Un prêtre d’Albacete dit que les homosexuels « ne sont pas voulus par Dieu »

Ses propos ont suscité l’indignation des groupes LGTBI qui considèrent que le prêtre a promulgué un discours de « haine »

Église de San Pedro (Albacete).
Église de San Pedro (Albacete).MAIRIE DE SAN PEDRO

Le curé de la ville de Saint Pierre (Albacete), Cicatrice Robledoa affirmé dans l’homélie de dimanche dernier que les couples de même sexe « ne sont pas voulus par Dieu » et qu’il n’est pas « obligé d’accepter » leur mode de vie, ce qui a suscité l’indignation des groupes LGTBI qui rejettent catégoriquement « l’attaque grave » de ses paroles.

« La personne n’est ni jugée ni accusée, ni la personne pointée du doigt ou rejetée, mais sa façon de vivre, ces critères qui sont en cours d’élaboration, nous ne sommes pas obligés de l’accepter », a assuré Robledo dans son discours à la messe dominicale. , auquel il a ajouté que chacun est « libre » dans ses actions, ce qui « ne veut pas dire qu’il faut les accepter comme quelque chose de normal, comme la chose à faire », selon son opinion.

Le prêtre a également accusé ce qu’il a appelé « l’idéologie du genre » et le langage inclusif : « Le détail qui me semble contradictoire, c’est que ce langage rejette les autres. Il ne faut plus dire tout le monde, mais tout le monde. Alors ce n’est pas inclusif, c’est est exclusif », a-t-il estimé.

« Il y a des choses qui ne peuvent pas être acceptées et nous les assumons progressivement comme quelque chose de normal, comme quelque chose de réel, comme quelque chose voulu par Dieu. Par exemple, la situation des couples de même sexe », a déclaré Robledo, alors qu' »une chose est que c’est commun et autre chose c’est que c’est normal ou voulu par Dieu ».

Ces propos homophobes ont été durement critiqués par les associations et groupes LGTBI de la région, qui dans un communiqué ont estimé que les propos du prêtre visent à « détourner le regard de ses paroissiens de tous les cas d’abus sexuels sur mineurs qui sont découverts dans le sein de l’Église catholique ».

Dans la lettre, signée par de nombreux groupes, tels que Quorum+ Oui le réseau féministe d’Albacete, explique qu’à travers un texte biblique, le prêtre a promulgué dans son homélie un discours « de haine contre la dignité des personnes LGTBI », dans lequel il a encouragé la « non-acceptation du mariage et des relations homosexuelles ».

Les associations ont souligné que le prêtre « a décidé qu’un lieu de culte religieux était un endroit idéal pour parler d’idéologie de genre » et ont souligné qu’en outre, le prêtre catalogue le langage inclusif comme quelque chose « d’exclusif » et lié à la communauté LGTBI .. avec « pédophilie ».

Les entités signataires ont défendu que ce sermon est « une attaque sérieuse » contre la coexistence entre des personnes d’orientations sexuelles, d’identités et d’expressions de genre différentes, ainsi qu’une « manière malveillante » d’associer des sexualités spécifiques à la pédérastie.

★★★★★