Trois jours de congé pour le plus grand pédéraste d’Espagne

Torres Baena, condamné en 2013 à 302 ans pour « l’affaire Krate », sera libéré en mai prochain

Fernando Torres Baena, en décembre 2012, lors du procès à Las Palmas.
Fernando Torres Baena, en décembre 2012, lors du procès à Las Palmas.EFE
  • clés Le plus gros cas de pédérastie en Espagne
  • ‘Krate Case’ Torres Baena, condamné à 302 ans de prison pour avoir agi en tant que « prédateur sexuel »

Fernando Antonio Torres Baena, considéré comme le plus grand prédateur sexuel de mineurs en Espagne, va sortir de prison tout au long de ce mois de mai pour bénéficier d’un permis de trois jours, le premier qui lui est accordé depuis 12 ans qu’il est incarcéré. Cela a été décidé il y a quelques jours par le Tribunal de surveillance pénitentiaire numéro 3 de les palmiers contre les critères de la Commission de traitement de la prison Las Palmas II, où il purge sa peine, et avec l’avis favorable du procureur et du médecin légiste de l’Institut de médecine légale de Las Palmas qui a examiné le détenu.

Torres Baena, un prestigieux combattant de karaté et propriétaire d’une école d’arts martiaux à Las Palmas de Gran Canaria, a été condamné en mars 2013 à 302 ans de prison pour 35 crimes d’abus sexuels et 13 de corruption de mineurs, crimes commis contre des étudiants par ceux qui donnent des cours. En raison du nombre élevé de personnes touchées – jusqu’à 61 victimes possibles ont témoigné – et de l’extension des abus sur de nombreuses années, le soi-disant cas de karatéIl est considéré comme le plus grand épisode de pédérastie jugé jusqu’à présent en Espagne.

Torres Baena, selon son avocat, Ange Luis Calonge, avait demandé des autorisations à plusieurs reprises, mais s’était toujours vu refuser par le Conseil de traitement des prisons. La dernière fois, le 6 mai 2021. Après ce refus, le karatéka a déposé un recours auprès du Tribunal de surveillance pénitentiaire et celui-ci a désormais tranché en sa faveur. La fonction du juge de surveillance pénitentiaire, selon l’ordonnance qui lui accorde la libération, est de fournir le meilleur régime et traitement aux détenus afin d’obtenir la rééducation et la réintégration et non celle d’un justicier ou d’un vengeur, ajoutant de nouvelles peines à celles établies. .par l’organe de condamnation.

Le juge de surveillance de la prison, qui, d’après ce qu’il recueille dans la voiture, a rencontré à plusieurs reprises le détenu et le médecin légiste qui l’a examiné, argumente sa décision en ce que tous les procès-verbaux rappellent la bonne conduite et l’utilisation du temps celle prise par le détenu pendant son séjour en prison, dont il conclut que les facteurs criminologiques ont été positivement modifiés ; ces circonstances qui, appréciées conjointement, n’impliquent pas un risque évident de commettre de nouveaux crimes. L’octroi du permis, conclut le Tribunal de surveillance pénitentiaire, est ce qu’il y a de mieux pour lui et pour la société dans laquelle il retournera quand il aura purgé sa peine, et pour ce qu’il faut préparer, l’un et l’autre, pour le bien de tout.

suivi psychologique

L’ordonnance mentionne également le contenu du suivi psychologique effectué sur Torres Baena en prison, qui décrit son risque de récidive comme élevé. Le rapport psychologique ajoute que le détenu « fait une bonne introspection de lui-même et est motivé pour changer », bien qu’il souligne que « l’effet intimidant de la peine ne suffit pas à assurer la non-récidive » et selon le tableau des risques variables Ceci est décrit comme « élevé ».

La résolution s’oppose à cette décision selon laquelle Fernando Torres Baena n’a jamais utilisé la violence ou l’intimidation et qu’il a utilisé son statut de professeur de karaté pour abuser de ses victimes, une activité pour laquelle il est disqualifié. Il ne semble pas probable qu’il puisse commettre d’autres crimes du même type qu’il a commis, car il lui manque un gymnase et des étudiants, c’est-à-dire la structure de base qui lui permet de capturer et de manipuler ses victimes, sans qu’il soit possible de organiser tout cela dans une seule unité.congé de prison court.

L’ordonnance met en avant la bonne conduite qu’il a observée en prison et qu’il n’a pas de sanction. Étudier l’anthropologie à UNED et ses activités prioritaires dans la prison sont notées avec l’évaluation globale « excellent ».

Je ne comprends pas pourquoi c’est une nouvelle, c’est un permis de trois jours, il relève du régime ordinaire de toutes les prisons et c’est le premier accordé en 13 ans, explique l’avocat du karatéka.

Pour accéder à un permis, les détenus au deuxième ou au troisième degré, la loi exige qu’ils aient purgé le quart de la peine et qu’ils n’aient pas observé de faute. La durée maximale de séjour en prison étant de 20 ans, Torres Baena, incarcéré depuis février 2010, a déjà purgé plus de la moitié de ce qui est requis.

Avant l’ordonnance qui accorde ce permis, il y a un recours, mais les victimes ne l’ont pas présenté. ceux-ci ont été créés en 2010 Avika, Association des Victimes et Affectés de l’affaire Krate, et a assisté au procès qui a duré sept mois et demi – de mars à décembre 2012 – représenté par José Maria Palomino. L’avocat n’a pas voulu évaluer la mesure devant les médias, ni devant ce journal.

Il les a initiés au sexe alors qu’ils n’avaient que 10 ans : « Je ne savais pas ce que c’était »

Champion national de karaté en 1979, président de la Fédération de Karaté de Gran Canaria et entraîneur de champions du monde dans cette discipline entre autres titres, le scandale qui a caché l’école d’arts martiaux de Fernando Torres-Baena Elle est apparue au grand jour en 2010, lorsque la mère d’un élève qui subissait des sévices depuis des années a porté plainte. Elle a été suivie par des dizaines d’étudiants qui ont rapporté des événements similaires. Torres Baena fonctionnait comme le chef d’une secte et utilisait son prestige et son ascendant sur les mineurs pour les manipuler psychologiquement et les convaincre que les pratiques sexuelles auxquelles il les soumettait faisaient partie de la normalité et feraient d’eux de meilleurs combattants. L’une des victimes, âgée de 18 ans au moment du procès, rapporte que le professeur l’a initié au sexe à 10 ans : Je ne savais pas ce que c’était.

★★★★★