Le nouveau train d’Estrémadure, inauguré entre deux manifestations : « Ce n’est pas un AVE, c’est le train de la sorcière »

  • politique Le gouvernement vend comme « AVE in Extremadura » un train à une vitesse moyenne de 89 km/h sans électrification et avec des tronçons de travaux encore inachevés
  • infrastructures Un nouvel incident dans le train d’Estrémadure laisse les passagers bloqués pendant trois heures et demie « au milieu de nulle part »

« Ce n’est pas un AVE, c’est le train des sorcières, celui qu’on met dans des pots dans les foires. » Le nouveau service ferroviaire d’Estrémadure a commencé à fonctionner ce lundi après-midi, au milieu d’une vague d’incendies graves dans cette communauté autonome, ce qui a aggravé les critiques sur la cérémonie d’ouverture, qui s’est poursuivie malgré les circonstances malheureuses.

Avec les cendres de la fumée qui bouillonnent encore dans les principaux centres touristiques de la province de Cceres (Les Hurdesla Parc national de Monfrage et en Vallée du Jerte -c’est encore incontrôlé), la « performance » a continué, avec la présence du roi Felipe VI et du président du gouvernement, Pedro Sánchez. Après l’inauguration, le monarque visitera les habitants touchés par l’incendie de Las Hurdes, et Sánchez l’avait déjà fait quelques heures auparavant dans la région de Monfrage.

Cependant, l’itinéraire que les autorités et leurs invités ont effectué ce lundi, réservé uniquement au tronçon entre Cceres et Badajoz, passait par Méridaignorant Plasencece qui a déclenché la colère des voisins et des autorités locales.

En tout cas, lors du nouveau voyage inaugural de ce lundi, ce qu’EL MUNDO a publié la semaine dernière a été ratifié à nouveau : ce n’est ni un AVE, comme le gouvernement avait l’intention de le vendre dans son invitation à l’inauguration, ni – comme il l’a rectifié plus tard au visage de critique – un train performant. La polémique, loin d’être mitigée, a suscité davantage d’indignation, notamment après les incendies. « Ce n’était pas le moment », c’est l’avis le plus unanime que l’on a pu entendre aux portes de la gare du Cceres au départ du parcours inaugural. « On veut un train décent, et ce n’est pas non plus », a-t-il insisté ces derniers jours Juan Carlos Lópezporte-parole du collectif « Belle Milan »le groupe le plus exigeant depuis des années.

Le roi Felipe VI et Pedro S.
Le roi Felipe VI et Pedro Sánchez, avec le ministre des Transports et le président de la Junta de ExtremaduraVD

« Nous nous sommes battus pour que les trains soient les mêmes que ceux qui circulent sur le reste des chemins de fer dans toute l’Espagne et, jusqu’à présent, nous n’avons pas eu l’occasion de trouver un train qui ne soit même pas à moitié digne, alors ils ont apporté le King pour inaugurer une œuvre inachevée, sans électrifier et sans achever tout à fait : la ligne Plasencia-Badajoz ». Bref, ce que veulent les Estrémaduriens, c’est « un train décent, qui ne nous arrête pas, qui ne brûle pas et qui arrive à l’heure ». Pour donner quelques exemples, que les usagers n’ont pas à tirer le frein de stationnement car la climatisation ne fonctionne pas en pleine canicule, à des températures de plus de 40 degrés, comme il y a quelques semaines… Ou des trains en feu dans au milieu de la campagne.

Train de marchandises mixte

Le président de la Junta de Extremadura, Guillermo Fernndez Vara, a défendu le nouveau service : « C’est un petit pas, mais un pas important après tout », a-t-il souligné, estimant que ce qui est vraiment important, c’est que le service pourra également compter sur les trains non seulement pour les passagers mais aussi pour les marchandises : « Le fait que de grandes entreprises et industries veuillent s’installer en Estrémadure est lié à la nouvelle plate-forme ferroviaire. » Le président d’Estrémadure a souligné l’investissement de 1 400 millions d’euros dans un train « qui permettra le développement économique de la région ».

Dans le même ordre d’idées, Pedro Sánchez s’est exprimé à Badajoz, après le voyage inaugural : « Nous allons continuer à travailler pour mettre en service l’électrification de toute la section en 2023, ce qui va être essentiel pour tirer le meilleur parti de cette première ligne à grande vitesse ». Pour le président du gouvernement, il est essentiel qu’il s’agisse d’un chemin de fer mixte, « à la fois pour les passagers et les marchandises, qui étaient des questions en suspens pour le chemin de fer dans notre pays, le tout dans le but de faciliter ce processus de transformation pour la réindustrialisation de l’Espagne et, en particulier, de ces territoires qui, logiquement, au cours de ces dernières décennies, ont été empêchés de progresser par des révolutions industrielles liées à d’autres sources d’énergie qui n’avaient rien à voir avec celle dont disposait l’Estrémadure, comme les énergies renouvelables  » .

