Personne n’est innocent dans la liberté du meurtrier de l’enfant de Lardero

La porte-parole du gouvernement a indiqué ce vendredi qu’il faudra vérifier si le processus qui a conduit à la libération de Francisco Jos Almeida, arrêté pour la mort d’un garçon de neuf ans à Lardero (Réussite). « Sans aucun doute, il faudra vérifier s’il y a eu des problèmes spécifiques dans ce protocole », a déclaré Isabel Rodríguez dans une interview matinale à Antenne 3.

Quelques heures plus tard, lors d’une manifestation publique à Barcelone, le ministre de l’Intérieur, Fernando Grande-Marlaska, plus concerné, a élargi le champ d’investigation possible. À la critique de la performance des institutions pénitentiaires pour lui avoir accordé le troisième degré, il a souligné qu’Almeida était déjà dans une autre phase plus avancée dans laquelle les responsabilités sont différentes. « Je ne sais pas pourquoi ils parlent de troisième degré. Cette personne était en probation, ce qui est une résolution d’une autorité judiciaire, et n’a pas fait l’objet d’un appel par le procureur. »

Le responsable de l’Intérieur réunit dans une sentence les trois instances – Institutions pénitentiaires, Tribunaux et Procureur – qui depuis l’arrestation d’Almeida il y a 23 ans sont intervenues dans sa situation pénitentiaire et qui ont conduit à sa libération le 28 octobre.

Le Tribunal de Surveillance Pénitentiaire, par exemple, lui a accordé les premiers permis de sortie contre les Etablissements Pénitentiaires. Les prisons, quant à elles, ont fini par lui donner le troisième degré, un régime de semi-libération auquel le procureur n’a pas eu recours, et elle ne s’est pas non plus opposée à ce qu’il accepte la libération conditionnelle.

Premiers permis

Le tribunal a autorisé leurs sorties contre les critères des établissements pénitentiaires

Après avoir été arrêté le 24 août 1998 pour la mort d’un agent immobilier à Logroo, la première fois qu’Almeida a pu comparaître en liberté, c’est en 2013. Il a été condamné à 15 ans de prison. Un tribunal avec jury lui avait donné 30 ans pour meurtre (20) et agression sexuelle (10). Le chiffre a été consolidé en une seule peine de 25 ans conformément aux règles de la durée effective maximale d’incarcération.

La loi permet l’accès aux permis ordinaires une fois qu’un quart de la peine a été purgé, une barrière qu’Almeida a largement dépassée – il en faut plus de la moitié – sans que ces autorisations ne lui parviennent. Le Conseil de traitement de la prison cantabrique Le Duso, auquel il a été transféré en raison de la gravité de sa peine, il s’oppose.

Ce sont les ressources du détenu qui lui donnent accès aux permis ordinaires. Selon des sources judiciaires, le tribunal de surveillance pénitentiaire de Santander examine la demande d’Almeida et lui accorde les premières sorties. La bonne conduite incite à la concession des suivants, qui ne s’arrêteront plus. Almeida a dénombré 39 autorisations de sortie entre 2013 et 2020, selon des sources pénitentiaires. Dans aucun d’entre eux, il n’a de problèmes, ce qui, avec le temps, lui permet d’obtenir plus facilement une semi-liberté.

Tentatives infructueuses

La Cour provinciale révoque deux décisions du juge de semi-liberté

En 2015, deux ans après l’obtention du premier permis, Almeida tente d’aller plus loin. Le Conseil de traitement d’El Dueso, obligé de revoir périodiquement sa situation, le maintient au deuxième degré, le régime de fermeture le plus fréquent dans les prisons. Au refus d’août de cette année-là, Almeida a répondu en se rendant au Secrétariat général des institutions pénitentiaires pour revoir la décision. La réponse de Madrid est la même : il ne progresse pas en troisième année.

Almeida se rend ensuite au tribunal de surveillance pénitentiaire de Santander, responsable des détenus d’El Dueso. Le 23 octobre 2015, un mois après la non des prisons, le tribunal examine son appel. Selon des sources judiciaires, dans une brève ordonnance, le juge de la Surveillance conclut qu’« il y a une marge de progression ».

Le juge fait valoir que les références des prisons et du procureur à la gravité du crime sont déjà envisagées dans le montant de la peine, qui a largement dépassé les deux tiers de la conformité, fait preuve d’un bon comportement en prison et se conforme aux obligations financières imposées en phrase. De plus, pour ses sorties, il bénéficie du soutien d’une association qui lui propose formation et travail.

