L’écart entre le coût du logement et les revenus freine l’émancipation des jeunes : seuls 15,6% des jeunes vivent hors du domicile familial

Le profil du jeune indépendant n’est pas si jeune, puisqu’il a 29 ans, a un salaire 28% plus élevé que les autres, un contrat à durée indéterminée et des études supérieures terminées, selon l’Observatoire de l’émancipation du Conseil espagnol de la jeunesse.

deux j
Deux jeunes consultent leurs téléphones portables assis dans une rue de Madrid.JOS AYM
  • lieu d’habitation Sánchez annonce une « prime logement » pour un loyer de 250 euros par mois pour les jeunes entre 18 et 35 ans
  • clés La nouvelle loi sur le logement oblige les grands propriétaires à baisser les loyers et gèle les prix pour les particuliers

15,6% des jeunes de Espagne vivent émancipés au second semestre 2021, ce qui représente une légère augmentation de 0,7 point par rapport au premier semestre de cette même année, malgré cela c’est un chiffre encore loin de celui enregistré avant l’éclatement de la bulle immobilière et plombé par le différence entre le coût du logement et le revenu des jeunes.

Il s’agit de données extraites du rapport préparé par le observatoire de l’émancipation du Conseil espagnol de la jeunesse (CJE), présenté ce jeudi et correspondant au second semestre 2021, qui souligne que le profil du jeune émancipé n’est pas si jeune, puisqu’il a 29 ans, a un salaire supérieur de 28% au reste, en CDI et études supérieures terminées.

Le document, publié à la veille de la Journée internationale de la jeunessemontre que « la reprise précaire » de l’emploi ne s’est pas accompagnée d’une hausse des salaires des jeunes actifs qui parvient à réduire « l’écart » entre les prix élevés de l’offre de logements et les faibles revenus disponibles de ceux qui les vendent. demande.

Si cet écart se réduit, souligne le rapport -présenté par le président du CJE, Elena Ruiz Cebrínet co-auteur, sociologue Joffre Lopez– Il améliorerait le taux d’émancipation des jeunes.

Le rapport abonde sur le fait que 2021 s’est clôturée avec des taux d’intérêt à des « bas historiques » et avec une baisse du prix moyen des loyers de 8,5%, des conditions qui pourraient prédire une amélioration de l’accès au logement, malgré cela, un jeune homme doit se consacrer 3,8 fois son salaire net annuel pour faire face à la souscription d’un crédit immobilier pour l’achat d’une maison moyenne sur le marché immobilier (170 000 euros).

Et comme pour le loyer, le coût moyen était de 848 euros alors que les jeunes ne peuvent assumer qu’une redevance de 320 euros « sans tomber dans le surendettement ».

Oui, il y a eu une augmentation d’un peu plus d’un demi-point du taux d’émancipation des jeunes entre 16 et 29 ans, passant de 14,9 % au premier semestre 2021, le plus bas du siècle, à 15,6 au cours des six derniers mois de la même année.

C’est une proportion pratiquement égale à celle de fin 2020 (15,8 %) mais « très éloignée » des 25 % atteints entre 2006 et 2010 et encore en deçà de ceux de 2019, avant la pandémie de coronavirus, quand les 18,7 % des jeunes avaient réussi à s’émanciper.

La légère augmentation semestrielle s’est produite dans toutes les communautés autonomes, sauf dans Aragon, Castille-La Manche, Communauté valencienne Oui Galice.

insécurité du travail

Le rapport souligne que cette légère amélioration de l’émancipation des jeunes a été soutenue « par une intense reprise » de l’emploi détruit par la pandémie, si bien que le taux de chômage des jeunes a baissé de 5,2 points à 23,6%, en deçà du taux marqué fin 2019 ( 23,8 %).

Et en fin d’année dernière, la création d’emplois s’est faite en plus chez les jeunes salariés, chez ceux qui travaillent de manière autonome (6% contre 4,5% en 2019).

Or, précise le rapport, la reprise des emplois « s’est appuyée sur la précarité de l’emploi des jeunes » en raison de la temporalité et de la partialité.

Le président du CJE a souligné sur cette légère remontée de l’émancipation que « quand ça touchera le fond », comme au premier semestre, ce qu’il est prévisible, c’est qu’il y aura de la croissance, qui pourtant a été accueillie « avec prudence ». « .

Avec cette situation, les jeunes qui peuvent s’émanciper le font en partageant un logement avec d’autres puisque payer le loyer seul reviendrait à consacrer 79,2% de leur salaire, un montant qui est réduit à 25% s’ils choisissent de vivre avec plus de monde.

Compte tenu de cette différence « substantielle », 34,5% des jeunes émancipés partagent un appartement avec d’autres personnes avec lesquelles ils n’ont aucun lien familial.

écart entre les sexes

Les données de 2021 montrent « un grand écart entre les sexes », a déclaré Ruiz Cebrín, en termes socio-économiques et si l’émancipation résidentielle est plus importante chez les jeunes femmes (18,5%) que chez les hommes (12,7%), la forme de le faire est différente : les femmes qui se sont émancipées eux seuls ne représentaient que 13,8 %, soit la moitié de celle des hommes vivant en ménage unipersonnel (26,7 %).

La seule émancipation plus faible peut être due, selon le rapport, à la plus grande précarité de l’emploi des femmes puisque, par exemple, le taux de chômage est plus faible chez les femmes (23,1 % contre 24,0 %), le taux d’intérim est plus élevé (58,6 % contre 52,3 %), la partialité est presque doublée (33,7 % contre 17,8 %) et le sous-emploi est supérieur de cinq points chez les femmes (17,6 %) .

Le rapport révèle également que la population jeune inactive au second semestre 2021 était de 47,6% de jeunes, dont 89,7% étaient dus à la scolarisation, le chiffre le plus élevé de la série historique.

Seuls 2,4 % des jeunes inactifs étaient, quant à eux, sans études et « par rapport à ce faible pourcentage de ninis » souligne la  » ssis« , ceux qui travaillent et étudient, qui représentent 32,5 % des jeunes en emploi, soit six points de plus qu’au dernier trimestre 2019.

Le CJE a insisté sur ses prétentions à donner la priorité à la jeunesse dans l’agenda public, en mettant en œuvre des politiques à moyen et long terme envers ce groupe qui changent « vraiment » la donne.

★★★★★