L’Église fait face à une crise des sacrements : les mariages catholiques ne représentent déjà que 21 % du total et moins de la moitié des enfants sont baptisés

Au cours de la dernière décennie, l’Espagne a connu un processus accéléré de déclin du nombre de sacrements religieux, avec un impact particulièrement élevé sur les mariages et les baptêmes catholiques. C’est ce que montrent les données de la Conférence épiscopale espagnole (CEE): les baptêmes, communions et mariages ont chuté, avec une baisse de 40 % entre 2007 et 2019. Ces chiffres ont été suivis par l’année de la pandémie, où des creux historiques ont été enregistrés en raison de la crise du coronavirus et des limitations sévères des rassemblements de personnes dans les lieux publics.

Pour avoir une idée globale, en 2009, il y avait plus de 174 000 mariages en Espagne, dont 45 % étaient catholiques. Dix ans plus tard, en 2019, 161 000 mariages ont été célébrés, dont seulement 21 % ont été célébrés par le Église.

Ce phénomène se reproduit dans les baptêmes, puisque si en 2009 il y avait 495 000 naissances et 65% des bébés étaient baptisés, une décennie plus tard le pourcentage était tombé à 48%, ce qui signifie qu’en 2019 ils ont reçu le baptême moins de la moitié des nés.

Dans cette ligne, les communions ont chuté de huit points en dix ans : de 28 % en 2009 à 20 % en 2019. Parallèlement, les confirmations ont augmenté de 28 %.

Cette circonstance est aggravée par une population plus âgée et des églises plus vides. Pour les experts, cela s’explique par le fossé générationnel des jeunes par rapport aux générations précédentes, la méfiance à l’égard de l’Église et l’usage dépassé du langage. « Avant, la religion était indifférente, maintenant elle est insignifiante », explique Rafael Ruiz Andrs, professeur de sociologie de la religion à l’université Complutense de Madrid.

Après la pandémie, les célébrations reportées ont été récupérées, mais ce n’est toujours pas suffisant. Le plus grand exemple est vu lors des mariages. En 2009, les mariages civils ont dépassé les mariages religieux pour la première fois depuis 1996, première année où INE enregistrer des données dessus. En dix ans, il y a eu presque 45 000 mariages religieux en moinsce qui représente une baisse de 67,6 points et un net changement de tendance.

CERTAINS SACREMENTS MONTENT ET D’AUTRES DESCENDENT

Cependant, les plus bas historiques de ces données ne concernent pas tout le monde de la même manière. Pour Juan Carlos, vicaire d’une paroisse du district de Salamanca, à Madrid, la perte des fidèles et la chute des sacrements signifient que désormais seuls ceux qui veulent le faire le font et « ceux qui le font par tradition restent dehors. » « . « Chaque fois, on le voit davantage avec les mariages, car il y a encore des gens qui continuent à se marier par tradition, mais qui plus tard ne communient pas dans l’Église », souligne-t-il.

Avec les baptêmes et les communions, le schéma se répète. Les premiers sont en baisse de 46 % depuis 2007. Avant le début de la crise économique, 66% des enfants nés ont été baptisés. Un chiffre qui, il y a trois ans, était réduit à moins de la moitié. Les communions, où l’âge moyen pour recevoir ce sacrement se situe entre 9 et 10 ans, ont enregistré leur chiffre le plus bas sans compter la pandémie en 2019. Il n’y a eu que 204 618 communions, un 20,3 % de moins par rapport à 2007.

Purificación Gómez et Sandra Grau, coordinatrices de la catéchèse de la première communion dans une école privée de Valence, soulignent que cette diminution est due à l’éducation familiale et au manque de valeurs dans la société. « Il y a encore la foi, mais les parents ne sont pas très attachés à la religion », expliquent-ils.

Ils assurent aussi que le « désengagement » du catholicisme découle des années qui s’écoulent entre la communion et la confirmation. « Il y a de nombreuses années de vide pendant lesquelles vous n’avez de contact avec la religion qu’à travers la matière scolaire, alors ils se désengagent. » L’étape de l’adolescence qu’ils traversent n’aide pas. Les catéchistes affirment que les jeunes sont plus « sensibles aux valeurs sociales actuelles », dans lesquelles prévalent actuellement « la consommation et l’image ».

Cela ne se produit cependant pas à La Rioja, où en 2019, 40% de la population se déclarait catholique, selon le CEI. Elle s’est ainsi imposée comme la communauté autonome la plus catholique d’Espagne, suivie des Asturies, avec 37,8 %, et de la Région de Murcie, avec 36,2 % de pratiquants.

Les confirmations, en revanche, ont augmenté de 28,4 % dans toute l’Espagne depuis 2007. « La raison pour laquelle elles ont augmenté, c’est l’approche des jeunes et l’écoute active », explique-t-il. Santiago Ruiz Gomezdirecteur des médias du diocèse de Calahorra et La Calzada-Logroo.

Les autres, Juan Melchor Ségu, recteur de la basilique de la Virgen de los Desamparados à Valence, assure que cette augmentation des confirmations est due à l’évolution démographique. « Moins d’enfants naissent et ceux des années précédentes grandissent », explique-t-il, soulignant la crise de 2008 qui a provoqué une baisse des naissances.

Le vieillissement de la population signifie également que davantage d’onctions de malades sont désormais effectuées. L’année de la pandémie a été historique : 29 627 ont été enregistrés, soit plus de 4 500 de plus qu’en 2019. « Il y a plus d’onctions que de baptêmes car il y a moins d’enfants. La population vieillit », explique Ruiz Gómez.

LES JEUNES SONT LA CLÉ

Et tandis que la population vieillit, les jeunes ne s’identifient pas aux positions promulguées par cette institution. Le sociologue de l’Université Complutense de Madrid (UCM) explique que cette perte de fidèles est due à la méfiance que l’Église provoque et un langage qui ne les rejoint pas. Cependant, du diocèse de Logroo, ils confirment qu’il y a des jeunes, mais que c’est un public « difficile d’accès ». La solution qu’ils voient est de mettre à niveau et de changer cette langue.

C’est ici qu’interviennent des figures comme celles du Père Damin Mara Monts, qui en plus d’être prêtre est chanteur et tic-tac. Concernant l’avenir de cette congrégation, le père prévient : « L’Église de l’avenir va être petites communautés de personnes ». Il assure qu’il faudra « sortir de cette Église gigantesque » et miser sur celle où « les gens restent connectés et hors des masses ». Cependant, il reste serein : « L’Église est vivante depuis plus plus de 2000 ans. Elle est sortie de toutes les crises, et je la vois comme très forte en raison de sa tradition et de sa religiosité populaire. »

★★★★★