Pablo Casado étant « belligérant » dans la défense de la Rioja car il craint que le PSOE ne cède devant les nationalistes

« Aujourd’hui je suis plus inquiet qu’hier », reconnaît le président du PP après le retrait de l’initiative PNV sans que le PSOE se soit « présenté »

Pablo Casado, ce vendredi à La Rioja.
Pablo Casado, ce vendredi à La Rioja.David MudarraPP / EFE
  • Podcast Pourquoi le PNV veut contrôler les vins de La Rioja Alavesa ?
  • Vignerons La Rioja répond au PNV que personne ne remettra en cause son « unité » après son « attaque dévastatrice » contre la dénomination.

Le président du PP, Pablo Casado, a promis d’être « belliqueux » dans l’unité du La Rioja ayant réussi à désactiver la dernière tentative du PNV de créer sa propre sous-dénomination dans le pays Basque contrôlé par le gouvernement d’Iigo Urkullu. « Je suis plus inquiet aujourd’hui qu’hier », a-t-il reconnu après avoir parcouru les vignobles de la Vignobles Campo Viejo au Logroo, car le leader du PP craint que les nationalistes ne revendiquent à nouveau cette division d’un PSOE qui n’a pas été « mis en scène » dans cette polémique.

Casado a admiré les vignobles de la cave située à la périphérie de Logroo et a lié la revendication du PNV dans le cadre des négociations menées avec le gouvernement de Pedro Sánchez. Le porte-parole du PNV, Aitor Esteban, a annoncé hier le retrait de son initiative après avoir trouvé un accord avec le ministre Luis Planas pour rechercher avec « discrétion » un accord qui permettrait la création de son propre organisme de régulation de la production dans le Rioja Alavesa.

« Nous nous sommes totalement opposés à cette vieille revendication du nationalisme et nous serons avec ce que veulent les vignerons et les viticulteurs de la Rioja », a souligné Casado. Le leader du PP a dénoncé le silence de Planas lui-même ou du président de La Rioja Concha Andreu sous la pression du PNV. Un silence rompu hier après le limogeage du PNV mais celui de Casado montre que tant « les intérêts de Sanchez » prévaudront sur ceux des près de 15 000 viticulteurs et des milliers d’ouvriers des près de 600 caves de cette appellation d’origine qualifiée.

Casado a lié cette controverse au « bazar » des transferts du gouvernement de Sanchez à ses partenaires d’investiture au Congrès pour faire approuver les budgets 2022. dangereux « , a prévenu Casado qui s’est rendu à La Rioja pour défendre l’unité de la dénomination d’origine et, aussi, valoriser le castillan dans son berceau de San Millin de la Cogolla.

Le président du PP craint, après les pactes déjà signés tout au long de la législature, que Sanchez cède encore plus aux prétentions des partis indépendantistes lorsque le Congrès devra approuver jusqu’à 60 réformes que le Commission européenne nécessaires pour faciliter l’acheminement des fonds européens.

« L’électeur finit par choisir l’original », a prévenu Casado Snchez avant la disposition du président socialiste à donner une importance politique à EH Bildu, un parti qui double pratiquement le PSOE en Euskadi mais aussi CER, qui gouverne en Catalogne, ou à BNG, avec de meilleurs résultats électoraux que les socialistes en Galice.

Au contraire, Casado a défendu comme exemple de « stabilité » les trois budgets déjà atteints par Juanma Moreno au andalou malgré l’avertissement de Vox de ne pas faciliter l’approbation de 2022. Casado a également salué le projet de budget pour le prochain exercice préparé par le président Isabel Daz Ayuso. De plus, il a voulu fermer toutes les fissures avec son partenaire de parti et le pouls que le président de Madrid entretient avec la direction de Gênes.

Casado a annoncé qu’il tentera de se rendre demain à la manifestation convoquée par les organisations policières à Madrid où il pourra coïncider avec Ayuso. Le président du PP avance sa participation à un forum des présidents provinciaux du PP qui se tient à Len avec une intervention à partir de 9h30 pour ensuite se rendre à Madrid. De plus, Casado, interrogé sur la célébration du congrès régional du PP à La Rioja, a localisé le début de ces conclaves d’autonomies provinciales à partir du mois de février, de sorte que le congrès de Madrid devra s’adapter, en principe, à ce calendrier.

★★★★★