justice Fuite des juges en Catalogne : le TSJC demande « une incitation économique » pour les empêcher de partir

Cette année, l’usine judiciaire catalane a connu un déficit de 64 juges et magistrats, le chiffre le plus élevé des dix dernières années dont seul celui de 2015, au début du processus d’indépendance, avec 59 est un peu plus proche. Cela signifie que davantage de juges et de magistrats ont demandé à se rendre vers d’autres destinations dans le reste de l’Espagne par rapport à ceux qui sont venus dans la communauté. Sur les 5 dernières années seulement en 2018, avec un déficit de 28 professionnels, il s’agissait du chiffre le plus élevé. C’est juste après le 1er octobre et la déclaration unilatérale d’indépendance que le rôle des juges a été davantage remis en cause et même la sécurité des tribunaux a dû être renforcée face à l’attaque de la CDR avec des excréments et des ordures sur certains tribunaux.

Face à cette situation, le Tribunal supérieur de justice de Catalogne (TSJC) a lancé un cri d’alerte. Déjà dans la mémoire de l’année dernière, il a demandé un supplément de salaire pour les juges comme incitation à venir exercer dans la communauté, cependant, ce vendredi, la chambre gouvernementale du tribunal de grande instance de Catalogne a décidé de délivrer un accord pour ce problème en tenant compte  » les besoins de couverture générés à la suite du licenciement des étudiants de la 70e promotion de l’école judiciaire qui occupent des fonctions de remplacement dans divers organes judiciaires de Catalogne et la publication du concours pour le transfert des juges « cette année.

73 des 188 juges de cette promotion, qui ont reçu leur mandat du roi Felipe VI lundi à la fin de l’École judiciaire, doivent prendre leurs fonctions dans les prochaines semaines dans les partis judiciaires catalans. L’accord TSJC rappelle que la Catalogne « souffre depuis des décennies d’une désertification permanente de l’usine judiciaire. Les causes auxquelles ce phénomène a été attribué ont été diverses, du coût plus élevé que la vie entraîne dans ce territoire, en raison du manque de tradition d’opposition pour l’accès à la carrière judiciaire ou, même, la difficulté supplémentaire que cela peut supposer pour les juges d’autres territoires, le fait que la Catalogne a sa propre langue ou un droit civil, aussi le sien. a essayé d’expliquer le manque d’intérêt à demander et / ou à séjourner dans les destinations de la Catalogne, plus récemment s’est ajoutée la situation vécue ces dernières années « .

« Cependant, en l’espèce, plutôt que d’approfondir les raisons qui ont rendu ce territoire peu attractif pour de nombreux juges et magistrats, il est intéressant, d’une part, de montrer que la désertification constatée Il ne s’agit pas d’un phénomène temporaire ou temporaire, ni susceptible de disparaître de lui-même. Et, d’autre part, de soulever la nécessité d’adopter, sans délai, des mesures efficaces pour favoriser la stabilité du personnel judiciaire », précise le TSJC. .

« Mesure à court terme »

En ce sens, le tribunal demande au Conseil général de la magistrature (CGPJ) d’exhorter le ministère de la Justice à établir ce supplément de destination « similaire en concept et en montant » à celui qui existe déjà aux îles Canaries, au Pays basque et en Navarre. . Ils considèrent que « la stabilité des juges et magistrats réguliers avec destination en Catalogne requiert l’adoption de mesures qui encouragent le volontariat dans l’obtention d’une destination et la permanence sur ce territoire, de manière efficace » et rappellent que « l’offre massive de postes de ce territoire pour les nouveaux juges est une mesure à court terme qui ne comble que temporairement le déficit existant, étant inefficace pour empêcher la mobilité, le manque de couverture des places et leurs conséquences. »

Le TSJC soutient qu’il existe des « circonstances particulières » compte tenu de « la nécessité de stabiliser le personnel judiciaire en Catalogne » et c’est pourquoi elle doit être atténuée avec une « prévision économique spécifique ». La présidente de ce tribunal, Jess Mara Barrientos, a fait remarquer que dans les semaines à venir, il y aura environ 80 places de moins pour les juges en Catalogne, compte tenu du licenciement des 20 étudiants de l’École judiciaire qui occupent des postes de remplacement et de renfort dans leur dernière stade de la formation, puisqu’ils reçoivent maintenant la première destination, en plus du troisième concours cette année avec des demandes de changement de destination, dans lequel 41 juges sont diplômés de la promotion précédente et qui jusqu’à présent ont exercé en Catalogne iront à d’autres tribunaux .

