Vox choisit Macarena Olona comme candidate en Andalousie pour tenter d’entrer au gouvernement régional

L’objectif du parti est de devenir « au moins » vice-président de l’exécutif andalou avec Juanma Moreno

Olona, ​​​​dans un acte à Séville.
Macarena Olona, ​​​​dans un acte à Séville.EPE
  • Élections Juanma Moreno avance les élections andalouses au 19 juin

fumée blanche. Le comité exécutif national de Vox a donné son feu vert ce jeudi à Macaréna Olona en tant que candidat du parti à la Junta de Andaluca dans le élections régionales qui aura lieu le 19 juin.

La candidature d’Olona était devenue un secret de polichinelle. La direction de Vox a tenté de maintenir l’incertitude, nourrissant la curiosité des partisans, des électeurs et même des ennemis politiques. Il a sollicité et obtenu des informations contingentées et ce jeudi, quelques jours après le président andalou, Juanma Morenoavancer les élections, a officialisé la nomination.

C’est sa politique habituelle : attendre d’abord que les élections soient déclenchées et, plus tard, réunir son corps principal pour s’entendre sur le nom du candidat. Oui la pièce en Castilla y Leónavec la nomination d’un inconnu Juan Garca-Gallardo en tant que candidat, il avait soulevé beaucoup de rumeurs. Vox pourra-t-il répéter un mouvement comme celui-là à Andaluca ?

Cependant, pendant des mois, Olona a été jour après jour à un moment donné en Andalousie avec le drapeau Vox. « Et là où il allait, il y avait une présence, il y avait des supporters, il y avait du mouvement », soulignent-ils du parti. Ses voyages incessants laissaient présager une candidature imminente, mais la direction du parti étudiait s’il valait mieux l’envoyer en Andalousie ou la maintenir au Congrès, où est devenu l’un des principaux fléaux du gouvernement.

Jusqu’à presque la fin, il y avait des voix qui se sont engagées à la maintenir au Parlement et à laisser la direction des élections andalouses récemment convoquées entre les mains de Manuel Gavira -le porte-parole de Vox-, sans exclure un nouveau ‘Juan García-Gallardo’ . Gavira avait l’avantage d’entretenir déjà de bonnes relations avec les poids lourds de l’exécutif du PP.

Le parti a envisagé des études démocratiques avec Olona et avec d’autres candidats possibles. Et ils ont détecté que le saut avec la députée nationale en tant que candidate était significatif, qu’avec elle un chiffre de plus de vingt sièges était toujours atteint (maintenant elle en a 12). Et, très important, dans tous les sondages, le résultat d’Olona permet à Vox d’entrer au gouvernement d’Andalousie.

L’exemple de Castilla y León

Le pari d’Olona est tout un ardago pour les perspectives politiques de Vox. Le parti est conscient qu’il peut obtenir un grand résultat, mais il ne sera pas décisif pour la gouvernabilité et restera en dehors de l’exécutif régional. C’est le grand pari de la direction de Vox avec cette candidature : qu’un mouvement comme celui de Castilla y León sorte, où Vox était essentiel pour former un gouvernement.

De cette formation ils savent que le jeu est « risqué ». Si les comptes ne sortent pas, l’un de ses plus grands potentiels politiques serait relégué à un siège au Parlement andalou. Mais Le pari de Santiago Abascal et ceux qui le soutiennent, c’est qu’Olona devient « au moins » vice-président de l’exécutif andalou avec Juanma Moreno.

De la part de Vox, il y a un énorme optimisme face aux élections qu’ils réclament depuis plus de six mois. Les enquêtes gérées par cette formation ne montrent pas les données publiées dans les derniers sondages. Ils soulignent que la distance entre le PP et Vox est nettement moindre et que la somme sera indispensable pour former un gouvernement après le 19 juin.

En tout cas, certaines sources indiquent qu’il était très difficile pour Olona de ne pas être finalement candidate alors qu’une ambiance andalouse s’était déjà installée sur elle depuis des mois. « Cela aurait été très compliqué. Beaucoup de gens n’auraient pas compris », soulignent ces sources.

★★★★★