Yolanda Díaz insiste sur le fait que le gouvernement doit être « plus proche du peuple »

Il prévient Sánchez qu’il est nécessaire de « rapprocher les mesures des citoyens » et qu’il ne doit pas rester dans des annonces « temporaires et extraordinaires »

Vice-présidente Yolande D.
La vice-présidente Yolanda Daz, lors d’un événement à San Lorenzo de El Escorial.EFE
  • politique Yolanda Daz relance Sumar
  • Les mesures Le tour de Sánchez déloge Yolanda Díaz

La deuxième vice-présidente, Yolanda Díaz, a insisté lundi sur le fait que le gouvernement doit être « plus proche du peuple » et doit prendre plus de mesures que celles annoncées par Pedro Sánchez la semaine dernière dans le débat sur l’état de la nation.

Pour Daz, les taxes et aides annoncées par Sánchez sont des mesures « temporaires et extraordinaires » et d’autres doivent être prises « de manière décisive, sans hésitation ». La proposition United We Can, record, est une réforme fiscale qui sert à « alléger la pression fiscale » pour les classes moyennes et à l’augmenter pour les classes supérieures et les entreprises. « Les marges des entreprises sont énormes, c’est pourquoi elles doivent payer plus », s’est-il défendu.

Yolanda Díaz touche ainsi au message qu’elle a fait passer ces dernières semaines et qu’elle a résumé dans une interview préalable au débat dans laquelle elle a affirmé que le Gouvernement « manque d’âme ». Deux jours plus tard, Sánchez a annoncé au Congrès de nouvelles taxes sur les compagnies d’électricité et les banques et d’autres mesures qu’il n’avait pas communiquées auparavant à son deuxième vice-président.

Le leader de United We Can a fait ces déclarations lors d’un séminaire organisé par la coalition dans le cadre des cours d’été à El Escorial. Dans l’acte, modéré par l’ancien chef de Podemos Juan Carlos Monedero, Díaz a revendiqué le rôle « violet » au sein du gouvernement : « Nous savons gouverner et nous le faisons bien mieux que ceux qui ont pillé les caisses publiques de notre pays. Nous avons montré comment nous économisons à notre population. Ils ne vont pas nous dire comment gouverner. »

Concernant son projet Sumar, qu’il a lancé il y a 10 jours comme plate-forme pour son éventuelle candidature aux élections générales, Díaz a réaffirmé qu’il s’agit d’un mouvement citoyen dans lequel « les partis doivent être mais ils ne doivent pas être ». Le ministre considère l’équipe «violette» «essentielle» et a salué l’importance que la fin du bipartisme a eu pour la démocratie. Cependant, il soutient que le parti de Pablo Iglesias est à la traîne et qu’il faut faire « un pas de plus ».

La ministre de l’Égalité, Irene Montero, a défendu qu' »il n’y a pas de plus grand mensonge » que de considérer que la vie de Podemos s’est « épuisée ». Il affirme que la formation est un pilier essentiel pour assurer la « permanence et la stabilité » du gouvernement de coalition. Malgré l’écart, l’équipe « violette » s’est affirmée comme une alliée de Sumar.

Sur la voie de la démocratie, proposée par la déléguée, il y a de la place pour « tous les partis politiques qui le veulent », puisque, comme elle le dit, elle cherche une confluence d’idées qui luttent contre la polarisation et l’extrémisme idéologique.

L’agenda du ministre du Travail se poursuit par un voyage aux Etats-Unis, comme Montero l’a fait début juillet. Au cours de sa tournée du pays nord-américain, il rencontrera son homologue marty walshqui assure témoigner de son admiration pour la `Rider Law?, et avec le sénateur Bernie Sanders, entre autres.

Díaz rencontrera également le secrétaire adjoint de l’ONU pour présenter une résolution sur l’économie sociale dans l’espoir d’être atteinte par l’organisation. Le ministre a rappelé que la Commission européenne a travaillé « énormément » dessus et qu’elle a le soutien du commissaire et d’autres ministres européens du travail.

★★★★★