La crise du PSOE au-delà de Lastra : « Le parti est un encéphalogramme presque plat sans aucun signe de réaction »

Après sa victoire contre Susana Díaz et les barons, Sánchez a annulé les contrepoids, laminé la dissidence interne et implanté la loi de soumission

Les barons socialistes Ximo Puig, Javier Lamb
Les barons socialistes Ximo Puig, Javier Lambán et Emiliano García-Page.EFE
  • politique Adriana Lastra démissionne de son poste de secrétaire générale adjointe du PSOE et facilite le remaniement de son adresse pour Sánchez
  • profil Adriana Lastra, dominatrice du sanchismo et fouet du PP

Le PSOE est perdu, il n’a pas de pouls, il n’a pas la capacité de réagir, il vit dans un état de léthargie. Son dernier signe de vie a été donné par le militantisme qui s’agite à l’été 2017 pour réintégrer Pedro Sánchez au secrétariat général pour la deuxième fois. Ce fut un dernier râle car le dirigeant renaît de ses cendres rendu avec la firme ne sera plus jamais brûlé par les flammes d’un parti habité par des organes de pouvoir en concurrence avec le sien.

Terre brûlée était le mot d’ordre tacite du 39e Congrès socialiste dans lequel s’engageait le processus de vidange des organes vitaux du parti, ceux qui jusqu’alors avaient servi de contrepoids pour freiner les tentations de pouvoir omnimote du secrétaire général.

Les nouvelles règles du Sánchez PSOE, approuvées par la réforme des statuts en février 2018, ont laminé le Comité fédéral, jusque-là l’organe suprême entre les Congrès, lui retirant ses fonctions historiques – notamment la possibilité d’expulser le secrétaire général par une motion de censure directe. – et ils ont centralisé toutes les compétences dans le chef et dans l’Exécutif composé de ses alliés.

Le Comité est aujourd’hui un forum soumis sans pertinence et l’Exécutif, un simple orateur sans droit de réponse, pas même une pâle ombre de cet organe dont les réunions ont été décrites par José Bono comme un exemple de hard porn.

Il était promis que le dernier mot dans les décisions clés de la formation aurait le militantisme, mais avec le temps l’engagement s’est dilué au point de disparaître. Les barons, jusque-là le noyau alternatif du pouvoir interne, ont été acculés et avec eux, la force des territoires a diminué pour être monopolisée par Sánchez et son cercle d’associés.

Le PSOE que nous connaissions ne reviendra pas. avec cette phrase Elena Valencienne, main droite de Alfredo Pérez Rubalcaba et ancien secrétaire général adjoint du parti, a depuis longtemps abandonné les espoirs de voir renaître l’organisation vitale, insoumise et insoumise qui s’est activée comme une supermachine électorale dans toute la géographie nationale ; le parti qui se disputait constamment avec lui-même, qui combinait socialisme et libéralisme, qui ne renonçait pas à occuper le centre politique et qui fuyait toujours les pactes contre nature.

La formation qui a su respirer sous le poing d’un secrétaire général adjoint comme guerre d’Alphonse; accro aux sondages et aux manœuvres comme Pépé Blanc ou une extrémiste du dialogue et de l’entente comme Elena Valenciano, a été étouffée par le mandat d’Adriana Lastra, bras droit de Sánchez et vestale irréductible de ses essences.

Le parti, déplorent sous anonymat les quelques voix critiques restantes, est un terrain vague. Les élections en Andalousie ont montré que l’encéphalogramme est presque plat sans aucun signe de réaction. A Lastra et sa lutte pour exercer le pouvoir sur la formation devant le secrétaire à l’organisation, Santos Cerdon, et sur le groupe parlementaire devant le président du Congrès, Hector Gomez, Ils lui attribuent une bonne partie du désastre, mais toutes les personnes consultées s’accordent à dire que la racine du mal est plus profonde et vient de plus loin, depuis cet été 2017.

Ce lundi, les barons ont affirmé avoir appris la démission du secrétaire adjoint par voie de presse. Personne n’avait rien prévu, disent-ils, doutant que la grossesse soit la raison ultime de leur départ. Le cul andalou a ouvert le robinet de la peur, même pour Sánchez qui voit à quel point la dose d’anesthésie qu’il a imposée au PSOE a été excessive. A force de l’applaudir, le parti a oublié le sain exercice d’autocritique, a perdu le lien avec les citoyens et n’a même pas su entretenir son grenier électoral historique.

★★★★★