Des milliers de personnes défilent contre la ‘loi bâillon’ et demandent la démission du gouvernement : « Ils veulent mettre la police au-dessous des criminels »

Ayuso prévient qu' »une minorité rancunière ne peut pas remettre en cause la sécurité de tous les Espagnols »

Manifestation
Manifestation des forces de sécurité à Madrid.JJ GUILLNEFE
  • Habitent Manifestation contre la réforme de la loi bâillon, en direct
  • À l’intérieur Des agents de toutes les forces de police se dressent contre le gouvernement : « Si la réforme est consommée, la rue brûlera »

Des milliers de personnes, pour la plupart des agents de toutes les forces de police, des gardes civils à la police nationale, régionale et locale, sont descendues dans les rues de Madrid ce samedi pour protester contre la réforme proposée par le gouvernement de l’actuel Loi sur la sécurité des citoyens, l’appel« Loi du bâillon », dans une manifestation à laquelle PP, Vox et Ciudadanos se sont joints. « Nous n’allons pas permettre au gouvernement de continuer à déprotéger la police », ont déclaré les manifestants, qui ont scandé la « démission du gouvernement » et ont surtout exigé le départ du ministre de l’Intérieur, Fernando Grande-Marlaska.

La réforme de la loi sur la sécurité citoyenne a réussi à amener tous les syndicats de police à se mettre d’accord. C’est la première fois dans l’histoire que toutes les forces de police (nationales, locales et autonomes) et la Garde civile sont unies dans une manifestation. Avec le sentiment principal d’être dépossédés de leur autorité, les changements dans la réglementation ont réalisé une unité d’action, inédite jusqu’à présent, parmi tous les représentants de la sécurité, qui préviennent que cette fusion est le début d’autres actions contre l’exécutif par Pedro Snchez au cas où la réforme ne serait pas abrogée.

Selon l’organisation, les prévisions auraient pu être respectées et atteindre 30 000 personnes. Cependant, ils font valoir qu’il est encore trop tôt pour faire une estimation exacte. Sous le slogan « Non à l’insécurité en Espagne », la manifestation est partie de la Puerta del Sol. La proclamation la plus populaire était : « Non à la réforme de la loi sur la sécurité citoyenne ». En atteignant les portes du Congrès, les manifestants se sont arrêtés et ont sifflé fort avec des sirènes à fort volume.

Les dirigeants de Vox et Ciudadanos, Santiago Abascal et Ins Arrimadas se sont joints à la manifestation. Il a également reçu l’aval du maire de Madrid, Jos Luis Martnez-Almeida, et de la présidente de la région, Isabel Daz Ayuso, qui a comparu quelques minutes à Sol pour apporter son soutien depuis le siège du gouvernement régional, bien qu’elle ait pas participé à la marche. Ses mots ont été : « Si nous ne sommes pas au sommet de cette réforme, l’Espagne régressera, avant tout, en matière de liberté et de sécurité. « Une minorité rancunière ne peut pas remettre en cause la sécurité de tous les Espagnols et délégitimer le travail effectué par nos forces et organes de sécurité, à qui nous devons tant. C’est la loi de la jungle, du fort contre le faible », a souligné .

Ayuso accueille un garde civil lors de la manifestation
Ayuso accueille un garde civil pendant la manifestation.JJ GUILLNEFE

« Je suis ici parce que l’attaque que ce gouvernement mène contre la police et la garde civile est l’une des choses les plus graves que j’aie vues », a déclaré un agent nommé Jos Antonio, 57 ans, qui porte un drapeau espagnol noué au cou. . « Ce qui se passe est une honte, c’est du jamais vu », a déclaré Antonia, 51 ans. « Ils veulent mettre la police au-dessous du criminel », a déclaré Marina, 43 ans.

Les concentrations qui ont précédé la manifestation massive de ce samedi ont commencé mercredi dernier avec la présence à Madrid les dirigeants du PP et de Vox, Pablo Casado y Abascal, et le porte-parole adjoint de Cs, Edmundo Bal.

Malgré les divergences initiales entre syndicats et associations, finalement tous les groupes représentatifs des forces de sécurité de l’État ont décidé d’assister à la marche parrainée par Jusapol, l’association née en 2018 et dont ont émergé Jupol et Jucil, les deux organisations actuellement les plus représentées dans les conseils de la Police nationale et de la Garde civile, respectivement.

★★★★★