Le juge accepte d’appliquer le régime mixte de l’article 100.2 du Règlement pénitentiaire, qui combine des éléments du deuxième et du troisième degré. Le procureur convient avec la prison qu’il doit rester en régime fermé et fait appel, affirmant que le régime de semi-liberté que le juge lui a donné est « prématuré ». Le tribunal provincial de La Rioja évalue l’appel, donc Almeida continue de limiter ses sorties aux permis ordinaires.

L’année suivante, le prisonnier essaie à nouveau. Un nouveau refus du Secrétaire Général des Institutions Pénitentiaires est porté devant la justice. Encore une fois, le juge a fait droit à l’appel. Cette fois, la voiture n’est pas si rare. Il indique que, malgré la gravité du crime, ce qui doit être abordé, c’est la « carrière carcérale » du détenu. À ce moment-là, Almeida a déjà eu plus de quinze autorisations de sortie ordinaires sans incident.

La voiture met en évidence que le détenu a un comportement impeccable et suit son programme de traitement individualisé depuis des années. Ainsi, l’arrêté du 26 avril 2016 le considère « préparé à un régime de semi-liberté ». De nouveau, le procureur a fait appel de la décision devant le tribunal chargé de la détermination de la peine. Le tribunal de La Rioja annule à nouveau la progression de grade.

Troisième degré

Les établissements pénitentiaires s’opposent à la Commission de traitement

Après le second refus de l’Audience, Almeida vérifie que la prison continue de le maintenir en régime fermé. Laissez passer un peu de temps sans recours, jusqu’à ce que fin 2019 vous réessayez. En novembre, la commission de traitement l’a maintenu au second degré par six voix contre trois et Almeida a décidé de porter l’affaire devant le secrétaire général des établissements pénitentiaires. Cette fois, le 6 février 2020, il obtient le troisième diplôme.

Des sources pénitentiaires indiquent qu’à cette époque, il est estimé que le refus de la Commission de traitement n’a pas été unanime, que les autorisations sans incidents totalisent désormais 38 et que leur évolution dans le traitement et dans la prison a été bonne. Il a également dépassé les trois quarts de sa peine en trois ans, un jalon qui ouvre même la porte à la libération conditionnelle.

La décision des Institutions pénitentiaires est de lui octroyer le troisième degré, en optant pour le régime dit « ouvert restreint », destiné aux condamnés « avec un casier judiciaire particulier, une personnalité anormale ou des conditions personnelles différentes ». Il permet de restreindre les sorties vers l’extérieur, en établissant les conditions, les contrôles et autres moyens de protection.

La décision est communiquée au procureur, qui peut faire appel de la progression du diplôme. Mais cette fois, il n’y a pas de recours. Almeida passe en troisième année et, en même temps, est transféré à la prison de Logroo.

Peu de temps après son arrivée, le conseil d’administration de ce centre propose une libération conditionnelle. La Cour de surveillance pénitentiaire de Logroo examine le dossier et demande l’avis du procureur. « Elle est transférée au parquet, qui dresse un procès-verbal dans le sens de ne pas s’opposer à la libération conditionnelle », reprend l’arrêté du 8 avril 2020 qui accorde ce régime. À ce moment-là, Almeida avait été condamné à 21 ans et demi.

La résolution impose certaines règles de conduite, la fixation d’une adresse, des présentations bimensuelles au service pour la gestion des sanctions et mesures alternatives, et la participation au programme d’insertion professionnelle. Depuis un an et demi qu’il est en probation, Almeida a des entretiens avec des responsables pénitentiaires. Tout semble aller pour le mieux jusqu’à l’après-midi du 28 octobre.

Les réactions

PP et Vox portent l’affaire en séance de contrôle auprès du gouvernement

Outre les déclarations des ministres Rodríguez et Grande-Marlaska, l’opposition s’est également prononcée sur la question. Le PP et Vox ont présenté des questions parlementaires afin que la semaine prochaine le ministre de l’Intérieur explique en séance de contrôle les performances de son département.

Vox, en outre, a déposé une plainte auprès du procureur pour la concession du troisième degré par les institutions pénitentiaires. Selon le parti de Santiago Abascal, cette décision – dont le procureur n’a pas fait appel – aurait pu être un crime de tergiversation.

★★★★★