Le Médiateur dénonce à l’UE qu’il existe des voies judiciaires pour résoudre 379 délits de l’ETA

Il appelle à un plan d’action sur la scène internationale « pour une meilleure compréhension des dommages causés par le terrorisme »

Maite Pagazaurtund
Maite Pagazaurtunda embrasse la présidente de la délégation de l’UE, Agns Evren, après les réunions sur les crimes non résolus de l’ETA.Luca PiergiovanniEFE
  • Terrorisme La délégation de l’UE confirme les avantages pour les membres de l’ETA qui ne collaborent pas pour élucider les meurtres non résolus
  • La plainte Victimes de l’ETA à l’UE : « Pouvez-vous imaginer un hommage aux assassins du Bataclin à Paris après avoir purgé leur peine ?

Les Défenseur du peuple considère qu’il existe encore des moyens légaux de clarifier les 379 délits ETA en attente. Et ainsi il l’a présenté à la commission du Union européenne qui s’est rendu en Espagne la semaine dernière pour découvrir pourquoi plus de 40 % des crimes de l’ETA n’ont aucun auteur.

Il a dénoncé le manque de collaboration des détenus de l’ETA dans la résolution de ces cas, des détenus qui ont eu la chance d’avoir des approches de la pays Basque et les progressions de notes. Le Médiateur, Francisco Fernndez Marugn, a délégué l’intervention à André Jimnez, directeur du domaine sécurité et justice de l’institution, dans l’une de ses dernières décisions avant d’être remplacé par ngel Gabilondo.

Le Médiateur a été, est et sera aux côtés des victimes de l’ETA. Nous continuerons à travailler pour eux et avec eux au niveau national, dans l’Union européenne et au niveau international, a-t-il déclaré.

Cette visite du Commission des pétitions du Parlement européen, tant attendue, si importante pour nous, est une expression hautement qualifiée du devoir que chacun a de défendre les victimes en Espagne, dans l’UE dans son ensemble. Cette institution considère que les droits à la vérité et à la justice des victimes de l’ETA ne sont pas totalement satisfaits, car il y a plus de 300 meurtres non élucidés. La visite européenne est intervenue à la demande de Dignité et justice, Association de Victimes présidée par Daniel Gardien de but.

Le Médiateur défend la mise en place d’un plan d’action sur la scène internationale pour mieux comprendre les dommages causés par le terrorisme et renforcer les ressources personnelles et matérielles qui sont dédiées à la résolution des crimes non résolus à travers un plan spécifique. Nous sommes particulièrement heureux que le Parlement européen veuille s’engager sur la nécessité de donner satisfaction aux familles de toutes ces victimes, a-t-il ajouté dans son discours.

Francisco fougère
Francisco Fernndez Marugn, lors d’une apparition au Congrès.EFE

Elle a dénoncé que 69 % des victimes ou menacées au Pays basque souffraient d’isolement social, 68 % souffraient de contrôle et de surveillance par des personnes de la communauté proche de l’environnement terroriste, 74 % recevaient des menaces, 79 % souffraient de mépris, d’humiliation et de rejet et 90 % se sentaient stigmatisés. Il a expliqué à la délégation de l’UE que 76% des meurtres perpétrés par l’ETA pendant les années de transition (1978-81) et 82% pendant les années de consolidation démocratique (1982-95) n’ont généré aucune mobilisation sociale d’aucune sorte. pour les victimes.

Nous ne devons pas nous contenter de la réalité de tant de meurtres non élucidés. ‘Résoudre’, dit le premier sens du dictionnaire du Académie royale espagnole, est de résoudre un problème, un doute, une difficulté ou quelque chose qui les concerne, a-t-il indiqué.

Et j’ai visé deux pistes. Le premier, judiciaire. Les Droit pénal c’est le cadre à partir duquel la justice peut être rendue. Le Droit Pénal, oui, mais tout le Droit Pénal, avec ses diverses possibilités d’interprétation. Pour cette raison, et dans le respect des différentes théories doctrinales qui peuvent être légitimement utilisées, il est de bon sens de plaider en faveur de celles qui facilitent les poursuites, comme ce serait le cas de celle qui soutient que l’auteur d’un crime est aussi le médiateur auteur du crime, même par domaine de l’organisation dans laquelle il exerce la direction ou la direction. Il rappelle également qu’une fois épuisées les options du droit pénal, les pouvoirs publics devraient offrir aux familles toutes les informations disponibles et continuer à travailler pour élucider tous les crimes non élucidés. Une clarification qui est entravée par le manque de collaboration des personnes reconnues coupables de crimes de terrorisme, même si ce qu’elles ont révélé ne pouvait plus conduire à des accusations ou à des condamnations spécifiques, pour des raisons de prescription ou autres liées aux limites du droit pénal et procédural, a conclu .

★★★★★