Les victimes du train Alvia : « Le Pouvoir Exécutif s’immisce dans la Justice et il faut que les gens sachent »

Des proches et des victimes de l’accident ferroviaire se sont réunis ce dimanche à Saint-Jacques-de-Compostelle pour exiger que la vérité soit connue

parents et v
Des proches et des victimes lors de la manifestation à Santiago pour réclamer justice.EPE
  • Galice Neuf ans de douleur et de colère pour les victimes de l’accident de train d’Alvia
  • Accident Les victimes de l’Alvia

Le 24 juillet devrait être « un jour de souvenir et de mémoire pour ceux qui ne sont plus là » car ils ont perdu la vie dans le déraillement du train Alvia à l’extérieur de Saint Jacques de Compostelle en 2013, mais, à l’occasion de son neuvième anniversaire, les victimes et leurs proches déplorent que « nous devions continuer à nous concentrer et à donner raison ». Ce dimanche, ils sont retournés à la gare où le train endommagé n’est jamais arrivé et ont parcouru plusieurs rues de la capitale galicienne en manifestation pour rendre publiques leurs revendications, dont cette année le procès sur l’affaire devrait commencer en octobre.

Dans l’administration de la justice, il a mis son œil Jésus Dominguez, président de l’association majoritaire des sinistrés, le Plate-forme Alvia 04155. S’adressant aux médias au début de la manifestation, il a déploré que dans ce cas « le pouvoir exécutif et le gouvernement et l’État, à la fin, mettent la main à la justice et le peuple doit le savoir ».

Domnguez insiste sur le fait que la plateforme croit en la justice et en l’indépendance du juge Maria Elena Fernandez Currs, chef du tribunal pénal numéro 2 de Santiago qui, à partir du 5 octobre, juge l’affaire, mais les neuf dernières années les ont rendus mécréants du système.

Il s’interroge sur le « retard non accidentel » de la procédure judiciaire dont « différentes institutions de l’Etat sont responsables » et qui a fait que la Justice soit moins Justice parce qu’elle est lente, puisqu' »il y a des membres de la famille, des pères, des mères et des frères et sœurs qui étaient ici d’autres années et qui sont déjà décédés » sans connaître la vérité sur ce qui s’est passé.

Il souligne également que le Conseil général du pouvoir judiciaire a ignoré sa demande de ne pas changer le premier juge d’instruction, Louis Alez, qu’il a quitté l’affaire en pleine instruction en raison d’un changement de juridiction ; à « l’inaction » du premier procureur dans l’affaire, Antoine Rome; et diverses ordonnances judiciaires dans lesquelles le tribunal a reproché « la dissimulation et le retard » dans la remise de documents par le Ministère des travaux publics, Renfe Oui Adif.

Ses critiques s’adressent à pratiquement tous les partis politiques, en particulier le PP et le PSOE. En fait, depuis des années, il est courant que leurs protestations incorporent des photos d’anciens ministres des Travaux publics Ana Pasteur (PP) et Joseph Blanc (PSOE). A Ana Pastor car « elle a promis une enquête indépendante et une collaboration avec la justice au parlement », mais le tribunal a reproché aux organisations qui dépendent d’elle ce manque de collaboration avec la Justice.

À Blanco parce que pendant son temps à la barre, il a annoncé que la nouvelle ligne à grande vitesse disposait de systèmes de sécurité qui auraient empêché la tragédie et « modifié le projet initial en raison de la hâte, éliminant le système de sécurité dans la section la plus dangereuse ».

Critique du président galicien

Alfonso Rueda, président de la Gouvernement de Galice et ancien responsable du portefeuille Justice dans la communauté, a également été la cible de ses critiques cette année. Ils lui reprochent « d’imposer aux experts » qui ont fait des rapports sur l’accident, « des fonctionnaires qui ne sont pas objectifs et qui n’avaient aucune expérience dans le ferroviaire et qui ont plagié le rapport du CIAF », le Commission d’enquête sur les accidents ferroviaires.

Sur la Plaza del Obradoiro, qui ce dimanche était une ruche de touristes et de pèlerins car c’était la veille du grand jour de la Galice, Jean Saw, qui a perdu son frère dans l’accident, a dénoncé que le gouvernement galicien, comme il l’a fait lors du premier anniversaire, a changé la date de remise des médailles d’or galiciennes du 25 au 24 juillet « la faisant coïncider avec l’anniversaire pour détourner l’attention sur votre dissimulation stratégie. »

Tout a déraillé dans cette affaire

« Neuf ans plus tard, le Gouvernement, la Justice, les politiques et les institutions déraillent », insistent-ils, convaincus que « cela en dit très peu sur nos institutions » qu’une enquête technique indépendante sur l’accident n’ait pas encore été ouverte après que l’Union européenne a mis en cause la le manque d’indépendance du rapport établi par le CIAF, qui concluait que l’entière responsabilité incombait au conducteur du train, Francisco José Garzan Amo. Dans le procès, il sera accusé avec l’ancien directeur de la sécurité routière d’Adif, Andrés Cortabitarte.

Cette enquête n’a été menée « ni par les gouvernements du PP, ni du PSOE, ni par celui de ce dernier en coalition avec Podemos malgré le soutien initial et le silence qui a suivi » et ils continuent d’exiger qu’elle soit faite, maintenant aussi avec le soutien de la Cour supérieure de justice de Madrid dans un jugement en juin dernier.

Malgré ces critiques de United We Can, ce dimanche, deux représentants du Cercle de Compostelle, y compris votre chef d’organisation, Daniel López, les a accompagnés dans leur démonstration. L’autre parti qui, jusqu’à présent, a été dans tous ses actes, le BNG, avec une délégation dirigée par la députée européenne Ana Miranda et seule députée de la formation au Congrès, n’a pas non plus manqué le rendez-vous. Nestor Rego.

Rego a rappelé que la commission d’enquête ouverte au Congrès il y a quatre ans était restée inachevée lorsque des élections anticipées ont été convoquées en 2019 et qu’en septembre, une initiative de son groupe a réussi à la faire approuver pour la reprendre, bien qu’elle soit maintenant suspendue en attendant que l’affaire soit résolue. en cour.

Anne Miranda, qui a accompagné les victimes dans leurs revendications devant le Union européenne Au cours des dernières années, il s’est interrogé sur le fait qu' »il n’est pas normal que nous soyons ouverts depuis neuf ans avec cette affaire ouverte sans aucun type de responsabilité politique, judiciaire ou de changements législatifs » et a rappelé que le Commission européenne a ouvert une procédure d’infraction en 2019 contre l’État espagnol pour non-respect de la réglementation sur les risques.

★★★★★