Le gouvernement obligera les écoles internationales à enseigner plus d’heures de cours dans les « langues nationales »

  • éducation L’école concertée proteste devant Gnova pour les bourses d’Ayuso au privé
  • éducation Xavier Gisbert : « Les lois de l’éducation n’apportent plus rien à l’enseignement des langues depuis des années »

La Ministère de l’Éducation prépare un décret royal avec de nouvelles réglementations pour les écoles privées internationales basées en Espagne qui a suscité beaucoup d’inquiétude dans ces centres. Entre autres choses, cela les obligera à donner plus d’heures de cours en espagnol et dans la langue co-officielle et ils devront adapter leurs installations aux normes espagnoles d’une manière si drastique que leur viabilité est compromise.

Le projet d’arrêté royal portant Régime des centres d’enseignement étrangers en Espagneauquel EL MUNDO a eu accès, vient remplacer celui de 1993 maintenant en vigueur. affecter la 120 000 étudiants des 300 des centres privés régis par la réglementation de leur pays d’origine, essentiellement Royaume-Uni, Etats-Unis, France Oui Allemagne. Le texte, qui est encore dans sa phase initiale et est susceptible d’être amélioré avec les contributions de la communauté éducative, soutient que cette modalité d’enseignement est de plus en plus demandée et que le but des changements est de parvenir à un encadrement adéquat et d’inclure une action de cessation contre les comportements contraires à ce qui est établi, afin d’assurer une éducation de qualité, ce qui implique qu’au cours de ces trois décennies, certaines mauvaises pratiques ont pu se produire.

Les centres sont très préoccupés par cette nouvelle réglementation qui, selon eux, réduira leur autonomie en impliquant davantage d’interventions des administrations centrales et régionales. A commencer par la langue dans laquelle les cours sont dispensés, car le projet mise sur la promotion des langues nationales, alors que justement ces centres se caractérisent par leur immersion en anglais, français, allemand ou italien.

La règle de 1993 effleurait à peine les questions linguistiques. Dites simplement que dans Primaire et la C’EST, les enseignements du système étranger devraient être complétés par des enseignements de langue et de culture espagnoles et, le cas échéant, de la langue de la communauté autonome dans laquelle les écoles sont situées, et que tant le programme que les horaires de ces enseignements seraient fixés par le ministère et la CCAA. Mais il n’a pas précisé dans quelle proportion ni détailler les termes. Par la suite, ils ont été développés par les Communautés autonomes, bien que les inspections autonomes aient été complètes avec les besoins spécifiques des centres et n’aient pas causé beaucoup de problèmes avec les heures d’enseignement.

Infant et Baccalauréat, également selon les normes espagnoles

Mais le nouveau décret augmente les contrôles linguistiques et durcit les règles du jeu. En premier lieu, il élargit le champ de l’action espagnole à Puéril Déjà Baccalauréatqui n’étaient pas inclus auparavant et étaient réglementés conformément aux dispositions de la législation du pays d’origine.

De plus, on parle maintenant d’un horaire minimum requis pour l’enseignement des matières de Langue espagnole Oui culture espagnole (l’équivalent de la connaissance de l’environnement espagnol ou de l’histoire de l’Espagne) qui sera établi dans le règlement de base, où cette année il a été établi pour la première fois, à travers les programmes d’études de l’État, un nombre spécifique d’heures qui doivent être consacrées comme un minimum à chaque sujet.

L’évaluation de l’enseignement de la langue et de la culture espagnoles et des langues co-officielles sera effectuée conformément à la réglementation applicable au système éducatif espagnol, alors qu’elle se faisait jusqu’à présent conformément à la réglementation du pays de origine.

Il y a aussi un autre paragraphe qui donne carte blanche aux gouvernements autonomes pour établir la présence de la langue co-officielle dans des termes similaires à la langue espagnole, ce qui n’a pas été dit auparavant. L’importance accordée aux langues nationales est telle que chaque école internationale doit désormais disposer d’un directeur technique pour coordonner l’enseignement de la langue et de la culture espagnoles et de la langue co-officielle. Et enfin, il est dit que les inspections espagnoles assumeront les mêmes fonctions qui leur ont été confiées en ce qui concerne les langues dans les centres nationaux.

L’échappatoire pour contourner le catalan

Tous ces changements vont être particulièrement perceptibles en ce qui concerne les langues co-officielles car les écoles étrangères donnent déjà un nombre raisonnable d’heures en espagnol, comme expliqué dans le secteur. Mais le décret prendra effet dans les communautés avec des langues co-officielles telles que Catalogne vague Communauté valencienne, où les administrations ont jusqu’à présent fait preuve de souplesse avec le langage véhiculaire utilisé dans les écoles internationales. Ces écoles servent, en effet, d’une sorte d’échappatoire pour les familles qui, n’en ayant pas les moyens, choisissent de ne pas se soumettre au régime linguistique en vigueur.

