Un expert juge inutile de persister dans l’alarme générée par les « crevaisons »

Il estime que la vague de plaintes s’est stabilisée et l’attribue à une « blague sinistre et criminelle »

le professeur
José Antonio Lorente, professeur de médecine légale de Grenade.LE MONDE

Le professeur de médecine légale de la Université de Grenade Jos Antonio Lorentedésigné par la Junta de Andalucía comme porte-parole des cas présumés à l’étude de soumission chimique intramusculaire, a jugé « inutile » de persister dans l’alarme générée par ces piqûres, bien qu’il ait apprécié que plus de sensibilisation ait été réalisée sur ce type de agression.

Dans un entretien avec EFE, cet expert a détaillé que, selon le nombre de personnes traitées jusqu’à présent en Andalousie -environ 60 dans les centres hospitaliers publics-, l’alarme est actuellement « infondée » si le paramètre sur lequel ces crevaisons ont été basées est commettre d’éventuels crimes contre la liberté sexuelle.

En ce sens, il a précisé qu’aucune trace de substances toxiques n’a été détectée jusqu’à présent à travers ces ponctions et qu’il n’y a pas eu d’augmentation des plaintes pour crimes contre la liberté sexuelle associés à ces pratiques.

Cependant, il a admis que, bien que dans un faible pourcentage, il est vrai que des crevaisons ont lieu, en particulier chez les femmes dans des contextes de loisirs tels que les discothèques, les boîtes de nuit, les foires ou les concerts.

Cette pratique, que le professeur considère comme une « grosse blague criminelle » -malgré le fait qu’il n’implique l’inoculation d’aucune substance-, il a généré une certaine alarme sociale qui a pu servir à ce que les victimes potentielles augmentent leur niveau de vigilance.

« Nous vivons dans un pays libre où les gens peuvent faire ce qu’ils veulent, mais nous ne devons jamais baisser la garde. Avec cela, nous avons réalisé que les gens peuvent être attaqués ou blessés », a déclaré Lorente, qui est en faveur de ne pas garder plus le alarme inutilement.

Il a également jugé tout aussi positif que, compte tenu des cas signalés, de nombreuses entreprises et entités liées à la vie nocturne, aux discothèques, aux foires ou aux concerts aient renforcé la sécurité de leurs activités.

« À partir de là, je continuerai à m’attarder là-dessus comme si c’était une vague qui grandissait et cela générerait une panique inutile car les données indiquent qu’il y a eu un pic, mais est déjà stabiliséa-t-il souligné.

En tout cas, Lorente a précisé qu’il ne faut pas oublier que la pratique de ces ponctions constitue un crime en soi, avec les conséquences pénales correspondantes étant donné que -même sans l’inoculation de substances toxiques- elle peut causer des blessures physiques et aussi psychologiques chez les victimes. .

Cette « simple piqûre » représente donc une blessure qui consiste à tenter ou porter atteinte à la santé physique ou mentale d’une personne, dans laquelle, en plus de la génération d’ecchymoses, d’hémorragies ou de l’infection improbable de maladies, des troubles psychiques ultérieurs de différentes sortes peuvent être générés, a-t-il expliqué.

De même, il a rappelé que le vrai danger dans le cadre d’une fête, qui consiste à ajouter des substances liquides à une boisson pour tenter de modifier la volonté de quelqu’un et l’agresser, est toujours présent et bien plus fréquent que les crevaisons.

Lorente a souligné la nécessité de signaler tout cas d’agression possible et a demandé que les victimes se rendent immédiatement à un centre de santé afin qu’ils puissent d’abord avoir des soins de santé et plus tard, il peut y avoir un examen juridique de ce qui s’est passé sur la base de données médicales objectives.

Une fois que la victime – normalement une jeune femme qui a la sécurité ou le sentiment d’avoir subi une ponction – se rend à l’hôpital, reçoit des soins de santé et que son état physique et mental est évalué pour déterminer s’il y a des symptômes d’intoxication, qui incluent l’urine ou analyse de sang, un procès-verbal de blessure est généralement établi et transmis au tribunal de garde afin que, le cas échéant, l’enquête judiciaire ou policière correspondante puisse être ouverte.

De même, le gouvernement andalou continue de travailler à l’élaboration d’un protocole d’action pour d’éventuels cas de soumission chimiquepour lequel les ministres de la Présidence, de la Santé, de l’Egalité et de la Justice définissent les lignes d’action du nouveau document, qui devrait entrer en vigueur dans les prochains jours.

★★★★★