Les 660 millions d’euros que le Gouvernement va débloquer pour 64.000 places en crèche seront uniquement destinés au public

L’école concertée dénonce que c’est « un coup terrible » qui va « contre la liberté de choix des familles »

Premier d
Premier jour de classe dans une école publique à MalagaEurope Presse
  • Éducation L’Espagne va perdre 800 000 élèves et 33 000 salles de classe au cours des 30 prochaines années, forçant les écoles à fermer

Les Conseil des ministres a approuvé ce mardi la distribution de 660 millions d’euros entre les Communautés Autonomes pour favoriser la scolarisation dans le premier cycle de l’Infanterie, notamment auprès des élèves de 1 et 2 ans. L’objectif est d’améliorer la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale et de réduire l’échec scolaire, car les preuves scientifiques indiquent que la scolarisation à ce stade est l’un des prédicteurs les plus importants des futurs résultats scolaires. Mais cet investissement – le plus important jamais réalisé à ce stade – est loin de l’universalisation promise convenue entre les PSOE et Unis nous pouvons, selon les syndicats. De plus, l’école concertée moche au Gouvernement qui n’a pas compté sur eux, car tous les lieux devront être publics.

Y a-t-il beaucoup d’enfants inscrits en 0-3?

En Espagne, il y a 1.118.000 enfants de 0 à 3 ans, selon les données de l’INE de 2020. Parmi eux, le 37% est inscrit à l’école maternelle, un taux plus élevé que dans les autres pays (25 % en moyenne dans l’OCDE et 22% dans l’UE). Ils sont 407 000 étudiants, même si les effectifs ont diminué avec la pandémie car avec le télétravail de nombreuses familles ont préféré les laisser à la maison. Au cours de l’année académique 2018/2019, il y avait 472 000 étudiants inscrits. Au deuxième degré de l’Infant (3 à 6 ans) le pourcentage de scolarisation est beaucoup plus élevé – 97% – et la généralisation est atteinte.

Avec ces fonds, l’universalisation est-elle réalisée ?

L’universalisation de l’accès au stade 0-3 ans est l’un des points inscrits dans l’accord de gouvernement signé en 2018 entre le PSOE et United We Can. Le pacte envisageait de développer conjointement avec les Communautés autonomes un plan d’extension pour les nourrissons, avec « un réseau public et intégré de ressources qui garantit une offre suffisante de places publiques pour tous les garçons et filles de moins de trois ans ». Or l’enseignement de 0 à 3 ans n’est pas gratuit, contrairement à l’enseignement de 3 à 6 ans. La scolarisation en 0-3 ans est de 54 % dans le public et de 46 % dans le privé.

Les 65 000 nouvelles places représentent une augmentation de 16 % par rapport aux places existantes. Sources de CCOO et de CSIF ils soulignent qu' »avec ces chiffres, la mondialisation est loin d’être acquise », car il faudrait environ 800 000 places pour égaliser la situation avec le deuxième cycle de l’Infant, bien que toutes les familles ne revendiqueraient pas forcément ce service. CCOO a calculé dans un rapport que la création de 500 000 places supplémentaires entraînerait un coût de 4 727 millions d’euros.

Comment l’argent sera-t-il distribué?

Elle se fera progressivement au cours des trois prochaines années : 200 millions en 2021, 331 en 2022 et 134 millions en 2023. Les régions qui reçoivent le plus d’argent sont andalou, la Catalogne et le Communauté Valencienne. Les lieux sont gérés par les Communautés Autonomes sauf dans le cas de Ceuta et Melilla, où seront signés des accords pour la construction d’écoles maternelles. Les fonds ont été répartis en fonction du nombre d’enfants entre 0 et 2 ans, de la dispersion de la population, des taux nets de scolarisation et du niveau d’études.

Pourquoi n’est-il donné qu’au public ?

Le gouvernement indique que la proportion de centres exclusifs pour les nourrissons « est similaire » entre les centres publics (4 456) et privés (4 495), « mais dans les zones rurales le système public a un poids plus important que le privé, en raison de la suppression de l’offre privé », ce qui « conduit à ce que le service Infantile en milieu rural tombe lourdement sur le système public ». Autre raison invoquée : « La disponibilité, l’accessibilité et l’abordabilité de services de haute qualité dans les zones où résident des familles à faible niveau d’éducation et de revenus, les familles monoparentales, les minorités, la population rom ou les familles de migrants ont un impact important sur la promotion de l’égalité et l’inclusion sociale, et contribue à l’égalité des chances pour les filles et les garçons en milieu rural. Ainsi, ce programme vise à créer des lieux publics exclusifs ».

Que dit le concerté ?

Luis Centeno, secrétaire général adjoint de l’association patronale Écoles catholiques, souligne que « cela va à l’encontre de la liberté de choix des familles », puisque « les parents d’Infantil ont également le droit de choisir le centre qu’ils souhaitent ». « Si le service concerté dessert 25 % de la population scolaire, la création de nouvelles places devrait respecter ce pourcentage car c’est ce que choisissent les familles », dit-il.

Il explique que, dans un contexte où il y a « une baisse sans précédent de la natalité », l’injection uniquement dans le public « suppose un coup sévère aux centres privés et subventionnés pour enfants, secteurs qui sont à la limite de leurs forces après. de la pandémie « .

200 000 travailleurs seront recyclés pour le soin des personnes et des secteurs stratégiques

Le Conseil des ministres a également autorisé ce mardi les critères de répartition territoriale et de répartition par le CCAA des actions envisagées dans le Plan stratégique de promotion de la PF en matière de formation et de requalification de la population active.

La CCAA recevra 87,7 millions d’euros pour former 200 000 chômeurs, à ERTE ou qui souhaitent se recycler, de préférence dans des secteurs stratégiques, en s’occupant des personnes et des zones à risque de dépeuplement. Les cours seront donnés dans les TIC, la robotique, les équipements aéronautiques, le transport ferroviaire moderne, les véhicules à énergie, les machines agricoles, la biopharmacie, la chaîne de consommation ou d’accueil.

Il s’agira de modules d’une durée comprise entre 30 et 60 heures à caractère non formel mais susceptibles d’être accrédités ultérieurement. L’objectif est de requalifier la population active « en situation de précarité ». Il y a actuellement 3,3 millions de chômeurs et 185 000 personnes étaient à ERTE le mois dernier.

★★★★★