Des sources de l’une des écoles britanniques de Barcelone Ils expliquent que désormais ils ne donnent que deux heures par semaine de catalan et entre deux et quatre heures d’espagnol, selon les étapes (deux heures en Primaire, trois en ESO et quatre en Bac). Le reste est enseigné en anglais. Lorsqu’ils doivent s’en tenir à l’horaire minimum requis, ils doivent modifier leurs horaires pour inclure quatre ou cinq heures par semaine de catalan et quatre ou cinq heures d’espagnol, en plus de trois autres de culture espagnole en espagnol, ce qui modifiera considérablement réduire la charge d’enseignement de l’anglais

La même chose se produira dans la Communauté valencienne. Le responsable d’une école anglo-saxonne dans cette région dit qu’ils n’enseignent désormais qu’une heure par semaine de langue valencienne, cinq heures par semaine d’espagnol et une heure de culture espagnole en espagnol. Avec le nouveau décret, ils devront donner quatre heures de Langue valenciennecinq heures de langue espagnole et trois heures de culture espagnole.

Actuellement, le rapport est 75% de cursus en anglais et un 25% cursus en espagnol et co-officiel, explique ce directeur. Avec le nouveau décret, au moins le 60% en anglais et le 40% Espagnol et Valencien en Primaire et ESO. Mais, en plus, cela nous affecte au Baccalauréat, où jusqu’à présent nous avons enseigné des cours entièrement en anglais : avec les changements introduits, il n’est pas possible de se conformer au programme étranger et cela nuira à l’accès de nos élèves aux universités anglo-saxonnes .

Ce sont d’autres changements au décret qui, selon le secteur, nuiront aux écoles internationales :

Installations

Jusqu’à présent, les écoles internationales devaient répondre aux exigences des installations établies par le pays d’origine. Mais avec le nouveau décret, les centres déjà créés et déjà autorisés sont tenus de s’adapter aux mêmes conditions que les écoles espagnoles. Il sera contraint d’avoir de grands patios, des salles de sport ou des laboratoires, sans compter que beaucoup sont situés dans de petites villas qui ne peuvent abriter de grandes infrastructures.

De nombreux centres sont dans l’impossibilité de s’adapter. La viabilité de nombreux centres agréés est sérieusement menacée, car ils perdront leur autorisation et seront contraints de fermer. Nous estimons que cette mesure conduira à la fermeture d’entre un tiers et la moitié des écoles, prévient jean santiagoprésident de la Association des Centres d’Enseignement Privés Autonomes (Acade).

Délais

Cette disposition concerne aussi bien les centres nouvellement créés que ceux existants, qui devront s’adapter au nouveau régime avant le cours 2025/26 s’ils ont été autorisés avant 2006 et en 2026/27 dans le cas de celles autorisées après 2006. Si ces périodes s’écoulent sans avoir obtenu le renouvellement de leur autorisation conformément aux nouvelles exigences, elles ne pourront pas poursuivre l’exercice de leurs activités, précise l’arrêté royal.

Pas d’enseignement en ligne

Le décret n’envisage pas de dispenser des enseignements de manière mixte ou à distance. Acade dénonce la violation du principe d’égalité, car en Espagne l’enseignement non obligatoire a la possibilité d’être autorisé dans le cadre du système d’enseignement à distance, comme c’est le cas du baccalauréat et de la formation professionnelle.

Interdit d’appeler une école Montessori

Il est également interdit que la méthode éducative ou pédagogique fasse partie du nom spécifique du centre (par exemple, les écoles appelées l’école Montessori ou l’école Waldorf ne peuvent pas être ouvertes), considérant que cela peut prêter à confusion. Il semble que certains centres aient inclus la méthodologie dans le nom mais ne l’aient pas appliquée par la suite. Acade voit dans cette mesure une atteinte à la libre création d’entreprises ou de centres éducatifs.

Garanties

Pour être agréés, les centres doivent s’engager à fonctionner pendant une période minimale permettant l’achèvement des cours suivis par les étudiants qui, avec un niveau scolaire suffisant, les y ont commencés. Cela signifie qu’ils doivent s’assurer qu’ils ne ferment pas dans les 15 ans. Acade estime qu’il s’agit d’un abus de droit qui n’est pas exigé des écoles nationales.

★★★★★