Neuf ans de douleur et de colère pour les victimes de l’accident de train d’Alvia

Les familles dénoncent des retards dans l’instruction et reprochent au Gouvernement de ne pas enquêter de manière approfondie

Le train Alvia 044155, qui couvrait
Le train Alvia 044155, qui couvre l’itinéraire entre Madrid et Ferrol, après avoir déraillé dans une courbe très proche de Saint-Jacques-de-Compostelle.EPE
  • « Affaire Alvia » Les victimes de l’Alvia, contre José Blanco et Ana Pastor à l’occasion du huitième anniversaire de l’accident : « Pourquoi n’assumez-vous pas votre responsabilité maintenant ? »
  • les victimes Les morts de l’accident de train à Santiago

la courbe de À Grandeira, à trois kilomètres de Saint Jacques de Compostelle, fête ses neuf ans en tant que témoin muet de la plus grave tragédie ferroviaire de la démocratie. Le 24 juillet 2013, un train Alvia déraille faisant 80 morts et 145 blessés et, depuis, inlassablement, les victimes et les familles des défunts reviennent chaque année pour s’en souvenir. Son insistance empêche l’accident de tomber dans l’oubli, mais, jusqu’à présent, il n’a pas atteint le but qu’ils poursuivent depuis que le deuil a fait place à la rage : que justice soit faite. Aujourd’hui, ils répéteront leur pèlerinage dans l’espoir de commencer à voir cette fin accomplie. Ce sera le dernier anniversaire avant que l’affaire ne soit jugée.

Le soulagement que la vérité soit connue ne sera cependant pas complet. S’approprier la phrase sneca qu’une justice lente n’est pas justice, ils disent que le retard judiciaire les empêche de tourner la page en connaissant les causes du déraillement. Certaines victimes et membres de la famille sont morts au fil des ans, pour eux il n’y aura jamais de justice, regrette-t-il Jésus Dominguez, le président de l’association majoritaire des sinistrés, la plate-forme Alvia 04155.

Ce sera un soulagement partiel car tout le monde ne pourra pas le voir et aussi parce que, bien qu’au prochain anniversaire, l’affaire sera condamnée, elle ne répondra pas à toutes vos questions. L’année prochaine, nous aurons une peine mais nous ne savons pas si la justice, dit Domnguez, qui voit dans les retards d’une enquête judiciaire de neuf ans un retard qui n’est pas accidentel, dont différentes institutions étatiques sont responsables.

Ils critiquent la dissimulation et le retard dans la remise des documents au tribunal par le Ministère du développement et organismes Renfe Oui adif, le changement de juge en pleine enquête malgré sa demande au Conseil général du pouvoir judiciaire, l’inaction du premier procureur de l’affaire ou le fait que le Planche imposé des experts inexpérimentés qui ont retardé et plagié d’autres rapports.

Le procès doit débuter le 5 octobre devant le tribunal pénal numéro 2 de Santiago et jusqu’en juin 2023 pour élucider les responsabilités pénales et civiles. Il se développera en Ville galicienne de la culture pour s’adapter aux besoins d’espace d’un procès de 195 accusations dans lequel la déclaration de 494 témoins, 193 experts et 21 témoins experts est attendue.

concentration
Concentration des victimes devant le siège de la justice.B.DAZ

Sur le banc sera assis l’ingénieur qui conduisait le train, Francisco José Garzn, et l’ancien directeur de la sécurité routière chez Adif Andrés Cortabitarte, qui occupait le poste au moment de la mise en service de la ligne. Le Parquet demande que chacun soit condamné à quatre ans de prison comme responsable de 80 délits d’homicide pour faute professionnelle grave, 145 délits de blessure et un de dommage. Les assureurs Renfe et Adif doivent répondre des responsabilités civiles.

Le procureur dans l’affaire Mario Piero, soutient que le conducteur roulait à 199 kilomètres à l’heure dans une section proche de la courbe d’A Grandeira lorsqu’il a répondu à un appel de l’inspecteur sur le téléphone portable de l’entreprise, a parlé pendant 100 secondes et n’a pas réalisé qu’il devait réduire la vitesse, car lui a-t-on dit, indiqué par les balises ferroviaires et le tableau de vitesse des trains, jusqu’à 80 kilomètres à l’heure. Il a négligé le moindre soin de ses devoirs professionnels et n’a activé les systèmes de freinage de service et d’urgence que lorsqu’il était très proche de la courbe, de sorte qu’il a réussi à réduire la vitesse à 179,38 kilomètres par heure, mais cela n’a pas été suffisant pour l’empêcher de s’écraser, le train va dérailler.

De Cortabitarte soutient qu’il a manqué à l’obligation qui lui incombait en raison de son statut au sein de l’Adif et que l’accident tragique ne se serait pas produit s’il avait évalué et géré le risque d’excès de vitesse sur la section accidentée. Il soutient qu’il devait garantir que la ligne était sûre, mais ce n’était pas le cas, elle était plutôt très vulnérable à l’erreur humaine en raison du changement important de vitesse dans la courbe.

Les victimes insistent sur le fait que le 24 juillet non seulement le train a déraillé, mais aussi la Justice, le Gouvernement, les politiques et les institutions. Avec le ton vindicatif qui les caractérise, ils préviennent : Nous n’arrêterons pas de nous battre jusqu’au bout pour que justice soit faite, que toute la vérité soit connue, que les responsabilités soient assumées et qu’on nous demande pardon pour le traitement reçu.

Ils arrivent à cet anniversaire avec l’épine plantée dans le fait que le gouvernement n’a pas enquêté à fond. La Commission d’enquête sur les accidents ferroviaires (CIAF) a publié un rapport dans lequel elle a conclu que la seule cause était l’excès de vitesse du conducteur, mais le Agence ferroviaire européenne, auquel ils ont eu recours par l’intermédiaire du député européen de la BNG Anne Miranda, elle reproche à l’Espagne de ne pas avoir mené d’enquête indépendante conformément à la réglementation européenne et en 2016 elle a demandé qu’une nouvelle soit menée.

Il ne l’a jamais fait et ils se sont retrouvés devant la Chambre Contentieuse-Administrative du Cour supérieure de justice de Madrid, qu’en juin, il a partiellement accédé à leur demande et contraint le CIAF à se réunir et à traiter, analyser et résoudre cette analyse indépendante conformément à la loi.

On en dit très peu sur nos institutions que cette enquête n’ait pas encore été lancée, critiquent les personnes concernées, qui répartissent le blâme politique entre socialistes et populaires. Ils se souviennent que, étant ministre des Travaux publics Joseph Blanc (PSOE), le projet initial de la ligne d’accident a été modifié et le système de sécurité a été supprimé dans la section la plus dangereuse. Et que, étant responsable Ana Pasteur (PP), une enquête indépendante et une aide à la justice ont été promises au parlement, mais plusieurs ordonnances ont pointé le manque de collaboration de Fomento, Renfe et Adif.

★★★★★