La Cour suprême admet l’appel d’Arcuri à la grâce de Juana Rivas et demande au gouvernement ses motivations

La Chambre contentieuse-administrative demande à la Justice de transmettre le dossier « dans le délai non prorogeable de 20 jours »

Francesco Arcuri, dans un communiqué
Francesco Arcuri, dans une déclaration devant les tribunaux de Grenade en 2017.MIGUEL RODRGUEZ
  • Chronique Arcuri, l’ex de Juana Rivas graciée : « Que m’arriverait-il si j’étais espagnol ou si je vivais en Espagne »
  • Conseil des ministres Le gouvernement approuve la grâce partielle accordée à Juana Rivas, ce qui lui permettra de ne pas entrer en prison et de recouvrer l’autorité parentale sur ses enfants

La Cour suprême a admis le pourvoi de Francesco Arcuri de gracier son ex-femme et mère de ses enfants, Juana Rivas, et a convoqué le ministère de la Justice, selon le document auquel vous avez eu accès LE MONDE, de transmettre à la Haute Cour, « dans le délai non prorogeable de 20 jours », le dossier administratif, qui contient les motifs de l’octroi de la grâce, qui a ramené la peine de deux ans et demi à un an et trois mois.

Ainsi, le Chambre contentieuse-administrative de la Cour suprême pour revoir l’octroi de la mesure de grâce à Rivas, condamnée pour avoir pris ses deux enfants d’abord au père puis à la justice, pendant près d’un an, entre 2016 et 2017.

Arcuri, selon ce que son avocat en Espagne a dit à ce journal, Enrique Zambrano, avec le recours au pardon, ne poursuit pas qu’il affecte la réduction de la peine, « bien que nous considérions cette réduction discriminatoire par rapport à d’autres cas dans lesquels il y a actuellement des personnes purgeant des peines. » Ce qui est recherché « c’est la non-restauration de l’autorité parentale, dans le cas d’une femme qui a commis un crime grave contre ses propres enfants, et aussi contre le père ». C’est ce que l’appel veut empêcher, « de redonner la capacité de décider de leurs enfants à une personne qui a été condamnée pour leur avoir si gravement fait du mal ».

Après l’admission au traitement et le dépôt par la Justice du dossier, ce sera le moment où la représentation légale d’Arcuri devra faire valoir les raisons pour lesquelles elle considère que ladite mesure de grâce ne doit pas être accordée.

La grâce portée en appel comprend le retrait de l’autorité parentale sur ses deux enfants, que Rivas a emmenés en Espagne malgré le fait qu’ils étaient également sous la garde de son père, et qui plus tard sont restés en son pouvoir malgré les ordres répétés de la justice de les restituer. au domicile conjugal, en Sardaigne (Italie).

Si la grâce est également accordée après le recours de son ex-conjoint, Rivas récupérera l’autorité parentale des mineurs, et la peine de six ans d’interdiction spéciale sera remplacée par 180 jours de travail au profit de la communauté.

La décision du gouvernement est intervenue après que la Chambre pénale suprême s’est prononcée contre la grâce totale et n’a pas pris de décision sur la grâce partielle accordée par la suite. Huit magistrats ont soutenu la mesure et huit s’y sont opposés. La Poursuivre s’oppose à la grâce absolue, mais a soutenu la partielle jusqu’à l’issue de la peine dans deux ans, ce qui permet l’obéissance sans emprisonnement.

★★★★★