Sánchez active aujourd’hui son plan de livraison du PSOE à La Moncloa

Le chef de l’exécutif rectifie l’organigramme qu’il a conçu il y a moins d’un an à Valence

Pierre S
Pedro Snchez sort pour recevoir le président de la Principauté d’Andorre.EFE
  • Politique Pedro Sánchez réinitialise le PSOE : María Jesús Montero comme « numéro deux » et Pilar Alegra et Patxi López comme porte-parole
  • Changements Sánchez élève Montero pour faire face à la bataille économique d’automne

Le Comité fédéral du PSOE se réunit aujourd’hui pour valider les changements décidés par Pedro Sánchez pour entreprendre le prochain cycle électoral. A peine neuf mois se sont écoulés depuis la structure que le président du gouvernement et secrétaire général socialiste a imaginée dans le cadre du 40e congrès fédéral du PSOE. Mais les dysfonctionnements internes, les affrontements, les effet feijo et la crise économique ont forcé Sánchez à rectifier son plan. Des voix et des profils nouveaux et frais aux poids lourds, solvables et respectés dans la formation. D’où les nominations qui seront validées aujourd’hui : María Jesús Montero comme Secrétaire générale adjointe ; Pilar Alegra comme porte-parole du parti ; et Patxi López comme porte-parole au Congrès.

Mais, surtout, aujourd’hui la tutelle de La Moncloa sur Ferraz est activée. En l’absence d’un an pour les élections municipales et régionales, Sánchez tente de retrouver les signes vitaux d’un parti engourdi depuis que son chef a débarqué dans le complexe présidentiel et que Ferraz a été décapitalisé.

Pour ce faire, pour éviter les dysfonctionnements et tenter de maintenir huilée la chaîne du parti gouvernemental, Sánchez parie qu’un noyau de neuf personnes, dix avec lui, dont cinq ministres font partie –Mary Jess Montero, Pilier Joie, Flix Bolaos, Isabel Rodríguez et Miquel Iceta-, son chef de cabinet, cicatrice lopez, secrétaire d’organisation, Santos Cerdon, et les porte-parole des Cortes, Patxi López et Eva Granadas.

À La Moncloa, ils étaient conscients que le parti boitait et qu’ils devaient le revitaliser et lui donner plus de poids politique afin que le PSOE puisse être le fer de lance de la confrontation avec le PP. Que les porte-parole socialistes soient utilisés pour essayer d’éroder et de contrecarrer la force du populaire et qui dégage des flancs pour que depuis le complexe présidentiel et les ministères ils travaillent à rentabiliser l’action du gouvernement.

Dans ce cadre, les profils choisis sont le fruit d’une stratégie très réfléchie pour Sánchez. Montero comme rempart pour tenter de démanteler le discours économique du PP et Patxi López pour affronter la droite sur des questions telles que l’ETA ou la mémoire démocratique.

Ce noyau dur sera celui qui prendra les décisions stratégiques et avec son lancement, Sánchez souhaite qu’il y ait plus de coordination et de transversalité. Ce que veut faire passer le chef de l’Exécutif, c’est que tous les rouages ​​sont en train de se mettre en place pour le prochain cycle électoral, qui a pour objectif les élections municipales et régionales et qu’il s’achèvera avec les élections générales fin 2023. .

Il va de soi que tous les changements décidés par Sánchez seront validés sans heurts par le Comité Fédéral. Il se trouve que la fonction de cet organe serait de débattre et d’approuver ou non les changements qui sont donnés à l’avance. Face à cette circonstance, il y a des voix comme celle du député Odin Elorza, qui avertit qu’il y a un risque de transformer le Comité Fédéral en une sorte d’accessoire avec des invités et des applaudissements lorsque le voyant s’allume.

★★★★★