Les victimes d’Alvia, contre Jos Blanco et Ana Pastor à l’occasion du huitième anniversaire de l’accident : « Pourquoi n’assumez-vous pas votre responsabilité maintenant ? »

L’ancien ministre des Travaux publics a autorisé l’abolition du système de sécurité de l’autoroute et l’ancien ministre a promis une enquête

La plate-forme de V
Alvia Victims Platform 04155, ce samedi.EFE

Près de 3.000 jours, quatre gouvernements et quatre ministres des Travaux publics après l’accident du train d’Alvia avec 80 morts et 144 blessés dans la périphérie de Saint-Jacques-de-Compostelle, les victimes n’arrivent toujours pas à trouver la « vérité, justice et réparation » qu’elles revendiquent avec détermination.

Ce samedi, huit ans après le drame, ils ont été à nouveau poursuivis en justice et, lassés, ont porté plainte contre ceux qui considèrent le politique comme responsable de ce qui s’est passé, les anciens ministres des Travaux publics. Jos Blanc et Ana Pasteur.

Comme chaque année depuis sept ans, des victimes de toute l’Espagne mènent un acte de protestation dans la capitale galicienne et, à cette occasion, elles ont sorti une banderole avec deux grandes photos de Pastor et Blanco. Accompagnant les images, un message très critique : « L’UE et la Justice démantèlent vos mensonges, pourquoi n’assumez-vous pas votre responsabilité maintenant ?

Ce huitième anniversaire a commencé devant la gare de Santiago, destination que l’Alvia n’a jamais atteinte à la veille de la fête de la Galice en 2013. De là, un groupe de manifestants moins nombreux que d’habitude en raison de la situation exceptionnelle qui en découle de la pandémie de coronavirus, ils ont parcouru les rues de la ville jusqu’à la place centrale de l’Obradoiro. Là, avec la cathédrale en arrière-plan, ils ont expliqué leurs revendications.

Adif, Renfe et Développement

Les victimes et leurs familles ont rappelé qu’il s’agit du plus grave drame ferroviaire de la démocratie et qu’au cours des sept dernières années – leur première manifestation a coïncidé avec le premier anniversaire – ils ont dénoncé à plusieurs reprises que la défaillance humaine n’était pas la seule cause de l’accident, mais « la conséquence d’un comportement négligent de Adif, Renfe et promotionnelle ».

Cet anniversaire est inévitablement marqué par la clôture de l’instruction de l’affaire qui est suivie de cet accident au Tribunal d’Instruction numéro 3 de Santiago et par l’ouverture cette semaine du procès oral.

L’affaire sera finalement jugée, selon toutes les prévisions, au premier trimestre 2022 avec deux prévenus sur le banc : le conducteur de train, Francisco Jos Garzn Amo, et le directeur de la sécurité routière de l’Adif au moment de la mise en service de la ligne, André Cortabitarte.

Maintenant que le procureur, dans son acte d’accusation, a confirmé, comme l’avaient déjà fait les victimes, le juge d’instruction et le tribunal provincial de Coruesa, que la ligne d’accident « n’était pas sûre » et que « l’accident ne se serait pas produit si Adif avait géré le risque d’excès de vitesse », les victimes ont perdu patience et estiment qu’en plus des responsabilités pénales, les responsabilités politiques ne peuvent être différées. Et ici, ils désignent Blanco et Pastor, actuellement conseiller de Enags et vice-président du Congrès, respectivement.

Le ministre et le ministre

Ils ont interrogé Jos Blanco sur le fait qu’en tant que ministre, il avait autorisé la modification du projet initial en supprimant le système de sécurité dans la section la plus dangereuse, où apparaît la première courbe après une longue ligne droite, où l’Alvia déraille. De plus, il « a fait connaître en grande pompe » que la nouvelle ligne à grande vitesse disposait des systèmes de sécurité qui auraient permis d’éviter l’accident.

D’Ana Pastor, qui « a été la personne qui a le plus travaillé auprès des institutions publiques pour cacher les causes d’un drame. Elle a promis, en privé et au parlement, une enquête technique indépendante et une pleine collaboration avec la justice », mais « a menti au victimes et au citoyen ».

Aussi que pendant son mandat le système de sécurité ERTMS a été déconnecté – ce qui aurait alerté le conducteur – car il a généré des retards et qu’un avertissement écrit d’un chef mécanicien du danger à Angrois a été ignoré.
Les personnes concernées affirment que « une preuve supplémentaire des responsabilités politiques des deux » sont les procédures d’infraction que l’UE a ouvertes à l’Espagne pour violation des règles de sécurité.

« Ils ont choisi la facilité »

Par ailleurs, ils rappellent que les autorités européennes ont mis en cause le manque d’indépendance de la Commission d’enquête sur les accidents ferroviaires.
« Ils n’ont pas assumé leurs responsabilités et ont choisi la voie la plus facile et la plus indigne. Ils ont essayé par tous les moyens de contaminer l’opinion publique, en accusant le dernier maillon de la chaîne, le machiniste », critiquent-ils.

En ce huitième anniversaire, ils ont eu le soutien politique du BNG, Ciudadanos, Compostelle Aberta Oui Anova, des partis qui les ont toujours soutenus inconditionnellement. Parmi eux se trouvait la porte-parole du Bloc nationaliste galicien en Europe, Ana Miranda, qui a annoncé qu’il tiendrait la semaine prochaine une réunion avec le directeur des transports terrestres de la direction générale de la mobilité de la Commission européenne, Kristian Schmidt, dans le but de connaître l’état d’avancement de la procédure d’infraction ouverte contre l’État espagnol en janvier 2019 pour infraction à la réglementation communautaire en matière de sécurité ferroviaire.

Ils étaient également accompagnés du député BNG au Congrès, Nstor Rego, qui a enregistré cette semaine, avec ERC et EH Bildu, la demande de création d’une commission d’enquête pour élucider les causes de l’accident d’Alvia, reprenant les travaux de la commission créée en 2018 à la Chambre basse et qui a vu son activité pendant la dissolution des tribunaux en 2019.

★★★★★