Des référents du constitutionnalisme lancent un manifeste comme l’embryon d’un nouveau parti ou d’une nouvelle plate-forme électorale

Valent Puig, Cayetana lvarez de Toledo, Hernndez Mancha, Francesc de Carreras et Jordi Canal sont quelques-uns des signataires du texte qui appelle à l’unité contre le séparatisme et le populisme

Canal, Trias, A
Canal, Trias, A et Lpez Alegre, promoteurs du manifesteGorka Loinaz / Araba PressAraba

Le krach de Ciudadanos et du PP aux dernières élections catalanes, où à eux deux ils ont obtenu avec difficulté 9 députés au Parlement, ainsi que l’alliance stratégique des socialistes et de l’ERC en Catalogne et au Congrès, ont laissé le champ politique et civique mouvement anti-indépendantiste presque sans voix dans les institutions et dans la rue. Une situation que différents secteurs du constitutionnalisme catalan veulent renverser avec une « grande confluence » pour les prochaines élections, que ce soit sous la forme d’une plateforme électorale ou d’un parti. Un nouveau sujet politique encore à esquisser dont le point de départ est le « Manifeste constitutionnel », présenté ce lundi à Barcelone avec l’appel à l’indépendance et le populisme dans les urnes.

En vertu de cette volonté, un groupe d’intellectuels et d’hommes politiques de renom ont signé un texte qui rejette le dialogue bilatéral ouvert par le Président du Gouvernement et leader du PSOE, Pedro Sanchez, avec séparatisme, appelle au rétablissement en Catalogne de « la loyauté institutionnelle et la neutralité des institutions » et invite à la création d’une « confluence politique » ambitieuse à caractère national car elle appelle à assister aux élections municipales et autonomes, telles que général et européen.

Parmi les signataires, se distingue la présence de quatre des fondateurs de Ciudadanos, Francesc de Carreras, Ferran toutain, Xavier Pericay et Teresa Gimnez Barbat, ainsi que le député du PP Cayetana Ivarez de Tolède, l’historien Canal Jordi, l’essayiste valent puig, l’éditeur Myriam Tey, le poète et président du CLAC, Andreu Jaume, le cinéaste Iaki Arteta, l’ancien député du PP catalan Marisa Xiandri etancien leader national du PP Antonio Hernndez Mancha.

Lors de la présentation du manifeste au Collège des journalistes de Catalogne, l’ancien candidat du PP et journaliste Joan Lopez Alegre a souligné l’importance de « plus jamais », ni les socialistes ni les populaires ne doivent s’appuyer sur les nationalismes basque, catalan et galicien pour gouverner l’Espagne. « Ce n’est qu’à partir de la Catalogne que nous pouvons empêcher Bildu et ERC de définir l’agenda espagnol, nous ne sommes personne pour dire aux partis quoi faire, mais nous les encourageons à ajouter et non à soustraire, car les constitutionnalistes catalans veulent influencer l’Espagne de manière positive . « , a souligné.

Pour sa part, l’historien Canal Jordi a considéré que la dégradation politique et sociale actuelle que connaît la Catalogne a été possible en raison de l’inaction d’un État face aux manœuvres du nationalisme catalan. Celui que je laisse faire et défaire. « Depuis la Transition, les nationalismes catalan et basque sont déloyaux envers l’Etat », a-t-il déploré. Pour Canal, qui considère que « la Catalogne est fracturée » par la procsIl est essentiel de gagner le séparatisme dans les urnes afin de « changer la loi électorale catalane ou d’intervenir TV3 », éléments clés pour que le nationalisme maintienne son hégémonie culturelle et politique. Alors que le chef du Free Center. Art et Culture (CLAC) Paula A Il a défini ce manifeste comme « celui de l’entêtement et de la détermination, celui de l’illusion et de l’avenir ». En ce sens, il a déclaré que le texte signifie avant tout « un appel à l’unité et à sortir du personnalisme, du chantage, de la peur et de l’immobilité ».

La grande question qui plane autour du manifeste est quelle sera la prochaine étape et la véritable ambition de cette initiative. La possibilité de formation d’un nouveau parti fait, pour le moment, que tant le PP que les Cs et Vox regardent ce projet d’unité des constitutionnalistes avec une grande méfiance et une grande distance. Avant les dernières élections catalanes, des membres éminents de la société civile catalane avaient déjà tenté de réunir Cs et PP sous le même parapluie électoral. Des différences personnelles mais, surtout, les différentes stratégies des directions nationales des deux partis ont rendu cela impossible, il semble donc très difficile qu’en 2023, lorsque le prochain appel aux urnes sera donné avec les municipales, ils acceptent ce qu’ils ont. déjà rejeté. .

Malgré le probable refus, les promoteurs du manifeste prévoient de rencontrer dans les semaines à venir les dirigeants de Vox, Cs et PP en Catalogne et ont fait appel au PSC pour qu’au moins et malgré sa nette prise de distance avec le constitutionnalisme catalan avec Salvador Illa, étudier leurs revendications et leurs demandes.

Ces derniers mois, et avec l’excuse du débat de ce manifeste, la possibilité de créer un nouveau parti centriste et constitutionnaliste qui récupère le million de voix qui ont donné la victoire à Ins Arrimadas en 2017, il prend forme. L’initiative de Eva Parera, actuel leader de Barcelona pel Canvi -le parti créé par Manuel Valls- et député du PP au Parlement- pour faire de sa formation le siège du libéralisme constitutionnel pourrait jeter les bases de cette formation transversale qui rappelle le manifeste public ce Lundi.

Dans une initiative qui avance en parallèle, peut-être pour finir par se réunir, un manifeste vient d’être ébauché au Pays basque, qui confirme la même préoccupation que le constitutionnalisme existe dans cette communauté, où PP et Cs jouent également un rôle de témoignage. Evoquant ainsi la possibilité que le projet d’unir ceux qui se sentent orphelins du PP et des Cs saute, comme demandé par le manifeste présenté à Barcelone, de la Catalogne à l’ensemble de l’Espagne.

★★★★★