Parmi les partis politiques, ni le Grupo Ciudadanos en Extremadura ni le Grupo Podemos n’ont assisté à l’événement qui, après avoir quitté Cceres, est passé par Mérida et s’est terminé à Badajoz.Au nom du PP, il y avait le nouveau président régional, Maria Guardiolaqui prétendait le faire « par respect pour la Maison Royale ».

Le train qui a inauguré le nouveau l
Le train qui a inauguré la nouvelle ligne ferroviaire d’Estrémadure.VD

Les données

Le nouveau service qui entrera en service ce mardi pour les usagers ne couvre que 135,6 km sur un total de 189,2 km de la plate-forme AVE entre Badajoz et Plasencia, mais entre autres il n’atteint pas cette ville (gare sa Monfrage ), dans un tronçon qui couvrira, lorsqu’il sera terminé, l’axe Badajoz-Madrid, encore très loin non seulement d’être terminé mais même de mettre en adjudication de nombreux tronçons, après plus de 20 ans de promesses, d’études, de projets et, enfin, travaux encore inachevés. Résultat : si tout se passe bien, 51 minutes gagnées. Toujours en voiture, il en faut beaucoup moins pour parcourir le même trajet.

Les données ne laissent aucun doute : ces 135,6 km du nouveau tracé, 28 % (53,6 km) en particulier, se poursuivront le long de l’ancien tracé ferroviaire, plus précisément de la gare de Badajoz au quai construit en Novelda (13,8km); accès à Mérida en contourne (en construction) sur 16,8 km ; l’entrée de la gare de Mérida (9 km) et l’accès à la gare de Cáceres (14 km).

A partir d’aujourd’hui, les trajets commerciaux dureront au total 1h51 pour parcourir le tronçon extrême de Badajoz à la gare de Monfrage, c’est-à-dire le train circulaire à une vitesse commerciale moyenne d’environ 102 km/h, avec des tronçons à 53,6 km/h. h, précisément là où l’ancienne mise en page s’exécute, de sorte que le Alvia Vous devez aller à petite vitesse.

Ce train est précisément celui qui assure le service. Pour ce faire, il fonctionne au diesel, car il faut au moins un an de plus pour achever l’électrification de l’ensemble de la plate-forme AVE. Ce train ne peut atteindre qu’un maximum de 180 km/h ; mais seulement dans certains tronçons, en dehors de ceux de l’ancienne route. Par exemple, sur les ponts de la Bloquer et de Vers la montagneen plus du tunnel Santa Marina à Caaveralsont limités à 120 km/h.

Que reste-t-il à faire

La desserte ferroviaire entre Badajoz et Madrid a été dépassée de 437 km, ce qui a été inauguré représente donc moins d’un tiers du parcours (135,6 km). Le plus gros problème pour son achèvement est de terminer la route entre Plasencia et Madrid, qui est toujours paralysée.

À l’heure actuelle, il n’y a pas de tronçon de travaux achevé entre Plasencia et Navalmoral de la Mata (même en Estrémadure). En fait, certains d’entre eux n’ont pas encore commencé à être construits. Concrètement, ce sont 68,6 km qui nécessiteront encore au moins cinq ans de travaux pour pouvoir les mettre en service. Mais le pire, c’est ce qui manque encore depuis le départ d’Estrémadure. Les 140 km qui séparent Navalmoral/Oropesa Oui Pantoja (à Tolède, pour la connexion avec la ligne AVE qui vient de Séville) ils n’ont même pas l’étude informative et le Impact environnemental passé. Il y a des experts qui assurent que cette section ne le sera pas avant 2035, car elle ne pourra pas attirer de fonds européens pour son financement.

« Il est surprenant que les 248 kilomètres de voie ferrée qui séparent Plasencia (Monfrague) de Madrid (Atocha) se font (sans travaux AVE) en 2 heures et 27 minutes, soit à une vitesse moyenne de 101 km/heure », souligne Victor de la moraledéputé du PP en Estrémadure expert en matière ferroviaire.

En résumé, à partir de ce mardi, et s’il n’y a pas de fautes, le trajet entre Badajoz et Madrid prendra désormais 4 heures et 18 minutes, à une vitesse moyenne de 101,5 km/h. C’est exactement – mais avec le service « wifi » et la climatisation – ce qui a été inauguré.

★★★★★