Le PSOE impose la loi du silence à la commission Faffe

Le refus cette semaine de Javier Carnero et Antonio Ramrez de Arellano de répondre aux questions des membres de la commission parlementaire qui enquête sur la gestion (et les délits) de la Fondation andalouse du Fonds pour la formation et l’emploi, la célèbre et controversée Faffe, non est une coïncidence. Pas une exception.

Carnero et Arellano ont répété cette semaine, presque au millimètre près mais avec des nuances dans leurs arguments, leur performance d’il y a un an, lorsqu’ils étaient appelés pour la première fois à donner des explications sur les scandales Faffe. Ils n’ont pas seulement suivi leurs propres traces, mais aussi celles de la grande majorité des hommes politiques et anciens hauts responsables du Parti socialiste qui, comme eux, ont été appelés à témoigner par la commission depuis le début des comparutions il y a exactement deux ans.

La réitération de ce refus de répondre et la similitude des arguments utilisés nous invitent à penser que non seulement le comportement de mardi dernier des anciens conseillers de Susana Daz n’est pas une coïncidence, mais qu’au contraire, le PSOE-A a imposé une loi du silence avec l’intention non dissimulée de boycotter l’enquête parlementaire qu’ils ont interrogée en permanence et dès le premier instant.

Silences, frayeurs et fléaux se sont répétés au cours de ces années à chaque fois qu’une haute position socialiste était invitéapparaitre dansl’Hôpital de las CInco Llagas et devant la commission présidée par le député de Cs Enrique Moreno. Sur la vingtaine de socialistes convoqués depuis 2019, seul un quart a répondu aux questions des représentants des groupes et parmi eux il n’y a que deux anciens hauts fonctionnaires, les anciens conseillers de l’Economie et de l’Emploi Antonio Vila et Jos Antonio Viera. Il se trouve qu’aucun d’entre eux n’est actuellement en politique active et que, de plus, ils sont assez éloignés du parti et de sa discipline, notamment Viera, l’un des condamnés du scandale ERE dont le PSOE s’est complètement renié.

Des sources de la commission Faffe pointent directement du doigt une « stratégie du PSOE » derrière l’attitude, retracée, que d’anciens hauts responsables et politiciens maintiennent en première ligne de ce parti alors qu’ils traversent cet organe d’enquête. Une stratégie qu’auraient entamée les trois derniers anciens présidents de la junte socialiste, de Manuel Chaves à Jos Antonio Grin, en passant par Susana Daz. Ce sont les premiers témoins que la commission a appelés début novembre 2019 et aucun n’a fourni d’explications.

Ni Daz ni Grin ne se sont présentés au siège de la Chambre autonome ce 9 novembre et celui qui l’a fait, l’ancien président Chaves, s’est assis pendant quelques minutes, a critiqué sévèrement leur convocation, et s’est immédiatement levé et est parti en plantant les membres de la Commission.

La liste est beaucoup plus large et comprend également l’actuelle ministre des Finances et ancienne ministre des Finances du Conseil, María Jess Montero, qui a été citée pour la deuxième fois ce vendredi et qui, comme la première, a excusé son absence dans un rapport du Conseil d’État qui a dispensé l’ancien ministre Ftima Bez de se rendre dans une autre commission. Bien que, selon les sources consultées, contrairement au ministre du PP, Montero a été cité comme ancien conseiller du conseil d’administration et ce rapport ne sera pas applicable.

Oui, l’ancienne ministre des Finances Carmen Martnez Aguayo est apparue au Parlement cette semaine, mais elle n’a pas non plus enfreint cette loi du silence.

Comme l’ont fait, avant elle, d’autres anciens membres de cadres du PSOE comme Jos Snchez Maldonado ou Manuel Recio. Antonio Fernndez, un ancien conseiller du travail condamné, comme Viera, par l’ERE, n’a même pas répondu à l’appel. Et à eux il faut ajouter d’autres anciens hauts fonctionnaires comme Lourdes Medina, Agustn Barber, Francisco Javier Aguado ou Julio Coca, qui ont suivi la voie du silence pour argent comptant.

Une apparition marquante dans les rangs du PSOE, celle de l’ancienne présidente Susana Daz, est toujours en suspens. Après deux tentatives infructueuses, la commission Faffe l’a à nouveau convoquée pour le 3 décembre prochain et la question est de savoir si elle répondra ou non aux questions des parlementaires, si elle respectera la loi du silence qu’elle lui a imposée en novembre 2019 , lorsqu’elle était secrétaire générale du PSOE andalou et présidente du groupe parlementaire socialiste.

De la commission d’enquête, il est précisé que, cette fois, Daz serait disposé à collaborer et à faire une déclaration sur ce qui s’est passé dans la fondation qui devrait former les chômeurs andalous et dont les fonds ont été gaspillés, entre autres, à payer des folies dans des bordels que le patron de la Faffe, Fernando Villn, a payé avec sa carte officielle.

Apparemment, l’ancienne présidente elle-même a transmis à la commission son intention de déclarer le 3e jour après avoir personnellement recueilli les convocations qu’elle a affirmé à deux reprises ne lui étaient pas parvenues malgré le fait qu’elles aient été envoyées à son bureau du Parlement groupe -la première fois- et au Sénat et à son adresse privée -la deuxième fois-.

Amendes jusqu’à 60 000 euros

La loi du silence imposée par le PSOE dans la commission Faffe a créé un dangereux précédent qui a non seulement remis en cause l’utilité de cette commission d’enquête, mais qu’elle risque à l’avenir d’en compromettre d’autres qui pourraient être constituées. Il se pourrait même que la stratégie se retourne contre lui s’il voulait à un moment donné enquêter sur la gestion du gouvernement actuel du PP et de Ciudadanos.

Eviter ce silence, c’est précisément l’objectif que s’est fixé la présidente de la Chambre, Marta Bosquet, avec la proposition de réforme du règlement qu’elle a élaboré et qui a mis sur la table des groupes politiques. Il envisage des amendes pouvant aller jusqu’à 60.000 euros pour quiconque refuse de témoigner devant une commission d’enquête, ce qui rendra plus difficiles des stratégies comme celle que développe le PSOE dans l’affaire Faffe.

Actuellement, seules les non-comparutions devant une commission d’enquête sont punies par le Code pénal – et il y a des exceptions – en tant que délit de désobéissance, mais il n’y a aucune sanction ou reproche pour ceux qui comparaissent et refusent de témoigner.

Il s’agirait d’éviter une répétition de ce qui s’est passé avec la commission Faffe, qui n’a plus de recours dans le cas de l’enquête de cette fondation.

Son travail touche à sa fin et la journée produira les dernières déclarations, celles de Susana Daz, représentante de l’UGT et de Teodoro Montes, plaignant dans des affaires de corruption.

Le travail interne de traitement de l’ensemble des informations recueillies commencera alors et les groupes devront travailler à leurs conclusions. La prévision est qu’en mars, il peut y avoir une opinion, toujours, oui, qu’il n’y aura pas d’avance électorale, car s’il y en a, la commission Faffe sera dissoute et ses travaux ne seront pas terminés.

★★★★★