Pedro Snchez convoque ses présidents régionaux à Ferraz pour tenter d’étouffer la guerre des financements

La direction nationale du PSOE rassemble ses « barons » pour réduire les affrontements et chercher des points de rencontre

Pedro S
Pedro Snchez et Mara Jess Montero.JAVIER BARBANCHO

Le nouveau modèle de financement autonome est l’un des grands melons qui s’ouvrira dans les semaines à venir. Le Ministère des Finances envisage de présenter aux communautés une proposition de base du critère de population sur lequel travailler. À la fin de ce mois, il y aura une réunion en Galice des régions du PSOE et du PP, des représentants de la soi-disant Espagne vidé, d’unir nos forces.

Au sein du parti socialiste, il y a des positions opposées. Un choc, même public, que ni le gouvernement ni la direction socialiste n’apprécient, qui a convoqué ce vendredi ses présidents de région pour tenter de faire baisser les tensions et tenter d’unir une position commune, ce que le barons voir impossible. Ils sont convoqués au siège de Ferraz, comme l’ont confirmé différentes sources à EL MUNDO.

L’objectif de la direction socialiste est que la nomination serve à atteindre une position de minimum parmi ses présidents de région afin d’éviter que les fissures internes ne se développent. Le but ultime, en tout cas, serait d’empêcher les communautés socialistes de nouer des alliances et des fronts avec celles du PP, ce que les régions jugent inévitable.

Le 23 novembre, le président galicien, Alberto Nez Feijo (PP), a convoqué une réunion à laquelle les présidents des Asturies (PSOE), de Cantabrie (RPC), d’Estrémadure (PSOE), de La Rioja (PSOE) ont été initialement convoqués. Len (PP), Castilla-La Mancha (PSOE) et Aragn (PSOE). À l’exception du président de La Rioja, qui a refusé d’y assister, le reste des dirigeants participera à ce sommet qui réunit les Espagne vidé.

L’appel de Vara à Feijo

Cette entente qui rassemble les régions les moins peuplées s’est activée entre fin septembre et début octobre, après la nomination des présidents Ximo Puig (Communauté valencienne-PSOE) et Juanma Moreno (Andalousie-PP) à Séville, où ils scellé une alliance pour, entre autres, demander au gouvernement de mettre fin à ce qu’ils considèrent comme un sous-financement de leurs communautés.

Face au malaise que génèrent ces ententes interrégionales au Gouvernement et à Ferraz, certains barons Les socialistes parient de retarder le conclave galicien pour se réunir avant les présidents socialistes afin d’échanger leurs positions et faire l’effort de trouver des points de rencontre.

Guillermo Fernndez Vara, président d’Estrémadure et chef de la politique autonome de l’exécutif du PSOE, a été l’une des voix qui ont parié sur cette voie. En effet, compte tenu de sa position de chef autonome de la direction socialiste, il a appelé Feijo pour lui demander de reporter la nomination, initialement prévue le 2 novembre. Le report du 23 a permis à Ferraz de convoquer ses présidents pour discuter de la question.

Le chef du PSOE et président du gouvernement, Pedro Sánchez, a chargé deux de ses barons, Fernández Vara et Juan Espadas, ce dernier en tant que président du Conseil politique fédéral, tentent d’unir une position commune. Le nœud du problème peut être résumé d’une manière simple dans laquelle des régions telles que la Communauté valencienne demandent que le critère qui prévaut dans la répartition du financement autonome soit celui de la population ajustée, tandis que d’autres comme Castilla-La Mancha -en général , les plus dépeuplés – ils veulent que le coût réel des services publics prévale. C’est-à-dire que l’exécutif donne la priorité au fait que les régions les plus dépeuplées aient un coût par habitant en offrant des services supérieurs à ceux d’autres régions plus peuplées.

« Le nombrilisme »

Précisément, le président castillan-Manchego, Emiliano Garca-Page, a décrit ce mercredi la réunion qui se tiendra en Galice comme une revendication des communautés contre « l’ombilicalisme » qui, à son avis, existe du M-30 à Madrid dans le gouvernement de l’État .

Le financement autonome est une question très sensible. En témoigne la réaction qu’a eue il y a quelques jours Javier Lambn, président d’Aragn, après que la ministre des Finances, Mara Jess Montero, ait signalé que seule Murcie et la Communauté valencienne étaient des régions « sous-financées ». « Nous sommes absolument en désaccord avec la ministre dans cette approche, je pense qu’elle n’est pas au courant de la réalité des différentes communautés », a répondu Lambn.

★★★★★