Feijo se dissocie du pacte Egea avec le PSOE sur le pouvoir judiciaire: « Il n’a pas été traité dans le comité actuel ni dans le précédent »

Le chef du PP accuse l’exécutif de Pedro Sánchez de « menacer » l’opposition et demande plus de « hauteur » politique au président

Feij
Feijo, ce jeudi à Porto do Son.EFE
  • chronique La « sale guerre » du CGPJ révèle la faillite entre le PP et le PSOE
  • 11 juillet Le PP accepte de renouveler le CGPJ avec le système actuel et renonce à exiger que les magistrats choisissent les magistrats

Le président du Parti populaire, Alberto Nez Feijo, a accusé ce jeudi le gouvernement de Pedro Sánchez de « menacer » le principal parti d’opposition avec la « fuite » d’un document sur le renouvellement du CGPJ qui, bien qu’il soit signé par l’ancien général secrétaire populaire Teodoro García Egea, « ne devrait avoir aucune valeur », car « cela n’a pas été discuté dans l’actuel comité de direction ou dans le précédent » de la formation.

« Ce qui m’a été rapporté par les membres du comité de direction précédent, par l’intermédiaire de M. [Esteban] Gonzalez Ponsc’est qu’il n’y a eu, dans aucun comité de gestion, discussion d’aucun document ou d’aucune question signés entre le ministre [de Presidencia, Flix Bolaos] et l’ancien secrétaire général du parti », a déclaré le leader populaire lors de sa visite dans la ville galicienne de Porto do Son.

Par ailleurs, le président du PP a fait remarquer que lorsqu’il a succédé à l’ancien chef du parti, il n’a été fait mention à aucun moment de l’existence de cet accord : « Lorsque j’ai dépêché avec le président [Pablo] Marié la passation des pouvoirs, en aucun cas il ne m’a remis de document ».

González Pons ce mercredi et Feijo aujourd’hui ont réitéré que l’intention de la direction actuelle du PP était de repartir de zéro avec l’exécutif lors du renouvellement de la structure de la formation. « La proposition du PP est au gouvernement depuis le 11 juillet : renouer avec un minimum de critères pour que ce ne soient pas nous, politiques, qui élisons des juges proches d’un parti », a déclaré le chef de l’opposition en réponse à Bolaos, qui ce jeudi a remis en question la parole de Feijo: « Il n’est pas digne de confiance. »

dans les rangées populaire Il y a un sentiment répandu que le PSOE a divulgué un document « secret » dans le but de profiter de l’été pour faire pression sur le PP afin qu’il parvienne à un pacte pour le pouvoir judiciaire. De la même manière, Feijo a lié la controverse à ce stade du mois d’août avec « l’urgence » que le gouvernement a « d’incorporer ses propositions à la Cour constitutionnelle ».

« Nous n’allons pas accepter qu’ils nous menacent », a prévenu le président du PP, qui exige que Pedro Snchez soit « élevé » dans ses propositions et qu’il mette de côté les « politiques des enfants » visant à déstabiliser les relations entre les deux formations .

★★★★★