Ayuso et Martnez-Almeida ont mangé jeudi dernier pour éviter la « guerre civile » à Madrid

Le maire et le président de Madrid ont accepté de ne pas casser leur « ticket » malgré la lutte pour le contrôle du PP à Madrid

Isabelle D
Isabel Daz Ayuso et Jos Manuel Martnez-Almeida.J. AYM

Alors que la direction nationale du PP tente de le pousser un peu plus loin dans les primaires et qu’il dévoile en privé ses plans, Jos Luis Martnez-Almeida pratique également une fine diplomatie. Comme EL MUNDO l’a appris de sources dans la Communauté de Madrid et la Mairie de Madrid, le maire de la capitale a mangé pendant deux heures à la Puerta del Sol -le siège du gouvernement régional- avec Isabel Daz Ayuso jeudi dernier, le 28 décembre. octobre, pour tenter d’aplanir les « tensions » et renouveler leur attachement au « ticket » électoral qu’ils forment tous les deux.

C’était une réunion secrète dont ils ne savaient rien, pas même certains de ses plus proches associés. Il s’est tenu dans la salle à manger du président régional et Ayuso y a clairement demandé à Martnez-Almeida quelle est sa position actuelle sur la direction du PP à Madrid et le congrès régional qui se tiendra l’année prochaine.

Le porte-parole national du PP a répondu qu’il parie sur la troisième voie. En d’autres termes, maintenir le modèle actuel, dans lequel il existe un contre-pouvoir organique entre le président de Madrid et le maire.

Ce que Martnez-Almeida a dit, c’est qu’il préfère une « troisième personne » pour présider l’appareil régional, selon des sources du conseil municipal. C’est ce que signifie la « troisième voie ».

Des sources de l’Alcada ajoutent que Gnova était au courant de la nourriture et ne voyait aucun problème, et qu’Almeida a dit à Ayuso que ce qui était monté autour du PP à Madrid semblait inutile. C’est à ce moment-là que j’ai proposé d’accepter une troisième voie et elle m’a répondu qu’elle ne la partageait pas.

« Ils restent pour manger en passant tout »

Ayuso a de nouveau pris note de la préférence de Martnez-Almeida et lui a rappelé qu’il souhaitait se présenter au congrès et présider le PP de Madrid, comme on le sait déjà. Mais tous deux ont convenu que cet écart n’est pas bon pour briser leur « tandem », ou leur camaraderie (les deux s’appellent « partenaire », c’est-à-dire partenaire en anglais).

Le jeudi n’est pas le premier repas qu’ils prennent depuis des semaines. En octobre, ils se sont rencontrés dans un restaurant, selon des sources à Puerta del Sol, également pour se retrouver en privé. Dans l’environnement d’Ayuso, ils considèrent que ces réunions secrètes sont un signe que leur relation n’est pas mauvaise, et ils pensent que la confrontation est stimulée par la direction nationale.

« Pendant que Gnova les envoie se coller, ils restent à manger en passant tout », ironise une source du PP à Madrid, bien que la direction nationale du PP connaisse le rendez-vous. Pendant ce temps, à Gênes, ils assurent que c’est l’équipe de Sol qui s’est polarisée, en sapant « l’autorité » de la direction du parti.

Y a-t-il donc une possibilité que Gnova et Ayuso soient d’accord avec Almeida sur l’équation ? Des sources de la Communauté de Madrid assurent qu’elles veulent éviter une « guerre civile » et qu’elles sont prêtes à accepter un consensus sur l’orientation future du PP de Madrid, à condition qu’Ayuso le préside.

Le lien entre les deux « parties »

En fait, ils indiquent Alphonse Serrano futur secrétaire général de la formation pour assurer la liaison entre les deux côtés. Et Martnez-Almeida aura un rôle notable, soulignent-ils. « Le tandem Ayuso-Almeida ne peut pas être brisé, et ils le brisent », insistent les sources.

Au fur et à mesure que ce journal avançait ce mercredi, Gnova serait également prêt à accepter qu’Ayuso préside l’appareil, mais seulement dans le cas hypothétique où il renonce à son plan et s’accroche à « l’autorité » et au « modèle » du parti de la direction nationale, sans répéter les « erreurs d’autrefois », c’est-à-dire quand Esperanza Aguirre concentrait tout le pouvoir.

★★★★★