Huit étudiants étrangers sur dix en Andalousie fréquentent les écoles publiques

La ségrégation scolaire est parmi les plus élevées d’Espagne, seulement dépassée par le Pays basque, avec les données de l’année scolaire 2018-19. La population scolaire immigrante est plus susceptible de redoubler

Image d'archive en gros plan
Image d’archive du premier jour d’école dans une école de Malaga.

L’Andalousie est l’une des communautés autonomes qui ségrégue le plus les étudiants selon leur pays d’origine, derrière le Pays basque, selon un rapport préparé par le Conseiller de la Présidence sur la base des données du ministère de l’Éducation correspondant à l’année scolaire 2018-2019, qui sont les dernières disponibles avec une analyse détaillée de la répartition de la population scolaire entre les écoles.

Près de 37 ans de gouvernements socialistes et d’un discours politique et normatif qui, a priori, cherche à corriger cet effet de ségrégation, le Conseil n’a pas pu corriger que le poids de l’attention aux étudiants étrangers, qui nécessite des services éducatifs spécialisés, a presque exclusivement dans les centres publics. C’est le cas de 8 étudiants sur 10 en termes généraux, mais avec une situation beaucoup plus frappante dans les provinces avec un plus grand volume de population immigrée, comme Almera ou Huelva, où jusqu’à 99% des étudiants d’origine étrangère étudient dans les écoles publiques.

La ségrégation scolaire est mesurée à travers un indice (Gorard16), qui est celui utilisé par les auteurs du rapport PISA, qui permet de comparer la situation de différents pays en termes homogènes, avec l’Espagne (avec 0,453) en dessous de la moyenne de ségrégation de l’OCDE.

Cependant, il ne faut pas oublier que le pourcentage d’étudiants étrangers en École primaire et lycée (6,3% et 5,7%) en Andalousie est inférieur à celui de l’ensemble de l’Espagne (10,5% et 8,9% respectivement). En revanche, seuls 1,8 % des étudiants universitaires sont des étrangers hors UE.

PISA valorise également un autre concept, celui de équité éducative, qui évalue l’égalité des chances offerte par chaque système en fonction des résultats. Et observez, par exemple, comment il y a un écart dû aux résultats différents en mathématiques selon l’origine, étant en Andalousie cet écart inférieur à 8 points, ce qui le place en tête des communautés en équité. Cette bonne position contraste avec la réalité d’autres paramètres, comme la répétition du parcours, selon laquelle l’Andalousie est au milieu du tableau.

D’une manière générale, un étudiant étranger a 1,5 plus susceptible de redoubler qu’un espagnol, à compétences égales et sans tenir compte de l’effet des inégalités économiques.

Enfin, l’abandon précoce de l’enseignement-formation est également évalué, c’est-à-dire le pourcentage de personnes âgées de 18 à 24 ans n’ayant pas terminé le 2e cycle de l’enseignement secondaire et n’ayant suivi aucune formation par la suite. En Andalousie, en 2018, ce taux d’abandon s’élevait à 21,8 %, quatre points au-dessus de la moyenne nationale

Les données de l’Espagne soulignent que l’abandon précoce affecte un tiers des jeunes nés à l’étranger, « on peut donc en déduire que ce modèle différentiel se produit également en Andalousie ». Si le taux d’abandon parmi la population espagnole est de 15,3%, parmi la population étrangère, il est de 35,4%.

Plus tard, avec des données déjà à partir de 2020, le rapport souligne que le taux de décrochage scolaire parmi les étudiants étrangers s’élève à 44,5% en Andalousie. Le rapport du Conseil regrette qu’il n’y ait pas données ventilées par nationalité pour analyser géographiquement l’incidence du décrochage scolaire.

Enfin, en termes d’enseignement universitaire, en Espagne, 5,4% des étudiants universitaires de premier cycle sont étrangers, un taux qui est réduit à 2,9% en Andalousie. « Maintenant, si les chiffres de la Communauté européenne, des États-Unis et du Canada sont extraits des chiffres des étrangers, les pourcentages diminuent de manière significative, s’établissant en Espagne à 2,8% et en Andalousie à 1,8%. Cela représente un chiffre total de 3 716 étudiants, étant 58% de femmes. Elles sont plus nombreuses que les hommes dans toutes les zones de naissance, même si pour les pays africains (hors nord), la différence est anecdotique », ajoute le rapport.

★★★★★