De plus, en décembre, il y aura un quatrième concours pour les changements de destinations cette année et 21 juges supplémentaires partiront. Parmi les juges de la nouvelle promotion, 73 viendront aux partis judiciaires catalans à partir de décembre, bien que « la plupart d’entre eux viennent parce qu’ils n’ont pas eu d’alternative » puisqu’ils doivent choisir leur premier poste parmi les places disponibles « , a souligné Barrientos et a rappelé que « de rester dans ces destinations le temps minimum indispensable », car ils ne pourront demander un transfert que dans un an et la plupart d’entre eux viennent d’autres communautés autonomes.

« Il n’est donc pas risqué de prédire qu’il pourrait en être de même avec les juges de la 70e Promotion de l’Ecole Judiciaire qui, sous peu, prendront possession de leur première mission et qu’ils pourront concourir d’ici un an », conclut le TSJC qu’il souligne également que sur les sept lieux qui ont été désertés après le choix des destinations par ces juges, 6 d’entre eux se trouvent en Catalogne (La Bisbal d’Empord, Ripoll, Santa Coloma de Farners, La Seu d’Urgell , Solsona et Tremp) et le reste aux îles Canaries (San Sebastin de la Gomera)

Juges suppléants

Le TSJC souligne qu’à fin novembre « un total de 40 juridictions resteront à couvrir, ni par un juge ordinaire ni par un suppléant, jusqu’au 15 décembre 2021, date à laquelle est prévue le rattachement à leurs destinations ». les juges de Ja 70 Promotion de l’École Judiciaire, ce qui suppose, en plus, d’exiger un surmenage injuste aux juges qui restent en Catalogne « . Ainsi, ils affectent « l’utilisation intensive des sacs de substituts externes qui, en raison de la situation décrite, est nécessaire pour effectuer et qui a forcé l’expansion récente, car le nombre de substituts a été épuisé. Le nombre total des substituts et des substituts disponibles, en 2021, s’élève à 194, ce qui représente 23,17% de la main-d’œuvre biologique totale (837 places en Catalogne) « .

Pour cette raison, le président du TSJC considère que « nous n’avons pas assez de juges pour les remplacer pour couvrir tous les postes vacants qui vont être générés », bien qu’il remarque qu’il s’agit « d’un problème structurel de la carrière judiciaire catalane, et ce scénario va très probablement se répéter de façon récurrente. » Pour cette raison, outre les incitations réclamées au ministère, elle considère également qu’une autre solution « d’incitation » réside dans la proposition de la Generalitat de créer des bourses pour les diplômés en droit afin de s’opposer aux nouveaux juges.

Solution « essentielle »

Dans des déclarations à ce média, le porte-parole catalan de l’Association professionnelle de la magistrature, Pablo Bar, a assuré que « nous dénonçons depuis quatre ans l’augmentation inquiétante des révocations de juges de Catalogne. Malheureusement, l’absence d’adoption de mesures a motivé le Le déficit de juges réguliers dans cette communauté est beaucoup plus élevé que dans tout autre territoire d’Espagne. promotion sont obligés de venir en Catalogne. C’est pourquoi il est essentiel que le ministère de la Justice cesse de regarder de l’autre côté et s’attaque définitivement au problème « .

Le porte-parole national de l’Association judiciaire Francisco de Vitoria, Jorge Fernndez Vaquero, a souligné qu’il s’agit d’un « problème structurel » de manque de couverture des lieux de la communauté lié à une moindre tradition d’opposants ou à des moyens insuffisants dans les tribunaux, en plus de être surchargé de travail, auquel s’ajoute la situation de « climat social » qu’a connue la Catalogne ces dernières années. Pour cette raison, il estime que la demande du TSJC est une « solution » que le CGPJ doit appliquer pour améliorer le service de justice étant donné le dynamisme de certains tribunaux car cela peut affecter le service aux usagers.

Il a également voulu dissocier le « déficit historique » de magistrats en Catalogne, puisque la majorité décide de ne pas poursuivre une carrière professionnelle dans la communauté, du contexte d’incertitude provoqué par le processus politique de ces dernières années puisqu’il considère que la situation touche plus des professionnels du secteur et pas seulement des juges.

★★★★★