Bildu, ERC, Junts et le CUP parviennent à entrer dans la commission secrète grâce au changement de règles promu par Batet

Congrès des députés

Aizpurua, Rufin, Nogueras et Botran ont réussi le processus avec 186 et 185 voix après la suppression de l’exigence d’atteindre 210

La porte-parole d'EH Bildu, Mertxe Aizpurua, au Congrès.
La porte-parole d’EH Bildu, Mertxe Aizpurua, au Congrès.Juan-Carlos HidalgoEPE
  • Congrès Le gouvernement active un changement réglementaire au Congrès pour introduire ERC et Bildu dans les secrets officiels
  • À l’intérieur Le mouvement indépendantiste utilise l’espionnage de Pégase comme une offensive judiciaire, politique et sociale contre l’État

EH Bildu, CKD, Ensemble pour la Catalogne et la Coupe ils ont réussi à entrer dans la commission des secrets officiels du Congrès, après que le changement controversé des règles promu cette semaine par Meritxell Batet, à la demande de Pedro Sánchez, leur a permis de surmonter le vote sur leur configuration aujourd’hui.

La modification de la norme a supprimé l’exigence en vigueur depuis 1982 d’obtenir le soutien des trois cinquièmes de la Chambre (210 voix), qui exigeait un consensus entre le PSOE et le PP, et a été remplacée par la nouvelle exigence de n’atteindre que les 176 voix.

Abertzales, séparatistes, parti de Puigdemont et anticapitalistes auront ainsi un siège dans une commission où sont traitées les dépenses réservées et les affaires d’Etat considérées comme secrètes ou liées aux activités du CNI. Plus précisément, ils peuvent assister Mertxe Aizpurua (EH Bildu), Gabriel Ruffin (CKD), Miriam Nogueras (Junts), qui ont obtenu 186 voix, et Albert Botran (CUP), 185 voix.

Son entrée avait été l’un des engagements pris par le gouvernement pour tenter d’apaiser le mécontentement des partis séparatistes dû à l’espionnage du gouvernement. étui pégase. L’exécutif entend que ce soit dans cette commission où ces partis reçoivent les explications qu’ils demandent à la place de la commission d’enquête qu’ils demandent et que le PSOE refuse d’accepter.

Cependant, une fois les majorités abaissées, le PSOE et United We Can ont pu annuler le veto que des partis tels que PP, Vox et Ciudadanos avaient établi depuis le début de la législature à la présence d’ERC et d’EH Bildu.

républicains et abertzales Ils auront une place dans la commission parce qu’ils ont leur propre groupe parlementaire au Congrès, tandis que Junts et le CUP entreront parce que les formations qui composent le Congrès en ont décidé ainsi. groupe pluriel et le Groupe Mixteauxquels ils appartiennent respectivement.

La présence de ces quatre partis dissidents a provoqué une réaction de colère de l’opposition. Pour le PP, un consensus d’État d’il y a trois décennies a été rompu pour introduire des partis qui ne sont pas  » dignes de confiance « , tandis que pour Ciudadanos cela implique l’entrée de  » l’émissaire de Puigdemont « , du  » défenseur de la CDR  » ou  » d’une dame de Bildu qui est condamné pour avoir glorifié le terrorisme ». Une « dream team » à laquelle, selon Ins Arrimadas, « ne manque que Jack l’Éventreur ».

Le vote pour constituer la commission du secret de fonction s’est tenu ce jeudi aux urnes et par scrutin, dans lequel chaque député devait inscrire un maximum de 10 noms (un par groupe parlementaire).

Eh bien, le PP n’en a marqué que six, excluant ainsi les candidatures d’ERC, de Bildu, de Junts et du CUP. De son côté, Ciudadanos a refusé de participer au vote au motif qu’il s’agissait d’une situation « trop ​​humiliante ».

Outre les quatre porte-parole déjà cités, les six autres membres de la commission élus ce jeudi sont Hector Gomez (PSOE), avec 280 voix ; Cuca Gamarra (PP), avec, 282; Ivn Espinosa de los Monteros (Vox), avec 270 ; Paul Echenique (Unis nous pouvons), avec 272 ; Boule d’Edmond (Citoyens), avec 276 ; Oui Aïtor Esteban (PNV), avec 275.

★★★★★