Des experts et des maires de Monfragüe ont averti il ​​y a un mois que le parc national était un « baril de poudre »

  • Feu Le parc national de Monfragüe brûle dans un incendie incontrôlé : « Soit il y a un miracle, soit il risque de disparaître entièrement »
  • Données La canicule laisse au moins neuf provinces avec un risque élevé de mortalité

« Un incendie dans Monfrague Cela mettrait fin à la vie à l’intérieur du parc national en un peu plus de quatre heures. Le retentissant SOS a été lancé par écrit le 10 juin par le Association des amis de ladite réserve naturelle. Quatre semaines plus tard, jeudi, un incendie s’est déclaré près de Maisons de Miravete (Cáceres) qui a pénétré sans opposition au cœur de cette réserve ornithologique, où des milliers de touristes arrivent chaque année pour profiter du vol des cigognes noires, des vautours percnoptères, des vautours ou de l’exclusif aigle impérial.

A l’issue de cette édition, le feu était toujours hors de contrôle et avec des conditions météo très défavorables, avec des rafales de vent changeantes. Il avait brûlé plus de 1 000 hectares calcinés et affecté plusieurs espèces protégées, dont plusieurs nids de vautours moines. Par mesure de précaution, les habitants de Casas de Miravete ont été expulsés en raison du risque que les flammes pénètrent dans la ville.

Les flammes auraient-elles pu être empêchées d’entrer dans Monfragüe ? Francisco Castanarèsancien PDG de Agence environnementale de la Commune d’Estrémadure, qui préside cette association, a dénoncé il y a un mois que la direction du parc n’avait pas effectué de travaux de nettoyage depuis 2019. Il ne l’a pas fait seul. L’appel à l’aide a également été lancé par d’autres experts et maires. La Municipalité de Serradillaseule commune (1 500 habitants) disposant d’une forêt publique dans la zone : « Nous sommes impuissants car nous ne pouvons rien faire, ni effectuer aucun type de nettoyage ou de prévention des incendies car nous n’avons pas de pouvoirs car c’est une forêt qui est à l’intérieur un parc national où un conseil municipal n’a aucun pouvoir », s’est-il écrié François Sanchez, maire du PSOE local. En ce sens, il a prévenu qu' »un incendie dans cette zone serait très difficile à maîtriser et se propagerait très rapidement ».

Ils évacuent la ville de Casas de Miravete à Cáceres en raison de l’avancée de l’incendie de forêt de Monfragüe

Les plaintes portaient sur les conditions « regrettables » dans lesquelles Monfragüe, également répertorié comme Réserve de biosphère (année 2003), et qui a favorisé la diffusion du « combustible forestier à l’intérieur du parc national ». Castañares a rappelé qu’ils avaient été « abandonnés et paresseux pendant trois ans par la Junta de Extremadura (Conseil de transition écologique), qui met notre joyau naturel le plus précieux en danger ». Et il a donné les données suivantes : « Les 1 500 hectares du mont d’utilité publique, appartenant à la Serradilla, inclus dans le parc national, sont une véritable poudrière prête à brûler. Le reste du parc, un peu plus de 15 000 hectares, même avec d’autres types de végétation, est dans des conditions similaires.

Des plaintes ont également été déposées contre le directeur du parc, carmen martinqui a pris ses fonctions en mars de cette année, en remplacement Alfredo Anéga. Tous deux n’auraient pas ordonné l’exécution de travaux préventifs : « Ils ne le font pas, ni ne permettent à d’autres de le faire », souligne Castañares, qui a décrit que les pare-feu « n’étaient pas propres non plus ». Dans le même temps, il a souligné un risque supplémentaire : le parc regorge de lignes électriques, un vrai danger bien qu’elles soient interdites par la loi depuis décembre 2020.

« Il y a quelques années seulement, le 12 juillet 2017, une ligne électrique de Iberdrola a provoqué un incendie dans l’un de ses supports en raison du détachement du câblage. Ils n’étaient donc pas interdits. Oui aujourd’hui », dit-il. Pour l’également président de l’association des entreprises forestières, la conclusion est que Monfragüe avait été laissée exclusivement entre les mains du destin, « nue et seule, attendant… ». Il souligne le nu car, ces derniers jours, il dénonce qu' »ils ont quitté le parc sans son hélicoptère, qui est là toute l’année en raison de l’importance du lieu, sans tous ses postes de contrôle, sans ses pompiers forestiers, sans ses camions de pompiers ». et sans ses véhicules de pompiers, précisément le jour où il y avait le plus grand risque d’incendie et donc le jour le plus important pour que tout le monde soit là, déployé et en état d’alerte ».

Pour les sept communes qui composent le Parc National il n’y avait qu’un seul véhicule Récupérer avec cinq sapeurs-pompiers forestiers, situé à Villareal de San Carlos, à près d’une heure de marche du lieu de l’incendie, souligne-t-il. « Quand le feu est arrivé, c’était déjà imparable », car les flammes ont commencé avec peu d’intensité et, « si l’hélicoptère avait été à sa place et les postes de contrôle à la leur, ils l’auraient éteint en 10 minutes, mais il n’y a pas eu moyens ».

Maintenant, selon le Conseil, 220 soldats et huit moyens aériens travaillent pour empêcher sa propagation, avec la participation de la infoexde la Unité d’urgence militaire (UME) et les pompiers urbains des consortiums provinciaux de Cáceres Oui Badajoz.

Pendant ce temps, le Centrale nucléaire d’Almaraz a avisé le Conseil de la sécurité nucléaire la déclaration de l’incendie de Casas de Miravete, situé à moins de cinq kilomètres de l’installation. Pour le moment, selon la centrale, les deux tranches de la centrale continuent de fonctionner normalement à 100% de puissance, mais « une surveillance continue est effectuée par le personnel de protection incendie dans les zones de la centrale proches de l’incendie », ce qui, disent-ils, « n’implique aucun dommage ou risque pour la plante ».

Les flammes dans le quartier Les Hurdes Ils ont donné un peu de répit hier après-midi et le feu est passé « relativement calmement », selon le directeur général des Urgences, Nièves Villarqui a souligné que le vrai danger réside dans la zone de Salamanque. L’équipe d’extinction d’Estrémadure s’est consacrée à étouffer les reproductions et à continuer de nettoyer la zone frontalière avec Castille et Leon.

Cipri, le pompier vétéran de Las Hurdes.
Cipri, le pompier vétéran de Las Hurdes.MME

A Las Hurdes, et au sein de l’équipe de Pompiers forestiers d’Estrémadure, travaille presque sans respirer Chypre60 ans et originaire de Alcuescar (Cáceres), un vrai vétéran dans ce type de situation et qui, à son âge, se sent pleinement actif et assez fort pour continuer à risquer son physique au sol dans l’opération d’extinction qui travaille dans la région pour arrêter les flammes, qui peuvent être tourner dans un véritable piège. « C’est le meilleur, nous avons tous appris de lui », le décrivent ses coéquipiers. Hier, lors d’une courte pause, ils lui ont rendu hommage en téléchargeant son image sur les réseaux sociaux : « Ses rides et ses cheveux gris doivent cacher de nombreuses histoires, bonnes et mauvaises, mais ils enseignent que l’âge n’est qu’un chiffre », a-t-il décrit. José Gago, journaliste d’Estrémadure. Cipri est le héros, avec un visage, de l’incendie de Las Hurdes, même si pour le moment il ne veut pas être sous les projecteurs et continue de travailler dur. Jusqu’à ce que les flammes s’éteignent.

★★★★★