Une « révolution » forcée dans le nouveau gouvernement andalou de Juanma Moreno

  • Parlement Une majorité absolue mais « déguisée » pour évoquer « l’effet San Telmo »
  • 12e législature Le PP ouvre la voie à des accords avec Vox après lui avoir donné un poste au sein du Conseil du Parlement andalou

L’ancien président du gouvernement, José María Aznar, l’emmenait partout, prenait continuellement des notes et écrivait et barrait des noms. Il a été vu avec lui au Congrès des députés et ce que ses couvertures cachaient était l’un des secrets les plus convoités. D’autant plus que l’ancien président a dessiné ses gouvernements dans ses pages.

Si Juanma Moreno a un cahier bleu -peut-être le vert est-il plus typique de son style néo-andalou-, le président de la Junta de Andaluca doit passer ces journées à gaspiller de l’encre en écrivant et en barrant des noms pour composer ce qui sera son deuxième exécutif, le premier monochrome et seul de la Parti populaire après la victoire écrasante du 19 juin, qui lui a donné 58 sièges et condamné son ancien partenaire, Ciudadanos, à la disparition.

selon le calendrier politique qui a commencé avec l’appel anticipé aux élections le 25 avril, Moreno sera assermenté cette semaine en tant que président de la Junta de Andaluca après la tenue du débat obligatoire au Parlement mercredi et jeudi, qui cette fois va être un peu moins d’un marche militaire, sans avoir besoin de partenaires, ni internes ni externes. Samedi, la cérémonie officielle d’inauguration aura lieu au Palais San Telmo en grande pompe et lundi, il y aura un nouveau gouvernement.

Autrement dit, pour les besoins du fameux carnet bleu, le président andalou réélu a une semaine réfléchir, affiner, écarter et choisir ceux qui seront ses conseillers dans cette douzième législature, la première gouvernée à la majorité absolue par le PP. Et dans cette majorité absolue – que le PP tient à qualifier de suffisante pour éviter les aléas absolutistes – se trouve l’un des complications du sudoku que le leader du PP andalou doit résoudre.

Car au départ de Ciudadanos de l’exécutif -où il occupait quatre directeurs plus une vice-présidence- il faut ajouter d’autres effets de la grande victoire du 19-J, le départ de deux des poids lourds de son conseil de gouvernement, celui d’Elas Bendodo, conseiller à la Présidence, et de Juan Bravo, conseiller au Trésor, appelés par Alberto Nez Feijo à siéger au sanhédrin de Gnova.

A ces lacunes il faut ajouter, depuis la semaine dernière, celle d’un autre réalisateur dont la continuité a été pris pour acquis et que lui-même avait pratiquement confirmé. La nomination de Jesús Aguirre à la présidence du Parlement andalou -le premier du PP dans l’histoire de l’autonomie- a libéré un autre siège dans la salle du Conseil des gouverneurs avec lequel, dès le départ, il n’était pas compté.

Le résultat de tout ce qui précède est que la solide table de San Telmo, où les grandes décisions sont prises, est restée vacante. huit de ses onze chaises -le douzième est celui du président lui-même- et celui d’un renouvellement partiel, notamment en raison du départ des administrateurs des orangesil y a eu une révolution dans l’exécutif andalou, avec seulement trois conseillers du précédent gouvernement si Moreno n’en remplace aucun.

Ce sont les titulaires du Développement, Marifrn Carazo ; Agriculture, pêche et développement durable, Carmen Crespo ; et Culture et patrimoine historique, Patricia del Pozo. En principe, sa continuité semble assurée, mais certains doutent que Crespo soit confirmé.

Bien qu’il n’y ait pas quelques voix au sein du PP -et à l’extérieur- qui voient comme une erreur de maintenir le nombre actuel de conseillers, onze, les sources consultées indiquent que Moreno n’est pas favorable à leur augmentation. D’autant plus que nous sommes dans un contexte de difficultés économiques et de sombres présages de récession qui susciteraient des critiques au cas où la structure du Conseil se développerait, comme l’a déjà prévenu la porte-parole de Vox, Macarena Olona, ​​prête à devenir le whip du gouvernement en matière d’austérité.

Moreno a donné peu d’indices ces jours-ci sur son futur cadre, si ce n’est pour assurer qu’allier expérience et renouvellement, une évidence, et personne ne doute d’ailleurs que l’un des conseillers de Ciudadanos, Roco Blanco, de l’Emploi, sera signé comme indépendant.

Réorganisation des pouvoirs

Tout le reste est piscines plus ou moins probable. Comme celui qui pointe vers Blanco en ajoutant à ses pouvoirs dans l’Emploi ceux de l’Économie que gérait jusqu’à présent son partenaire Rogelio Velasco, ou que la Culture pourrait ajouter au Tourisme.

En tout cas, il est certain que Moreno devra réorganiser les pouvoirs et défaire certains combinaisons choquantescomme celui de la Justice et du Tourisme que le vice-président Juan Marn est resté dans la législature précédente.

Le leader du PP andalou doit, comme si cela ne suffisait pas, décider du nom, et avec lui du parcours, du politiques majeures entre l’opinion publique et le plus gros budget, de la santé à l’éducation en passant par les politiques sociales, ainsi que celle du gardien de la caisse, des ressources publiques, au Trésor, et son homme fort à la Présidence.

Dans ce dernier cas, l’actuel vice-ministre, Antonio Sanz, avec son expérience et son profil, sonne fort, tandis que l’élection d’Aguirre à la présidence du Parlement, ainsi qu’un récompense pour son travail, peut aussi être interprété comme une intention de jeter un oeil à la gestion de la santétrès probablement avec une signature du secteur par une organisation professionnelle.

Sauf surprise de taille -et rien ne l’indique- les élus ne le sauront que heures avant que la composition du premier gouvernement solo du PP dans la communauté soit rendue publique, comme cela s’est produit il y a trois ans et demi. La consejera de Fomento, Marifrn Carazo, estaba en la sede del PP de Granada para seguir la rueda de prensa de Moreno cuando la llam el presidente y el de Salud, Aguirre, a punto de coger las maletas para irse a un viaje del Imserso con sa femme.

D’ici là, seule Juanma Moreno saura qui et pourquoi Ils seront les élus. l et, bien sûr, votre cahier bleu (ou vert).

★★★★★