Les budgets surmontent le premier obstacle grâce au soutien d’ERC, PNV et Bildu

  • Congrès Le gouvernement présente les budgets en ignorant les prévisions économiques à la baisse et le PP les perturbe en « étant né mort » et en étant « faux »
  • gouvernement Pedro Snchez cède aux exigences de l’ERC et du PNV pour sauver le veto budgétaire

Le projet de Budget pour 2022 a le feu vert pour poursuivre son traitement parlementaire. Les forces gouvernementales ainsi que leurs alliés indépendantistes, nationalistes et minoritaires ont annulé les sept amendements à la totalité présentés contre eux.

188 voix pour -PSOE, United We Can, ERC, PNV, Bildu, PDeCAT, Nouvelles îles Canaries, Teruel Existe, PRC, BNG, Mme Pas et Comproms- des comptes conçus par le Gouvernement contre 156 -PP, UPN, Foro Asturias, Vox, Ciudadanos, CUP, JxCAT et Coalicin Canaria- qui ont parié pour les renverser et un abstention.

Les budgets ont franchi le premier obstacle mais le chemin à parcourir n’est pas facile. Le Gouvernement a reçu les avertissements de ses partenaires, les mêmes qui lui donnent aujourd’hui un ballon à oxygène mais lui affichent déjà une longue liste de revendications avant d’approuver enfin les comptes que l’Exécutif définit comme ceux de « reprise » et de « modernisation ». l’opposition qualifie de « faux et ruineux ».

La ministre des Finances, Mara Jess Montero, a repris les critiques que ses alliés lui ont adressées et a répondu à toutes avec un ton conciliant et un gant de soie, une attitude très différente de celle affichée hier contre les formations qui entendent rendre les comptes au corral. Le débat d’aujourd’hui a été doux par rapport à celui d’hier, qui a distillé de l’acrimonie.

Le projet Budget entre maintenant dans une phase dans laquelle toutes les formations présenteront leurs amendements aux différentes sections et aux articles. Il y aura des milliers de propositions pour peaufiner les comptes que tous les groupes, membres du gouvernement ou non, jugent boiteux car ils sont basés sur des prévisions macroéconomiques que les organisations nationales et internationales ont révisées à la baisse, mais que Montero a défendues comme « prudentes », « justes ». « et » hystérique.

Les comptes devront être approuvés avant la fin de l’année pour entrer en vigueur le 1er janvier. Si tel est le cas, le gouvernement de Pedro Sánchez disposera d’un véritable passeport pour épuiser la législature. Pour l’instant, le sauf-conduit est provisoire. L’objectif est tellement transcendant que peu de gens doutent que les concessions aux indépendantistes, nationalistes et nationalistes seront importantes.

ERC : « La fierté est une mauvaise conseillère »

Aujourd’hui, au dernier jour du débat, ERC a tenté de se sauver de l’image d’un gouvernement collaborationniste qui déplace le mouvement indépendantiste plus ultramontain avec son soutien aux Budgets, assurant qu’il était « à cinq minutes » de présenter un amendement à le tout contre eux.

Gabriel Rufin s’est vidé la poitrine de la promesse qu’il a arrachée au gouvernement pour que les plateformes audiovisuelles –Netflix ou HBO– produire une partie de leur contenu en catalan, galicien ou basque. Il s’agit des « droits linguistiques et culturels » du peuple de Catalogne, a-t-il assuré avant de noter, cependant, qu’avec cet engagement seule la première phase du traitement budgétaire est surmontée.

« L’orgueil politique est un mauvais conseiller », a-t-il prévenu le PSOE qu’il voit dans un moment « hautain » après la Congrès de Valence et en ce sens il leur a ordonné de ne pas oublier « qu’ils dépendent d’eux pour beaucoup de choses ». « Je ne sais pas s’ils ont de l’essence dans leurs moteurs pour autant de déplacements », a déclaré le porte-parole d’Esquerra, insistant sur le fait que le « seul moteur » dont disposent les socialistes est la « peur » de l’alternative de droite.

Rufin a exhorté le gouvernement à réduire drastiquement les fonds destinés à la Défense, un ministère qui a le taux d’exécution budgétaire le plus élevé ; revoir les postes de l’Industrie qui ne consacrent que 8 % aux PME ; réduire au minimum la TVA des produits d’hygiène féminine ; de mettre en œuvre une véritable politique fiscale redistributive non basée sur des primes et des chèques, des concessions, selon lui, « insultantes » et de « digner le travail des immigrés » pour assurer les retraites. « Le contraire de la pauvreté n’est pas la richesse, c’est la justice », a-t-il conclu avant d’assurer : « Imaginez un budget qui ne finance pas les chars ou les rois ; c’est comme ça que la République catalane sera belle. »

PNV : « Il y a encore un long chemin à parcourir »

L’autre pilier qui sauve le Gouvernement du droit de veto sur les comptes est la PNV. Et, tout comme l’ERC l’a fait, il a notifié à l’exécutif qu’il ne peut pas considérer ses six votes à égalité pour les prochains votes décisifs à venir. Le prix va être bon marché, en particulier un bon ensemble d’investissements et de mesures qui, dans une large mesure, ont à voir avec le train.

