Le PP accuse Sánchez de son « autoglorification élitiste » et demande un débat sur l’état de la nation

Exhorte le Premier ministre à arrêter le « spectacle de propagande » avec les bouquetins et à lever le « blocus » de ce débat

Pedro S
Pedro Snchez, présentant ses plans aux hommes d’affaires et autres participants à la Casa de Amrica.JOS LUIS ROCA
  • Politique Le gouvernement lève une augmentation de 15 euros du SMI qui provoque le rejet des syndicats et du patronat
  • Nouveau parcours politique Pedro Snchez inonde le nouveau cours politique d’agenda social pour arrêter l’usure due à la facture d’électricité

Le PP a attaqué Pedro Snchez pour avoir inauguré le parcours politique avec « un autre acte élitiste d’auto-glorification » à Madrid, dans lequel le président du gouvernement a cherché à s’entourer des principaux hommes d’affaires espagnols du bouquetin et de personnages célèbres sous l’apparat. du Maison de l’Amérique pour présenter vos projets pour les prochains mois. Et il a exigé qu’il ait déjà un Débat sur l’état de la Nation.

Les populaire ils reprochent à Sanchez de s’être livré au « spectacle de propagande » et de l’avoir fait « payé avec de l’argent public » tout en « bloquant » la tenue de ce débat, qui n’a jamais eu lieu avec lui depuis qu’il est devenu président il y a trois ans.

Pour cette raison, le PP est revenu à la charge pour exiger que Sanchez se soumette à ce contrôle parlementaire de l’opposition au Congrès. Le président du PP, Pablo Casado, a souligné que Sanchez le bloque depuis trois ans pour le changer pour « un autre acte élitiste d’autopromotion payé avec nos impôts ». Où « il ment avec la juste reprise car il augmente les impôts, gaspille les charges et ne fait rien contre le record historique du prix de l’électricité aujourd’hui ».

« Sanchez fuit la session de contrôle du Congrès jusqu’au 15 septembre, près de trois mois se seront écoulés depuis la dernière, avec l’Espagne submergée de problèmes », a dénoncé le porte-parole du PP au Congrès, Cuca Gamarra, qui a estimé que la situation est « inacceptable ». « Et il est président depuis 1 185 jours sans débat sur l’état de la nation », a-t-il ajouté.

Marié revendique depuis longtemps Sanchez pour tenir le Débat sur l’état de la Nation dans son face à face dans les séances de contrôle au Gouvernement ou dans les débats sur l’état d’alerte. Afin de faire pression et que cela puisse avoir lieu dans les plus brefs délais, le PP a présenté en juillet dernier une initiative pour que le Congrès se prononce lors d’un vote sur sa célébration et que, bien que le résultat ne soit pas contraignant, cela servirait à tordre le bras du le gouvernement.

L’Exécutif s’est excusé en cette période où d’abord les élections du 28 avril, puis la répétition électorale du 10 novembre et plus tard les débats sur l’état d’alerte ont empêché sa tenue comme le veut la tradition, c’est-à-dire une fois par an.

Pour le PP ce ne sont pas des excuses valables, alors à l’heure de la hausse des sondages d’intentions de vote, le populaire ils veulent forcer ce face à face entre Snchez et Casado pour confronter des projets.

Le PP a profité de l’acte de Sánchez à la Casa de Amrica pour exploser à nouveau contre les « précieuses performances marketing » de Sánchez et pour redoubler de pression sur la responsabilité. Le vice-secrétaire de secteur du PP, Elvira Rodriguez, a déclaré ce mercredi qu’elle se sentait « scandalisée » par l’acte de Sanchez avec la « société civile des bouquetins 35 » alors qu’elle ne se rendait pas au Congrès, a-t-elle déclaré dans des déclarations à RNE.

Cs critique « l’allergie » de Sanchez au contrôle

Pour sa part, Ciudadanos a également fustigé « l’allergie » de Sánchez au « contrôle parlementaire » et son penchant pour les « gadgets publicitaires de marketing politique ».

Le porte-parole du parti libéral au Congrès, Edmundo Bal, a déploré que le « retour à l’école » de Sanchez soit « sans passer par la classe », c’est-à-dire le Congrès, pour se consacrer à des actes « de propagande et grandiloquents » qui ne le font pas. résoudre les « vrais problèmes ».

En ce sens, il a fait préférer à Snchez le « monologue sans questions » au contrôle parlementaire alors qu’il y a déjà « 70 jours sans comparaître » à la Chambre.

Concernant le contenu des plans du gouvernement dévoilés par le président, le leader de Ciudadanos, Ins Arrimadas, a critiqué le fait que Sanchez n’a donné « pas une seule initiative pour lutter contre la hausse dramatique du prix de l’électricité », ce qui est « une situation déjà insupportable fardeau pour des millions d’Espagnols ».

« Le gouvernement continue sans agir et le pire est à venir. Il y a un besoin urgent d’un plan de choc et d’une table d’énergie pour apporter des solutions à court et moyen terme », a exigé Arrimadas.

★★★★★