Etat d’alarme ou état d’exception, telles sont les principales différences

Pedro Sánchez, au Congrès en juin 2020 après avoir demandé une nouvelle prolongation de l'état d'alerte.
Pedro Sánchez, au Congrès en juin 2020 après avoir demandé une nouvelle prolongation de l’état d’alerte.Dani duchMONDE
  • Justice Une Cour constitutionnelle divisée annule le confinement à domicile imposé au premier état d’alerte
  • Constitutionnel Les magistrats estiment que le confinement du Gouvernement nécessitait plus de contrôle du Parlement

Etat d’alarme ou état d’exception ? Les deux mesures, envisagées dans le Constitution, peut être décrétée par un gouvernement dans des circonstances extraordinaires qui rendent impossible le maintien de la normalité. Cependant, il existe des différences diffuses entre les deux instruments juridiques qui se concentrent sur la liberté de circulation des citoyens.

Avec un vote très serré, six magistrats contre cinq, la Cour constitutionnelle a été encline à annuler le confinement à domicile qui comprenait le premier état d’alerte approuvé par l’Exécutif par le biais d’un arrêté royal du 14 mars 2020 pour stopper l’expansion du coronavirus. Le CT ne remet pas en cause les mesures annulées, mais plutôt l’instrument utilisé par le Gouvernement pour les mettre en œuvre, comprenant que l’état d’alerte ne permet pas une suspension généralisée des droits fondamentaux et soutient qu’il aurait dû recourir à l’état d’exception, sous réserve à un plus grand contrôle parlementaire.

L’état d’alerte permet-il la suspension des droits fondamentaux ?

Non. L’une des principales différences entre l’état d’alerte et l’état d’exception est que ce dernier peut entraîner la suspension de certains droits fondamentaux, qui dans l’état d’alerte peuvent être « limités ». Le CT se concentre sur ce point dénoncé par divers juristes : que l’arrêté du Gouvernement signifiait une telle limitation des droits qu’il est devenu un état d’exception déguisé.

La Cour constitutionnelle s’est déjà prononcée sur cette question dans un arrêt du 28 avril 2016 à la suite du premier état d’alerte pour la démocratie, décrété par le gouvernement de José Luis Rodríguez Zapatero face à la grève des contrôleurs aériens. A cette occasion, elle a statué que « contrairement aux états d’urgence et de siège, la déclaration de l’état d’alerte ne permet la suspension d’aucun droit fondamental, bien qu’elle permette l’adoption de mesures pouvant impliquer des limitations ou des restrictions à leur exercice . »

Dans quels cas peuvent-ils être appliqués ?

Les circonstances d’application de l’état d’alerte sont clairement définies dans le règlement, qui assimile les crises sanitaires à des « altérations graves », alors que l’état d’exception ne précise pas de situations particulières pour son application. Parmi les décisions que le Gouvernement peut adopter sous l’alerte, la loi comprend cinq typologies.

Ainsi, il peut « limiter la circulation ou la permanence des personnes ou des véhicules à certains moments et lieux, ou les conditionner à se conformer à certaines exigences », un précepte sur lequel l’Exécutif a appuyé sa déclaration d’interdire aux citoyens de quitter leur domicile uniquement dans certaines circonstances. .

Il autorise également les réquisitions « temporaires » de tous types de biens, intervenant et occupant « temporairement » des industries, fermes ou locaux de toute nature, à l’exception des habitations privées, limitant ou rationnant l’usage des services ou la consommation des produits de première nécessité. émettre les ordres nécessaires pour assurer l’approvisionnement des marchés.

L’état d’exception est beaucoup plus strict que celui d’alarme et est destiné aux situations extrêmes dans lesquelles le fonctionnement des institutions démocratiques ou des services essentiels est gravement altéré. Il permet, entre autres mesures, de procéder à des arrestations communiquées au juge, de procéder à des perquisitions domiciliaires, d’intervenir toutes sortes de communications, d’interdire la circulation des personnes, de se soumettre à une autorisation préalable ou d’interdire les réunions et manifestations, ainsi que d’intervenir dans des industries ou des entreprises.

Quel contrôle le Parlement exerce-t-il ?

C’est l’une des principales différences par rapport à l’état d’alarme, puisque la doctrine constitutionnelle dicte que plus la gravité de l’état est grande, plus la participation qui correspond au Congrès des députés est grande.

L’état d’alerte a une durée maximale de quinze jours, et sa prolongation doit être autorisée par le Congrès, comme ce fut le cas jusqu’à six fois après le premier état d’alerte en mars 2020. En outre, le Gouvernement est tenu de rendre compte. au Congrès de la déclaration de l’alarme, de fournir les informations requises et de faire connaître les décrets qu’il dicte pendant sa validité.

En cas d’état d’urgence, la durée maximale est de 30 jours, elle est également approuvée par décret exécutif mais nécessite l’autorisation préalable du Parlement. En outre, la loi établit que la requête au Congrès pour déclarer l’état d’exception doit contenir expressément les droits dont la « suspension » est demandée et qui ne peuvent être autres que ceux mentionnés au premier alinéa de l’article 55 de la Constitution. Pour l’adoption de telles mesures, l’autorité gouvernementale doit avoir des motifs bien fondés en raison du danger que la personne affectée par de telles mesures suppose pour le maintien de l’ordre public.

★★★★★