Le député Idoia Sagastizabal a assuré qu’ils ont encore « un long chemin à parcourir » pour parvenir à un accord définitif et que les concessions déjà obtenues sont prises comme « point de départ » pour ce qui est à venir. Et il a expressément cité la pertinence que l’« amélioration » de l’investissement public aura dans ses votes : l’arrivée du train à grande vitesse au Pays basque (le soi-disant Et Basque), le corridor atlantique ou les départs pour les aéroports et les gares.

Le PNV a souligné que sa priorité sera « l’agenda basque » et a exprimé sa « pleine prédisposition » au dialogue et à la conclusion d’accords dans les semaines à venir. Montero a pris le gant, a tendu la main et a célébré qu’ils ont la capacité de se mettre d’accord malgré le fait que le PNV, comme il l’a souligné, est « dur » lors des négociations.

Bildu : le dialogue secret

EH Bildu aspire à se consolider en tant que troisième pilier qui soutient la législature gouvernementale et à réitérer le pacte qui l’a conduit l’an dernier pour la première fois à voter en faveur de certains budgets. La stratégie pour ce 2021 est la même. Les négociations ont commencé en septembre et, du fait de leur avancée, la gauche nationaliste n’a pas présenté d’amendement dans son intégralité.

Le dialogue avec EH Bildu se déroule en secret et n’a été compromis que lorsque Arnaldo Otegi s’est vanté qu’ils voteraient en faveur du gouvernement pour obtenir 200 terroristes de ETA aller en prison. Aujourd’hui, au cours du débat, Oskar Matute Il n’a pas dit un seul mot des prisonniers. Le ministre non plus.

Matute a choisi de renverser la vapeur et a présenté ses votes comme un levier pour réaliser des changements économiques et sociaux en faveur de la classe ouvrière et a concentré son intervention sur la demande d’abrogation de lois comme la loi travail ou le bâillon ou encore plus d’impôts pour « riches » et les entreprises. EH Bildu a assuré qu’il aurait une « responsabilité » mais a averti le gouvernement qu’il ne s’agissait pas d’un « chèque en blanc ». Ils veulent des contreparties et seront « insatiables » pour renverser les coupes du « modèle prédateur » du PP.

Montero a pris la main nationaliste et a applaudi sa « volonté » de conclure un accord, ainsi que le ton. En outre, il a laissé le message que le gouvernement « transpire la chemise » dans chaque mesure qui parvient au Congrès et qu’il fera désormais de même pour cristalliser les pactes avec ERC, PNV et EH Bildu.

Attaque frontale contre le PP

United We Can a mis de côté les chiffres des revenus et dépenses, des investissements, des impôts. Bref, le Budget, pour se concentrer sur l’attaque frontale contre le PP et au contraire remercier Bildu et ERC pour leur « sens de l’État », leur « courage » et le soutien à certains comptes de l’État qui sont, dans le avis du président du groupe confédéral Jaume asens, véritable « cordon sanitaire » tourné vers la droite.

Asens a ouvert la deuxième et dernière session du débat sur l’ensemble des budgets généraux de l’État, une journée au cours de laquelle le gouvernement et ses groupes alliés renverseront les sept amendements de retour présentés contre eux par PP, Vox, Ciudadanos, Coalicin Canaria, CUP , Forum des Asturies et JxCAT.

Enrique Santiago, secrétaire d’État à l’Agenda 2030, a pour sa part défendu le « bouclier social » que ces comptes lèvent contre la pauvreté au profit des plus vulnérables. Pour lui, les Budgets « amorcent une réforme fiscale » pour assurer l’égalité et permettre le renforcement d’un « État-providence plus solide et démocratique » tandis que les amendements de droite reflètent le « mépris des messieurs » envers une classe ouvrière qui, a dit , « il est fatigué de vous servir. »

Les porte-parole de la formation violette ont reproché au leader du PP, Pablo Casado, d’avoir barré les comptes publics d’exemple de « keynésianisme péroniste », un qualificatif que pour United We peut simplement se traduire par « sauver les services publics ». Unis On peut aussi profiter de l’occasion pour s’assurer que la coalition gouvernementale est au « top forme ».

L’attaque frontale contre le premier parti d’opposition a également été le noyau central de l’intervention du porte-parole socialiste, Hctor Gmez, qui a accusé Pablo Casado d’« irresponsabilité » et lui a reproché sa propension à « dire du mal de l’Espagne à l’étranger ». , son refus de « se lancer » et sa décision de « ne rien apporter ».

★★★★★