La Chine « punit » un responsable espagnol qui a menti sur le Covid-19

Il a passé plus de deux mois en quarantaine pour avoir caché au pays asiatique qu’il avait transmis la maladie

Pedro S
Pedro Snchez et Xi Jinping, lors d’une visite du président chinois en Espagne en 2018.BERNARDO DAZ
  • Direct Tout sur la dernière heure du coronavirus
  • Le regard du correspondant Fermer Disneyland avec 34 000 personnes : alors que la Chine agit pour un seul cas de Covid

Javier Fernandez a passé les deux derniers mois et demi à Chine faire plusieurs quarantaines dans la même quarantaine. De l’hôpital à la maison, puis de nouveau à l’hôpital, de retour à la maison, puis à l’hôtel… Jusqu’à la semaine dernière, ils l’ont libéré et sont montés dans un Airbus cargo s’arrêtant à Hambourg. Finalement, il a pris un avion commercial à destination de Espagne.

Javier était puni pour avoir dit que le Covid n’était pas arrivé alors que ce n’était pas vrai. Il a menti aux autorités chinoises à son retour cet été d’Espagne et elles se sont vengées en lui faisant vivre l’enfer, en fabriquant en continu PCR avec des résultats positifs qui ne l’étaient pas. C’est l’interprétation de l’affaire alambiquée qu’ils font depuis l’ambassade d’Espagne à Pékin.

C’est là que ce fonctionnaire, conseiller technique du Conseiller en éducation, qui resterait probablement en quarantaine si le ministre espagnol des Affaires étrangères, Jos Manuel Albares, n’était pas intervenu. Il a demandé à son homologue chinois lors d’une vidéoconférence au début du mois de libérer Javier.

Ils lui ont donné le vertige comme un taureau. D’abord avec une admission à l’hôpital Pékin de près de 15 jours, après trois semaines d’enfermement à la maison et de retour à l’hôpital parce qu’il avait de nouveau soi-disant été testé positif. Quelques jours plus tard, ils l’ont renvoyé chez lui, mais son comité de quartier ne voulait pas qu’il soit là de peur qu’il contamine les voisins et finalement ils l’ont renvoyé dans un hôtel, raconte une source de la délégation diplomatique espagnole en Chine. . . .

L'espa officielle
L’officiel espagnol Javier Fernndez.EM

A l’ambassade ils croient que Pékin s’est vengé en lui faisant vivre l’enfer

Mettons un peu de contexte. Après avoir passé les vacances d’été dans son pays natal, MurcieJavier est retourné à Pékin à la mi-août, où il vit depuis trois ans. Le pays asiatique a fermé ses frontières depuis le 24 mars 2020. Seuls les nationaux, les étrangers titulaires d’un titre de séjour en cours de validité et les diplomates attachés aux ambassades ou consulats peuvent y entrer. Tous doivent respecter une quarantaine obligatoire qui varie de 14 à 28 jours, selon la ville dans laquelle ils atterrissent, dans une chambre d’hôtel payée par le client, mais choisie par les autorités chinoises. La seule exception sont les ambassadeurs, qui sont autorisés à se mettre en quarantaine à leur résidence.

Javier, 48 heures avant de reprendre l’avion pour la Chine, a dû passer un PCR et un IgM (anticorps). Ces tests doivent être effectués dans un laboratoire choisi par l’ambassade de Chine à Madrid. Les résultats sont envoyés directement à la légation diplomatique. Le voyageur doit en outre remplir et signer un formulaire répondant s’il est vacciné et s’il a passé le Covid-19. Dans la dernière section se trouve tout ce qui est arrivé à Javier : il a coché la case que le coronavirus n’était pas arrivé alors que ce n’était pas vrai. Il s’est envolé pour la Chine avec un PCR négatif, mais à son arrivée, il est soudainement devenu positif. Là commença son odyssée.

Le ministre Albares a dû intervenir pour qu’il puisse sortir de son confinement

De l’ambassade d’Espagne, ils soutiennent que les autorités chinoises, en examinant le test sanguin que Javier a dû faire pour se rendre dans le pays asiatique, se sont rendu compte grâce à ses anticorps qu’il avait été infecté à un moment donné et ont décidé de le punir pour ne pas l’avoir signalé. Javier a passé, par exemple, toute la quarantaine à donner des négatifs dans le PCR qu’ils ont fait toutes les 48 ou 72 heures. Mais il était temps de sortir et est devenu mystérieusement positif au Covid. De nouveau enfermé. Finalement, l’ambassadeur d’Espagne à Pékin, Rafael DezcallarFace aux réponses nulles des autorités chinoises, il a insisté auprès de Madrid pour que le ministre Albares inclue le cas de Javier dans les sujets qu’il allait aborder lors de sa rencontre en visioconférence le 2 novembre avec Wang Yi, ministre chinois des Affaires étrangères.

La persévérance de l’ambassadeur – frère d’un autre célèbre Dezcallar, Jorge, diplomate et ancien directeur de la CNI– ça a marché. Albares, en plus de discuter des relations économiques entre les deux pays, a expliqué à son collègue chinois la situation du responsable espagnol mis en quarantaine. Cela a finalement servi à le faire libérer la semaine dernière. Javier n’a plus été testé positif.

Pedro Sánchez a passé plus d’un an à sonder sans succès un voyage dans le pays

L’Espagne n’a jamais eu un poids économique ou politique particulier au sein de la Chine. Mais différent de États Unis ou d’autres pays européens, depuis Pékin, ils ont toujours vu l’Espagne comme un pays ami, qui ne s’embarrasse pas ou ne fait pas de bruit avec les plaintes relatives aux droits de l’homme, et qui est aussi un bon acheteur et un terrain fertile pour investir. Depuis le début de la pandémie, le président chinois Xi Jinping s’est entretenu à plusieurs reprises avec Pedro Sánchez, qui sonde en vain un voyage à Pékin depuis plus d’un an. La capitale chinoise est entièrement blindée et pour l’instant, il n’y a pas d’exceptions pour les dirigeants étrangers qui souhaitent faire un voyage d’État pour échapper à la quarantaine.

Des relations fluides ont également eu les chefs de la diplomatie espagnole, d’abord l’ancienne ministre Arancha Gonzlez Laya et maintenant Albares, avec le ministre chinois des Affaires étrangères. Gonzlez Laya, avant d’être licencié, a également tenté de se rendre en Chine, en l’occurrence dans la ville de Chengdu, au sud-ouest, où l’Espagne a ouvert l’année dernière un nouveau consulat, le cinquième du pays asiatique, qui servirait de lien pour attirer le tourisme de sa province vers l’Espagne, Sichuan, qui compte plus de 82 millions d’habitants. Cependant, en raison des restrictions de la pandémie, le nouveau consulat n’a pas pu se présenter officiellement et est à peine opérationnel car il n’y a qu’un consul et un agent administratif.

★★★★★