Une nouvelle plainte pour abus sexuels secoue l’abbaye de Montserrat

Le nationalisme catalan a pris la défense de l’institution lorsque d’autres cas

Frère Andreu Soler (avec soutane noire)
Frère Andreu Soler (avec soutane noire)

Le 1er juillet, le monastère de Montserrat a publié un communiqué informant qu’il avait appris le dépôt d’une plainte, devant les Mossos d’Esquadra, contre le moine Gabriel S. pour abus sexuels commis en 2019 sur une mineure alors âgée de 17 ans. Et annonça que l’abbé Josep Maria Soler elle a formellement interdit au religieux d’exercer son ministère, ainsi que d’exercer toute activité pastorale et d’avoir des contacts avec des mineurs.

De même, l’activation des protocoles canoniques a été notifiée, ainsi que leur renvoi au Saint-Siège, et la disponibilité de l’abbaye aux autorités policières et judiciaires a été soulignée, sans que cela implique une réduction du droit à la présomption d’innocence des accusé.

Celui qui plane sur Gabriel S. est la première plainte concernant un abus allégué dans ce monastère qui n’est pas prescrit par la loi et, par conséquent, cette fois, il finira par être poursuivi. Mais ce n’est pas un cas isolé, il pleut très humide dans l’abbaye de Montserrat. Fin 2000, EL MUNDO et d’autres journaux ont publié une série d’informations concernant l’existence d’un lobby gay dans le monastère bénédictin, qui avait formé un sous-groupe de pouvoir dans la communauté monastique, ce qui a conduit au limogeage des deux derniers abbés. , Cassi M. Just Oui Sébastien Bardolet.

Cette information est tombée comme une véritable bombe et la grande majorité des hommes politiques et des médias catalans sont sortis pour défendre l’honneur prétendument terni de la communauté des moines. Le premier à élever la voix, alors président de la Generalitat, Jordi Pujol, qui s’est rendu à Montserrat pour montrer sa solidarité avec les Abbé Soler. Ce dernier est venu déclarer en L’avant-garde: Cela ressemble à une configuration pour nous et ils ont causé de graves dommages à la communauté ; pour terminer par l’emballage typique : « Je vois dans les événements de ces jours la volonté de discréditer les valeurs évangéliques, l’Église elle-même en tant qu’institution, la Catalogne et même les bases éthiques de la société.

Après 18 ans, il est apparu que le moine Andreu Soler (décédé en 2008) avait abusé d’un garçon de 15 ans. La victime elle-même a déclaré que l’abbé avait tenté d’acheter son silence en 2003 (trois ans seulement après l’assemblée présumée). Le prix : 8 600 euros ; 7 200 pour le jeune homme et 1 400 pour son avocat. Mais la victime leur a répondu et a annoncé en 2015 qu’il allait signaler le cas et a rendu l’argent reçu.

« UN PRÉDATEUR SEXUEL »

Pendant tout ce temps, l’abbé Soler n’a pas engagé de procédure canonique contre les religieux, contrevenant aux instructions promulguées par le Saint-Siège en 2001. Par ailleurs, la maison d’édition Abada a publié en 2007 un livre du moine intitulé L’escoltisme à Montserrat, qui a été préfacé par Jordi Pujol avec ces mots prémonitoires : « La lecture de ce livre m’a rajeuni et m’a rendu heureux. Pourquoi ? Parce que j’ai vu que beaucoup de valeurs et d’attitudes très positives sont toujours vivantes. »

Lorsque la plainte de Hurtado a été rapportée dans la presse en 2019, l’abbé Soler a affirmé qu’il s’agissait d’un cas isolé. Par la suite, il a rendu public le rapport de la commission d’enquête qui avait localisé 12 victimes du frère Andreu Soler, concluant que le comportement dudit frère, au moins entre 1972 et 1999, « était celui d’un véritable prédateur sexuel ». Cependant, cette même année 2019, une autre plainte a été déposée contre un moine pour avoir prétendument abusé d’un mineur.

L’accusé est un très jeune religieux, Gabriel S., étudiant en sciences politiques à l’Université de Barcelone, diplômé en histoire ecclésiastique, entré comme novice en 2006, fait profession solennelle en 2010 et ordonné prêtre en 2017. Le moine participé à une série d’entretiens audiovisuels intitulée Joves amb IVA. L’acronyme IVA fait référence à Idées, Valeurs, Attitudes et la vidéo est diffusée par le Centre d’Estudis Jordi Pujol. Cette vidéo, enregistrée en 2011, est toujours accessible sur le web.

L’aujourd’hui dénoncé explique dans l’enregistrement son désir de changer la société d’une vocation spirituelle et défend même son option pour la vie religieuse face aux désastres personnels de nombreux individus sans valeurs ni attitudes.

Tant en 2000, avec la plainte contre le moine Soler, qu’en 2019 avant les accusations contre Gabriel S., Pujol et son Centre d’études se sont prononcés en défense, de manière plus directe ou voilée, des « valeurs » de l’Abada de Montserrat.

★★★★★