Le juge met fin à la quasi-libération conditionnelle de Juana Rivas, qui devra retourner au CIS à Grenade

La mère de Maracena condamnée pour s’être enfuie avec ses enfants aura un programme de sorties et devra passer deux week-ends par mois au Centre d’insertion sociale

Juana Rivas sur son départ aujourd'hui du Tribunal pénal 1 de Grenade où elle a recueilli la peine qui la condamne à cinq à
Juana Rivas, à sa sortie du court à Grenade aujourd’hui.EFE

Juana Rivas devra passer plus de quatre jours privée de liberté. C’est, jusqu’à présent, ce que la mère de Maracena avait purgé au cours des deux ans et demi de prison à laquelle elle a été condamnée pour s’être évadée avec ses deux enfants en 2017, après que les Institutions Pénitentiaires lui ont accordé, en un temps record, un troisième diplôme, qui, dans la pratique, c’était une probation qui lui permettait de purger sa peine dans sa propre maison.

le Le tribunal de surveillance pénitentiaire de Grenade a modifié le plan des prisons et il a partiellement annulé le régime pénitentiaire très favorable dont bénéficiait Rivas et qui impliquait de ne pas marcher sur le Centre d’insertion sociale de Grenade (CIS) où il est entré pour purger sa peine.

Maintenant, je vais devoir passer du temps enfermé, même si être le CIS lui-même celui qui détermine les heures précises auxquelles Rivas devra être présent. Ce sera du lundi au vendredi, car le juge a également établi que vous n’aurez laisser un week-end sur deux.

Rivas devra réintégrer le CIS Matilde Cantos, ce que son avocat de la défense, Carlos Aranguez, a déjà avancé pour se conformer « rigoureusement », bien qu’il ait également annoncé qu’ils utiliseraient tous les moyens légaux pour corriger une situation qu’il considère « très injuste ». Il faut tenir compte du fait que l’ordonnance émise par le Tribunal de surveillance pénitentiaire numéro 5 de Grenade n’est pas définitive et qu’il existe une possibilité de recours.

De la résolution, à laquelle ce journal a eu accès, le critique, avec force, que le magistrat rend le régime pénitentiaire qui était appliqué à la peine en vertu de l’article 86.4 du Règlement pénitentiaire, qui lui permet de ne pratiquement pas marcher sur le CIS.

Le juge dit dans l’ordonnance que l’application de cet article à Juana Rivas n’est en aucune façon justifiée. « N’existe pas pas une seule raison travail, personnel, traitement ou famille qui permet ou même conseille l’application d’un régime de vie qui ressemble à la libération conditionnelle, en raison de son haut niveau de liberté », a déclaré le juge Pedro Andrs Joya.

Au lieu de cet article, et dans le but « d’atteindre les effet intimidant de la sanction », il n’établit qu’un article moins favorable, le 82.1, avec un horaire que le SIC devra établir et restreignant les sorties de week-end « à deux par mois ».

De plus, il impose à Rivas l’obligation de suivre un programme de traitement spécifique afin de parvenir à « la pleine connaissance des droits de l’enfant dans toute leur ampleur et du respect scrupuleux qui doit présider à toutes les actions dans les relations parent-enfant », tout en rappelant au condamné que les décisions de justice doivent encore être exécutées.

Le juge estime ainsi, mais seulement partiellement, la Ressource que le procureur avait déposé contre le régime carcéral dont bénéficiait la mère de Maracena, disparue depuis 14 mois avec ses deux enfants pour les empêcher de partir avec leur père.

Classement des prisons exprs

La voiture confirme la troisième degré que Prisons avait décidé d’accorder à Rivas, bien qu’il en modifie substantiellement les conditions et les durcisse avec une critique non déguisée des avantages extraordinaires qui lui avaient été expressément accordés. En fait, comme le souligne la même voiture, Rivas est entré dans le CIS de Grenade le 11 juin dernier et son classement en troisième année a eu lieu en trois jours, le 14 juin, en appliquant l’article le plus favorable possible avec contrôle télématique et sans marcher dessus. .la prison.

En ce sens, elle justifie le troisième degré dont il s’agit d’une peine de moins de cinq ans malgré le fait que les faits pour lesquels elle a été condamnée, ajoute-t-elle, sont « objectivement graves » et souligne également qu’elle l’a assumée  » responsabilité pénale » et cela montre Pardon, comme indiqué dans le rapport psychologique. Mais, souligne-t-il, « le troisième degré n’implique pas la suspension, l’excuse, la grâce ou toute autre institution qui implique le non-respect de la peine ». Simplement, corrige le magistrat, suppose que cette peine est exécutée « de la manière appropriée à la situation du détenu ».

Le Procureur avait demandé à être révoquer le troisième degré pour comprendre que Juana Rivas « n’assume pas le caractère criminel des actes pour lesquels elle purge une peine » et donc « il n’est pas possible de parler d’une évolution favorable au régime de semi-liberté », et a demandé que qu’elle soit classée au second degré pénitentiaire, bien que le juge n’ait pas donné son accord sur ce point.

★★★★★